Le vélo, de droite ou de gauche ?

Billet d’humeur matinal.

Aaah le vélo… comme pour Tintin, la question peut être posée : est-il de droite ou est-il de gauche ?

Individualiste, rentable, super performant, bon pour l’économie… le vélo est de droite !
Économe, égalitaire, féministe, décarboné… le vélo est de gauche !
Équilibré tel un gyroscope,  suffisamment rapide en même temps suffisamment lent… le vélo est centriste !


A Strasbourg, cela fait longtemps que l’on sait que l’équilibre naturel du vélo n’est ni de « gauche, ni de droite ». On se souvient qu’au fil du temps et dans une sorte de consensus tacite, les politiques cyclables ont été portées indifféremment par Pierre Pflimlin, Catherine Trautmann ou Fabienne Keller.

Or, dans cette élection municipale dans la capitale du vélo, une fracture inédite semble s’être dessinée entre une liste – disons de droite – LR-LREM qui s’affiche pro-voiture, pro-vitesse, qui estime que l’usage du vélo devrait être contraint et que les cyclistes devraient se contenter de l’existant, et deux listes – identifiées de gauche – PS et écolo qui ont pris la peine de saupoudrer de vélo leurs programmes respectifs. Et seule la liste Ecologiste et citoyenne ne présente à la fois aucune mesure anti-vélo et pro-voiture.

Les cyclistes strasbourgeois·e·s s’étonneront légitimement qu’une liste LR-LREM, favorite dans cette élection, soit incapable de se saisir de la question du vélo autrement qu’en terme de contraintes, de dogmatisme, d’incivilités, de verbalisation, de suppression de pistes existantes et de pied à terre.

Il ne s’agit pas de décréter qu’un usage n’est plus vertueux qu’un autre : chaque mode de transport a sa raison d’exister. Mais les cyclistes ne demandent pas à être valorisés dans la communication de la ville ou pour enjoliver un programme. Ils et elles aspirent tout simplement, comme les piétons ou les automobilistes, à pouvoir bénéficier d’aménagements réellement sécurisés.

Alors, de droite ou de gauche, le vélo ? Si on n’a toujours pas la réponse, un chiffre intéressera sans doute nos candidat·e·s à la mairie de Strasbourg : plus de 50% des strasbourgeois pratiquent le vélo, et une élection ne se gagnera pas contre les cyclistes mais avec eux. Notre analyse détaillée des programmes sous l’angle du vélo est là pour les informer et leur permettre de voter en connaissance de cause.

A bon entendeur !