Salut les vélorutionnaires !

La rentrée est riche en évènements vélo ces prochains jours, dont pas mal où nous interviendrons :

A Strasbourg

  • samedi 18 septembre à 13h, débat « pourquoi pas le vélo ? » au Village des possibles (Parc citadelle)
  • dimanche 19 septembre de 14h à 18h, « rues libérées », avec la présence de notre collectif. Il s’agit d’une première étape vers une vraie journée annuelle sans voiture à Strasbourg, l’une de nos revendications phare !
  • mercredi 22 septembre 19h, table ronde Rue89 au Phare Citadelle sur le thème « Comment survivre sans voiture ? », avec la participation de notre asso.
  • le week-end des 25 et 26 septembre, Expo du vélo avec un stand inter ateliers d’autoréparation. On aime !

Mais aussi à Kehl avec nos amis de la toute nouvelle asso ADFC Kehl

  • le Kidical Mass 19/09/21 a 15h Rathausplatz. L’ADFC Kehl rejoint ainsi de nombreuses autres villes en Allemagne (https://kinderaufsrad.org/) pour cette vélourion de jeunes cyclistes. Nous ferons le tour de Kehl, de ses écoles. Ce serait chouette de voir beaucoup de jeunes cyclistes strasbourgeois prendre part à cette action !
  • Fête de lancement de l’ADFC Kehl le 9/10/21 de 14 à 18h a la Niederreichhalle de Kehl.
    Voici une partie du programme : interventions orales de représentants de Kehl, de Strasbourg/Eurometropole, et le professeur Eckart de la Hochschule Karlsruhe, expert en mobilités douces, animations pour enfants / musique, Sternfahrt depuis les villes voisines : Strasbourg, Offenburg, Lahr. Vous êtes invité·es !
Au plaisir de vous y voir !
L’équipe du Collectif Vélorution Strasbourg

Le collectif Vélorution a participé avec enthousiasme à la concertation relative à l’accès des cyclistes au centre-ville et à l’élaboration d’un contournement efficace de la Grande Île. Une grande déception nous envahit cependant en apprenant, par la voix des DNA, que le contournement s’accompagnerait d’une interdiction pour les cyclistes de circuler dans deux axes majeurs du centre-ville.
Nous saluons bien évidemment la concrétisation d’un contournement du centre, que nous espérons au plus près de la Grande Île, tel qu’il est annoncé depuis 2013 dans le cadre du plan Vélostras, et d’un niveau de service qui soit réellement à la hauteur des attentes des cyclistes et des usages actuels du vélo : cargos, livreurs et VAE notamment.
Nous ne pouvons nous résoudre à ce qu’il s’accompagne d’une énième interdiction de circuler frappant les cyclistes, après une année d’éviction des trams où ces derniers ont été suffisamment montrés du doigt comme irresponsables ou dangereux.
Ces annonces occultent notamment l’importance de pérenniser – y compris lors de la grande foire annuelle de Noël – un axe nord-sud, dans le petit diamètre de l’ellipse, qui reste le plus rapide pour rejoindre le pont du Corbeau à la place des Halles.
Ces interdictions ne sont pas légitimes lorsqu’elles visent un mode de déplacement accessible à toutes et à tous, efficace, silencieux et non polluant. 
A la lecture de l’article, nous saluons tout de même la création de pistes cyclables rue de la nuée bleue, qui a un besoin urgent d’apaisement mais cet aménagement devra être prolongé et ne saurait constituer une amorce d’itinéraire nord-sud idéale.
Le collectif vélorution rappelle que des solutions simples, éprouvées ou non, restent à mettre en œuvre au centre-ville
  • des itinéraires bis efficaces et incitatifs (la ligne verte du marché de noël 2018 rue Sainte Hélène), 
  • un rappel écrit, à l’entrée de ces dernières, des règles de circulation des cyclistes en zone piétonne (au pas),
  • la matérialisation au sol, rue des Grandes Arcades, d’un cheminement privilégié (fil d’ariane), mais sans priorité, aux cycles et livreurs : il subsiste ainsi au sol les traces jaunes d’un couloir réservé aux travaux et à l’installation du grand sapin.
  • des capacités de stationnement vélo, efficaces et au plus proche des points d’intérêt du centre-ville, notamment place Kléber (437 places auto, seulement 6 arceaux vélo),
  • enfin, et surtout, la concrétisation effective de la zone de rencontre dans la Grande Île, « cadeau » inachevé de l’ancienne municipalité : piétons prioritaires, cyclistes vigilants, automobilistes tolérés.

Au sein du collectif Vélorution, les cyclistes que nous sommes sont tombé.e.s de nos selles à la lecture de l’article des DNA en date du samedi 7 août 2021, consacré à l’accidentologie à vélo. Voici un article rédigé avec un parti pris certain, un biais volontairement à charge contre la pratique du vélo, insuffisamment sourcé.

S’il est vrai que le nombre d’accidents cyclistes a augmenté, une démarche statisticienne pertinente aurait permis de pondérer ce pourcentage en regard de la hausse de la pratique nationale du vélo. Ainsi, l’Association Vélos et territoires précisait en janvier 2021 : « La fréquentation des pistes cyclables a progressé de 29% depuis la fin du confinement par rapport à la même période l’an dernier. » – à mettre en regard de l’augmentation de la mortalité cycliste, de 20%.

Si les aménagements suivent, l’expérience montre que l’augmentation de la pratique du vélo tend à réduire le nombre d’accidents par kilomètre parcouru, du fait de la visibilité accrue des usagers du vélo

Le collectif Vélorution déplore que trop d’usagers de la route trouvent la mort à vélo. Il est néanmoins essentiel de mentionner que si 42% des accidents cyclistes mortels en 2011 sont causés par les cyclistes eux-mêmes, la majorité des accidents mortels pour les cyclistes (près de 60%) est causée par les autres usagers de la voirie ! Les cyclistes sont donc très majoritairement des victimes des comportements motorisés.

D’autre part, l’analyse des causes mêmes des accidents nous a particulièrement estomaqué.e.s : se limiter à une liste d’incivilités et de comportements soi-disant répréhensibles de la part des cyclistes tout en occultant les autres causes accidentogènes traduit un point de vue partial.

Ainsi, aucune référence aux comportements criminels au volant, dont voici une liste non exhaustive, tels que les excès de vitesses, le non-respect de la distance minimale de sécurité pour doubler un cycliste, les stationnements sur les trottoirs ou les bandes cyclables privant les piétons et les cyclistes de leur espace de déplacement, ou encore les ouvertures intempestives de portières possiblement mortelles pour un cycliste. Ces infractions sont souvent commises en toute impunité, responsables de la plupart des accidents graves constatés ces dernières années à Strasbourg et alentours. Ces incivilités sont devenues si « normatives » que d’aucuns les trouvent « normales ».

Aussi, l’article laisse à penser que les aménagements cyclables seraient à ce jour suffisants et adaptés aux multiples pratiques cyclistes. Et ce, alors même que les aménagements en zone rurale et dans la plupart des villes françaises sont encore largement lacunaires. Même Strasbourg la pionnière souffre de l’ancienneté de nombre de ses pistes.

Les circonstances des derniers accidents mortels pour les cyclistes survenus dans l’agglomération strasbourgeoise contredisent ce qu’avance cet article : aucun de ces accidents mortels n’a pour cause une quelconque responsabilité de la victime, mais sont directement imputables à des infractions motorisées ou des aménagements insuffisants.

Les chiffres égrenés dans l’article ne permettent pas de démontrer que les cyclistes tuent d’autres usagers de la route avec leur vélo, un cas qui reste exceptionnel au niveau national. Le collectif Vélorution tient à souligner que même avec une conduite exemplaire, un usager de la voirie à bord d’un véhicule à moteur thermique participe à la pollution de l’air qui tue aveuglément près de 500 personnes par an dans une agglomération comme la nôtre. Il n’existe pas de décès indirects dus à la pratique cycliste.

Que dire enfin de la comparaison hasardeuse entre le port du casque à moto ou à scooter et le port du casque à vélo ? En effet, « 100% des usagers des deux-roues motorisés porteraient le casque ». Heureusement… car celui-ci est obligatoire et vital. Et si « seulement 26% » des cyclistes portent le casque à vélo, ce sont pourtant bien 100% des cyclistes qui respectent la loi : le port du casque à vélo ne revêt aucun caractère légalement obligatoire pour un usager âgé de plus de 12 ans

L’exposé de tels préjugés « anti-vélo » a de graves conséquences. Il participe au sentiment général que les cyclistes accidentés « l’ont bien cherché ». Cela ne favorise aucunement le sain questionnement des usages des véhicules motorisés ni la remise en cause des comportements de leurs usagers. Cela ne donne aucune perspective au-delà de la voiture personnelle et de l’auto-solisme qui encombre et asphyxie nos villes.

Le collectif Vélorution invite les personnes qui s’intéressent authentiquement au sujet du vélo à le vivre de l’intérieur et à venir pédaler avec nous aux heures de pointe, au choix, sur la route de Bischwiller, la route de Schirmeck, la rue Mélanie ou la route de Colmar. Ainsi, ces personnes pourront – elles aussi – constater qu’il ne suffit pas à Strasbourg, d’être exemplaire pour être à l’abri du danger. Les aménagements cyclables véritablement sécurisés sont encore trop insuffisants.

La pratique du vélo est une chance et non pas un problème pour nos villes. Car le vélo est porteur de nombreux effets secondaires vertueux pour notre territoire.

Nous encourageons donc nos élu·e·s à poursuivre la politique volontariste qu’ils sont en train de mettre en œuvre pour aménager les axes structurants et sécurisés pour tous les usages du vélo, en s’inspirant de villes modèles telles que Copenhague, Amsterdam ou dynamiques comme peuvent l’être Grenoble ou Paris.

C’est avec espoir que nous avons suivi la délibération du plan vélo d’au moins 100 millions d’euros sur le mandat voté par l’Eurométropole le 25 juin dernier.

Des axes que notre collectif revendique depuis longtemps seront donc aménagés durant le mandat : la route de Mittelhausbergen, la route de Bischwiller (en attendant confirmation du tracé du tram sur cet axe ou pas), le contournement de l’ellipse insulaire, etc.

Des coronapistes sont également en cours de réalisation dès cet été à Strasbourg :

  • L’allée de la Robertsau est en train de devenir enfin cyclable. Une coronapiste déjà proposée par les services de l’EMS en mai 2020 et refusée d’un revers de la main par l’ancien élu de quartier, comme d’autres projets à Cronenbourg et Neudorf eux aussi invalidés par les maires de quartier en fin de mandat (seule la micro-piste rue de Molsheim et l’élargissement du trottoir route de Vienne avait vu le jour au moment même où d’autres villes déroulaient des kilomètres de pistes). Les petites polémiques en mode « Avenue des Vosges » ne sont donc pas surprenantes de la part d’élues d’opposition qui ne soutiennent le vélo que quand ça les arrange… On sent donc un changement de cap net en termes de volonté politique symbolisée ici avec ce passage de 2×2 voies voitures à une chaussée à 2×1 au profit de bandes cyclables 🙂

Les travaux en cours allée de la Robertsau, il ne manque plus que les logos vélo et la bande de séparation avec les véhicules stationnés

  • La rue Humann, accès direct à l’ellipse insulaire sera aménagée cet été.
  • Enfin, le pont Royal ou Gallia voit émerger une vélorue à double sens, avec coupure de l’accès aux voitures en direction de l’université.

Qu’en est-il des autres communes ? Schiltigheim, Bischheim, Hoenheim, Lingolsheim, Eckbolsheim, autant de communes où la pratique du vélo en sécurité laisse clairement à désirer. Il est urgent d’agir !

La jeune association Koenigs’au Vert propose une vélorution à Koenigshoffen, avec un tour du quartier et des aménagements cyclables les plus problématiques pour les cyclistes du quartier.

Le départ est prévu dimanche 27 juin 2021 à 15 heures à l’ancienne brasserie Gruber, 91 route des Romains à Strasbourg Koenigshoffen.

La manifestation se terminera au parc Schweitzer, avec la tireuse mobile de la Binchyclette et, une nouvelle fois, la technomobile de Bike’n Sound.

Pour plus d’infos :
le site de l’asso
l’évènement Facebook
un article de Rue89 Strasbourg

L’Eurométropole est face à un immense problème : la pollution de l’air tue. Et pas qu’un peu : près de 500 décès par an sont imputables à la mauvaise qualité de l’air de notre agglomération, soit plus d’une personne par jour ! Ces morts ne sont pas virtuels, ce sont nos ami·e·s, nos voisin·e·s, nos grand-parents, nos enfants qui font les frais de ce mal invisible mais bien réel. Parmi les causes de cette pollution, il y a le terrible cocktail pollution industrielle et automobile. Et il a fallu une pandémie pour bien nous démontrer que les activités humaines en sont bien à l’origine. Ceci est un fait, il n’est hélas pas discutable. 
Les personnes qui font du vélo dans la ville sont les témoins privilégiés de la saturation automobile. La grande majorité de l’espace urbain ainsi que nos modes de développement du territoire ont été pensés pour les voitures. Nous avons agi dans un délire collectif, dans un état second, comme si nous pouvions continuer à dilapider le pétrole, ressource pourtant limitée et aux conséquences délétères. Celles et ceux qui tentaient d’alerter étaient traités de doux rêveurs idéalistes. Pourtant, ce n’est pas utopique d’agir et d’imaginer un autre avenir. C’est au contraire celui ou celle qui ne veut rien changer qui nie la réalité et se berce d’illusions
Le dérèglement climatique est en marche, et rien ne pourra l’arrêter à court terme. Mais nous pouvons agir pour en atténuer les conséquences qui se font déjà sentir aujourd’hui. La ZFE, toute contraignante qu’elle puisse paraître de prime abord, est au contraire une chance. Nous avons l’obligation de changer de comportement, mais d’accompagner le plus possible les entreprises, les particuliers et les plus fragiles économiquement. La solution est pourtant là : les cyclistes !
Quand vous croisez un cycliste, c’est un ami de vos poumons ! 
Au collectif Vélorution Strasbourg, nous savons que le vélo est bon. Il est bon pour votre portefeuille (19 000 € d’économie sur 5 ans par rapport à la voiture), bon pour votre santé, bon pour votre sécurité, bon pour votre cadre de vie et il est surtout bon pour le climat. 
Aujourd’hui, si l’on faisait enfin du vélo le moyen de transport principal à Strasbourg, les effets sur la qualité de l’air seraient spectaculaires. Mais il faut pour cela faire des choix importants en terme d’urbanisation et d’aménagements. 
– Des axes sécurisés inter-quartiers uniquement dédiés aux cyclistes.
– Un rééquilibrage dans les axes commerçants (Route de Bischwiller, route de Mittelhausbergen, rue Boecklin…)
– Enfin le respect de la réglementation sur le stationnement (piste cyclable, trottoirs…)
Pour développer le vélo à Strasbourg (actuellement 18 % des déplacements quotidiens domicile-travail), il faut séparer les flux et arrêter de créer des espaces de conflit avec les voitures et les piétons. 
Le collectif Vélorution est toujours heureux de constater que de nombreuses familles assistent à ses vélorutions. Oui, il faut apaiser l’espace public pour que les enfants et les jeunes puissent utiliser le vélo pour leurs trajets quotidiens de façon sécurisée. Car nous constatons que l’espace de la ville a été aménagé pour la voiture et non pour les modes de transport doux.
La ZFE nous permet de prendre le virage de la vie, de la qualité de l’air tout en se faisant du bien. 
Aux automobilistes qui s’inquiètent de la ZFE, nous vous invitons à tester progressivement des alternatives et à vous désintoxiquer de la dépendance aux énergies carbonées. Cela peut commencer par exemple par un défi à ne plus prendre sa voiture dans votre quartier ou vous imposer des journée sans voiture. 
C’est parce que nous sommes convaincu·e·s que le vélo est l’avenir des villes que nous pensons que l’adaptation aux dispositions de la ZFE sera plus facile avec plus de personnes sur les pistes. Et quand vous circulerez fièrement sur votre deux roues, vous pourrez peut-être croiser le regard d’une personne qui prendra une grande bouffée d’air… vous l’aurez peut-être sauvé·e ! 

Après une manifestation des cyclistes route de Bischwiller à Schiltigheim au printemps, le collectif Vélorution Strasbourg continue de mettre la pression pour la mise en place de pistes cyclables dans tous les quartiers de Strasbourg et alentour. 

Le vendredi 11 juin, vous avez été plus de 150 à répondre à vous mobiliser pour qu’enfin, il y ai des pistes cyclables route de Mittelhausbergen et route d’Hausbergen à Cronenbourg,

Nous y avons peint au sol, notre désir de pistes

Pour beaucoup d’entre nous, c’était aussi l’occasion de pouvoir rouler à vélo en toute sécurité sur un axe magnifique entre ville, champs et village.

Une manifestation festive avec la sono mobile de Dimitri (et sa techno !!)

Encore un immense bravo et merci à tous les participants et en particulier à toutes les familles venues avec des enfants. Nous nous mobilisons aussi pour qu’ils puissent rouler en toute sécurité.

A très vite pour une nouvelle Vélorution

Le collectif Vélorution Strasbourg manque de tomber de sa selle en lisant le communiqué de presse conjoint de la ville de Strasbourg et de la CTS !
Le retour des vélos dans le tram serait le fruit d’une travail de « co-construction », d’initiative partagée, entre la ville et les associations, la main dans la main, les pneus dans les pneus.
Extrait du communiqué de presse de l’EMS
Le collectif Vélorution Strasbourg rappelle qu’il a fallu la pression constante de plusieurs lettres ouvertes (le 6 janvier 2021, le 11 février 2021, le 2 mars 2021, le 9 avril 2021), toutes restées sans réponse, et une manifestation d’une centaine de cyclistes sous la pluie le 30 janvier pour arracher, après 10 mois d’interdiction, un timide retour des vélos de nuit, ainsi que la constitution d’un groupe de travail pour « réfléchir aux conditions d’un retour ».
Les options finalement retenues par la seule collectivité, telles que la limitation à 2 vélos par rames ou l’éviction des travailleurs et travailleuses à vélo n’ont jamais été discutées.
Si nous saluons l’avancée notable que constitue l’accès à toute heure – et bien sur sous réserve de l’affluence – des vélos en panne, la réalité de cette concertation à sens unique nous semble devoir être soulignée.
Vive le vélo, vive le tram, vive la ville ! 🙂

Enfin !

Après plus d’un an d’éviction des vélos dans le tram, le retour à la normale est annoncé pour le 9 juin 2021.

Cette mesure cyclophobe, ni justifiée ni justifiable, unique en France et prise en catimini au prétexte de la « distanciation sociale » a puissament marqué, aux yeux de la communauté cycliste la première année de la nouvelle municipalité. Vos nombreux témoignages de cyclistes du quotidien, usagers du service public de transport, et dont la pratique a été entravée par cette mesure, ont donné au collectif Vélorution la conviction et l’énergie de se battre pour obtenir la levée de cette interdiction inique.

Nous n’oublions pas non plus que c’est la manifestation organisée avec vous le 30 janvier 2021 qui a enfin permis de faire bouger la CTS et l’EMS. Merci à vous qui nous avez soutenu par votre présence : cette victoire est la vôtre. Merci également aux associations d’usagers, participantes au groupe de travail – Astus, Paralysés de France, Cadr et Aveugles d’Alsace Lorraine notamment – qui se sont unanimement prononcées en faveur du retour des vélos dans le tram.

Ce combat n’avait pas lieu d’être : la mesure aurait du être levée depuis longtemps et les assos auraient pu investir leur énergie dans des projets réellement ambitieux pour redonner à Strasbourg sa place de capitale du vélo.

Nous nous réjouissons certes de l’accès à toute heure des vélos en panne : nous ne doutons pas que le soutien des vélocistes du centre-ville a permis cette avancée notable.

Les membres du collectif ont toutefois une pensée fraternelle pour les travailleurs et travailleuses à vélo, dont l’interdiction est maintenue. Ce sont à nos yeux les usagers parmi les plus fragiles et les plus précaires, et donc ceux que la collectivité pouvait assumer de faciliter la vie. Tant que les règles étaient respectées, leur accès au tram ne pouvait pas poser problème.

A très vite,

L’équipe Vélorution Strasbourg

Oh, ça faisait longtemps qu’on voulait vous proposer une descente de la route de Mittel, l’autoroute urbaine qui dessert Cronenbourg, pour plein de bonnes raisons.

Entre autres parce qu’elle comporte la piste la plus courte de l’EMS (et on se fera un devoir de l’emprunter !), mais aussi, et surtout, parce qu’elle constituait, dans les propositions interassociatives du printemps 2020, l’un des axes majeurs à protéger en priorité pour permettre un réel développement de la pratique cyclable à Strasbourg, en alternative à l’automobile. Vroum vroum !

Le collectif Vélorution vous invite donc à cette nouvelle balade manifestive :

vendredi 11 juin 2021,
square des Malgré-nous
(dépôt CTS / ancienne gare de marchandises de Strasbourg Cronenbourg)
RdV à 18h pour un départ à 18h30 !