Le feuilleton strasbourgeois de cet hiver avance : une première table ronde a réuni mercredi 10 février la ville de Strasbourg, l’Eurométropole, la CTS et les associations d’usagers pour savoir quand, et comment, les vélos allaient pouvoir être à nouveau acceptés dans les trams.
Fêtons cela avec un communiqué 🙂

Communiqué de presse 
La première session de la table ronde « sur le retour des vélos dans le tram » eu eu lieu mercredi 10 février à l’Eurométropole de Strasbourg. 
S’il faut saluer enfin la prise de position de l’EMS pour un retour des vélos dans le tram, Vélorution Strasbourg se pose la question « pourquoi dépenser tant d’énergie pour quelque chose qui semble simple et logique ? »
Remercions les associations présentes (Fédération des aveugles d’Alsace Lorraine, APF, Astus, Piétons 67, Cadr…) pour leur position nette et claire : oui au retour du vélo dans le tram !
Vélorution a rappelé ses positions :
  • Retour rapide du vélo dans le tram aux conditions équilibrées préexistantes depuis 30 ans (week-end, semaine sauf heures de pointe hors plages 7-9h et 17-19h, uniquement à l’arrière, si l’affluence le permet),
  • Mise en place d’un espace de dialogue CTS-usagers pour analyser et résoudre les difficultés ponctuelles,
  • Présence de médiateurs pour pacifier toutes les relations,
  • Retour immédiat dans les trams pour les vélos en « panne » (crevaisons, panne, dépôt chez un réparateur).
Comme le rappelait Sophie Dupressoir, Conseillère municipale déléguée à la ville cyclable et marchable, un cycliste dans un tram, c’est toujours une personne de moins dans une voiture. 
Nous appelons Pia Imbs, Présidente de l’Eurométropole et Jeanne Barseghian, Maire de Strasbourg à se prononcer très rapidement pour un retour à la normale pour les citoyens qui ont fait le choix du vélo, et qui de temps en temps, ont besoin d’un compagnonnage avec le tram. 
Ensemble, usagers à pied, à vélo, conducteurs de tram, élus et agents, nous avons toutes et tous reconnu l’utilité du service public rendu à la population assuré par la CTS et ses agents. Nous travaillerons en bonne intelligence à des aménagements garantissant une place pour chacun.e en faveur des mobilités actives et douces. Dans le cadre de cette intermodalité nécessaire, CTS et cyclistes ont tout intérêt à oeuvrer main dans la main.
En 2021, à Strasbourg, le retour des vélos dans le tram ne devrait même pas faire l’objet d’un débat.
Vélorution Strasbourg reste engagée et mobilisée pour défendre toutes et tous les cyclistes. 

Nous avons reçu ce témoignage et nous tenions à vous le partager. Il montre que l’accès des vélos au tram répond à des besoins divers, mais bien réels.

Je tenais à vous remercier de l’initiative que vous avez engagé ! Cela fait plusieurs mois que je pestais dans mon coin et je suis heureuse de pouvoir me joindre à vous pour cette mobilisation.  Si cela peut vous aider dans vos échanges avec la ville, j’aimerai vous apporter mon témoignage d’utilisatrice. Car cet aspect reste peu évoqué et il me semble essentiel.

Je suis une femme cumulant plusieurs statuts (deux emplois sur divers sites) ainsi qu’une thèse en cours. J’habite aux Poteries. Je travaille à Illkirch, à la Robertsau , à Koenigshoffen ainsi qu’au centre ville et au campus esplanade. Cela fait donc bien des lieux différents. Je suis également amenée parfois à me déplacer à fegersheim/plobsheim. Je n’ai pas le permis, et je suis souvent chargée du fait de mes journées multiples emplois.

Depuis le covid, il m’est arrivé de faire le trajet Poteries-Montagne verte-Ostwald-Illkirch-Fegersheim-Eschau-Plobsheim (notamment lorsque les horaires de trains moins réguliers que les trams n’allaient pas). Qui pense à ce que physiquement cela produit ? Etant asthmatique en plus, les jours de fortes pollutions ont été extrêmement difficiles pour moi.

On parle souvent des liaisons par le centre mais peu des liaisons periurbaines. L’exemple Poteries-Robertsau illustre bien cela. Un bus à l’aller qui fonctionne (le 70 en 40min) mais plus après 20h. Comment rentrer le soir ? 2 options. Sans vélo dans le tram : 1h30 de trajet car en soirée peu de trams, entre 15 et 20 min d’attente entre chacun donc des correspndances allongeant considérablement les trajets .Finissant le travail à 22h, j’arrivais chez moi à 23h35. Mais avec le vélo (avant donc), je pouvais arriver à 22h50 en évitant d’attendre un B puis un D (car sans bus et sans vélo, c’est trois trams).

Concernant la dimension « femmes en vélo », je tiens à dire qu’il est des zones plus difficiles que d’autres pour les femmes. Le trajet Poteries-Illkirch que je realise via le canal de la bruche puis la piste des 4 rivières en est un exemple, même en pleine journée. Pas plus tard que dimanche dernier j’ai à nouveau vécu une tentative d’agression (caillassage) par des jeunes. C’est n’est pas la première fois, mais la troisieme. Les deux précédentes des hommes m’avaient stoppées à vélo avant que je puisse me degager et m’enfuir. Avant, je partais à l’aller en tram avec le velo (car hors horaires de pointe) et lorsque je revenais le matin à 8h (généralement peu de personne avant 14h) je rentrais via les pistes. Aujourd’hui ce n’est plus possible et cela m’expose à plus de risques. De même le soir lorsque nous ne pouvions plus mettre le vélo pour rentrer à 23h du centre à la périphérie (chose aujourd’hui reglée, ces horaires sont deja mieux que rien, mais elles ne solutionnent pas tout et sont insuffisantes).

Je pense que vous avez dû déjà avoir bien des retours aussi sur les difficultés des cyclistes avec crevaison à parvenir à monter dans un tram. De même lorsqu’il neige ! Je me suis retrouvée à marcher une grande partie de mon trajet illkirch-poteries car en sortant de mon travail de nuit ce mercredi, la neige est tombée et les pistes glissaient trop.

Voilà, je tenais à témoignr car j’ai l’impression que beaucoup d’élus et responsables cts ou de personnes contre les vélos disent que nos situations (femmes, cumul d’emplois, multiples lieux de déplacements) sont des cas exceptionnels. Mais dans une société où de plus en plus nous sommes amenés à revetir plusieurs casquettes pour vivre, malheureusement non.

Nos situations sont bien plus repandues qu’on ne le pense. Et quand bien même nous sommes une minorité, cela ne justifie pas que nous soyons ignoré.e.s.  Je pense que vous trouverez d’autres témoignages et réflexions avec solutions proposées intéressante sur le post (en commentaires) fait par le journaliste Pierre France le 21 janvier dernier sur son compte.
Bien à vous et encore merci mille fois de cette action !

La vitesse avec laquelle la CTS s’est précipitée pour interdire les vélos dans le tram au prétexte de mesure « sanitaire » et son affichage particulièrement abondant sur le tram, laissaient bien soupçonner une mesure anti-cycliste.

Nous en avons la confirmation aujourd’hui.
Sous la pression des usagers du vélo, la CTS et l’Eurométropole, permettent un retour des vélos dans les trams de 19h00 à 7h00 à partir du 1er février. Des horaires qui étonnent quand on sait qu’il y a un couvre-feu entre 18h00 et 6h00. Sachant que le trafic des trams est interrompu entre 0h30 et 4h30…

L’Eurométropole et la CTS promettent de consulter des associations (piétons, vélos, personnes handicapées…) pour fixer de « nouvelles règles » et éviter les « crispations » (sic).  On décide et après on discute, preuve que les mesures sanitaires n’étaient qu’un prétexte à une volonté interne.

Le collectif Vélorution regrette que les cyclistes soient finalement victimes collatérales des difficultés sociales internes à la CTS et que la structure parapublique soit bien en peine de donner des chiffres ou des exemples des supposées situations de conflits.

C’est une étrange conception de la transition écologique, citoyenne et démocratique de prendre des décisions appréciées au doigt mouillé pour l’unique intérêt de la CTS.

Alors que 21 des 29 agglomérations françaises qui ont un tramway accueillent sans problème les cyclistes, Strasbourg fait pâle figure. Même Lyon, a profité du déconfinement pour expérimenter cette autorisation.

Dans cette affaire, les personnes qui ont fait le choix du vélo pour des raisons économiques, par conviction, pour leur santé ou pour leur sécurité, femmes seules le soir, jeunes enfants, conditions météo…  ne sont pas prises en compte.

Plus que jamais nous maintenons notre Vélorution du samedi 30 janvier à 10h00, place de l’Etoile, et nous appelons ceux qui veulent transformer Strasbourg à nous rejoindre nombreux pour une déambulation joyeuse, et néanmoins déterminée.

Nous demandons un retour à la normale pour l’accès des vélos dans le tram en journée, hors périodes de pointe. Ces  créneaux peuvent être être rediscutés en fonction des horaires du couvre-feu.

Le vélo est l’avenir des villes.

Le collectif Vélorution.

Interpellés par un commentaire indiquant que l’emport des vélos dans le tram constituait une exception, nous avons épluché les règlements de service des réseaux de trams français.

Et bien il semblerait plutôt qu’il s’agisse du contraire : sur 29 réseaux, 21 autorisent l’emport – toujours sous condition, bien entendu – des vélos dans le tram.

Lyon est un exemple intéressant : ce réseau a utilisé le prétexte du déconfinement pour expérimenter l’emport des vélos qui, auparavant, n’était pas prévu… Exactement le contraire de ce qui se passe chez nous !

En interdisant purement et simplement le vélo dans le tram, la Compagnie des transport strasbourgeois rejoint avec des pointures telles que Marseille, Dijon et Nice, le petit club, fermé et très rétrograde, des réseaux de tram qui n’aiment pas les vélos.

 

Source :

Ville Longueur
(km)
Trafic journalier Date de mise
en service
Vélo dans le tram
Angers 12,3 36000 25 juin 2011 En position dépliée dans les trams uniquement, en dehors des heures de pointe (avant 7h, de 9 à 11h30, de 14h30 à 16h30, et après 19h)
source : https://www.irigo.fr/irigo-vous/foire-aux-questions/transports-irigo
Annemasse (Genève) 25 15 décembre 2019 A la condition que la place le permette et qu’ils ne gênent pas les autres voyageurs
Source : https://www.tpg.ch/fr/pour-les-cyclistes
Aubagne 2,8 13000 1er septembre 2014 Non
Source : https://lignes-agglo.fr/foire-aux-questions/#velos
Avignon 5,2 7800 19 octobre 2019 Ambigu : le règlement ne les interdit formellement que dans les bus.
Source : https://www.orizo.fr/titre-et-tarifs/fraude-et-pv/voyager-en-regle
Besançon 14,5 36000 30 août 2014 Les vélos sont tolérés si l’affluence le permet dans le tram mais interdit dans le bus.Source : https://www.ginko.voyage/le-reseau-ginko/bien-voyager/voyager-en-securite/
Bordeaux 77,3 282000 21 décembre 2003 Du lundi au samedi, il est possible de voyager en tram avec son vélo pendant les heures creuses (de l’ouverture du service (5 h) à 7 heures ; 9 h/16 h ; 19 h 30/1 h du matin) sous réserve que l’affluence le permette et toute la journée le dimanche  (un conducteur de tram peut interdire l’accès à un cycliste durant les heures « creuses » s’il estime qu’il y a trop de monde dans la rame).
Source : https://sedeplacer.bordeaux-metropole.fr/Velo/Se-deplacer-a-velo/Intermodalite
Brest 14,3 40000 23 juin 2012 Il est autorisé de monter dans le tramway avec son vélo aux horaires suivants :
Du lundi au vendredi : de 5h à 6h30, de 9h30 à 11h30, de 14h30 à 16h30 et après 19h30
Le samedi : de 5h à 11h30 et après 19h30
Le dimanche : toute la journée
1 vélo par plateforme, soit 2 vélos par rame. Picto vélo tram Bibus
En cas d’affluence, l’accès des vélos peut être temporairement interdit.
Les vélos pliants (75cm maxi) sont acceptés dans le tramway et dans le bus.
Source : https://www.bibus.fr/fr/se-deplacer/nos-modes-transport/parkings-relais/parkings-velos-ideaux-votre-mobilite
Caen 16,2 39000 27 juillet 2019 Les vélos non-pliants sont également admis à bord des Tramways, sous réserve de ne pas gêner la prise en charge des autres voyageurs. Les vélos doivent être tenus par leurs propriétaires et installés dans les espaces prévus à cet effet.
Source : https://www.twisto.fr/se-deplacer/mode-demploi/regles-pour-bien-voyager.html
Dijon 19 89000 1er septembre 2012 Non : Les vélos et trottinettes pliables sont acceptés à bord des bus et trams, à condition qu’ils soient pliés.
Source : https://www.divia.fr/bus-tram/bien-voyager/bonnes-attitudes
Grenoble 43,7 218000 5 septembre 1987 Les vélos non pliables sont admis dans la partie centrale du tramway les dimanches et jours fériés et avant 7 h 30 et après 19 h 30 les jours ouvrables, à raison de 4 vélos maximum par rame de type TFS et 6 vélos maximum par rame de type Citadis, sous réserve de ne pas gêner les voyageurs et de tenir dégagé l’espace devant les portes.
Source : https://www.tag.fr/125-reglement-d-exploitation.htm
Le Havre 13 50000 12 décembre 2012 du lundi au vendredi avant 7 h, entre 9 h et 16 h 30 et après 18 h 30 ; les samedis, dimanches et jours fériés toute la journée ; L’accès au tramway doit s’effectuer par les portes doubles. Les vélos doivent être tenus en main durant l’ensemble du trajet.
Source : https://www.lehavre.fr/sites/default/files/atoms/files/le_havre_a_velo.pdf
Le Mans 18,9 70000 17 novembre 2007 Les vélos sont acceptés dans le tramway de 9h30 à 11h30, de 14h30 à 16h30 et après 19h30, dans la limite d’un seul vélo par plateforme. Les vélos ne sont pas autorisés dans le bus.
Source : https://www.setram.fr/1014-Location-de-velo.html
Lille – Roubaix – Tourcoing 17,5 32 000 4 décembre 1909 Les vélos ne sont pas acceptés dans le métro et le bus. En revanche ils sont autorisés dans le tramway à raison d’un vélo par extrémité de rame.
Source : https://www.ilevia.fr/cms/institutionnel/faq/peut-on-prendre-le-bus-le-metro-et-le-tramway-avec-un-velo/
Lyon 73,6 350675 2 janvier 2001 En cours d’expérimentation suite au déconfinement, dans le tram en dehors des heures de pointe
source : https://www.lyoncapitale.fr/actualite/lyon-les-velos-autorises-dans-le-tram-pendant-le-deconfinement/
Marseille 12,7 100000 décembre 1893 Apparement non. En pratique, semble dépendre de l’humeur du chauffeur.
Source : https://www.feteduvelomarseille.com/velo-a-marseille/peut-on-prendre-le-velo-dans-le-metro-de-marseille/
Montpellier 60,5 268000 30 juin 2000 Les vélos sont tolérés uniquement dans le tramway en dehors des heures de pointe (7-9h et 16-19h) mais ne doivent pas être chargés par les portes simples situées aux extrémités de la rame. Ils ne doivent pas être entreposés derrière la loge du conducteur ni au niveau des portes simples.
Source : https://www.tam-voyages.com/presentation/?rub_code=8&thm_id=29
Mulhouse 16,2 60000 20 mai 2006 Embarquez votre vélo dans une rame de tramway, c’est autorisé durant les heures creuses de la  journée. En effet, le tramway est accessible de plain-pied et dispose d’un plancher bas intégral facilitant le transport du vélo dans la rame. Des portes vélos sont par ailleurs disponibles dans le tram-train.
Source : http://www.solea.info/se-deplacer/deplacement-multi-modes/velo
Nancy Situation très confuse : pas vraiment un tram, la Ligne 1 accepte les vélos, entre les arrêts Vélodrome et CHU Brabois. Les lignes de bus à haut niveau de service T2 et T3 refuseraient désormais les vélos mais le site de la STAN ne reprend pas cette info.
sources : https://actu.fr/grand-est/nancy_54395/deconfinement-nancy-velos-interdits-dans-certains-bus-sur-voie-tram_33602996.html et https://www.reseau-stan.com/se-deplacer/lintermodalite/velo
Nantes 41,3 285150 7 janvier 1985 Dans le Tramway, les vélos sont acceptés tous les jours, toute l’année avant 7h et après 19h. 1 vélo maximum par accès autorisé signalé sur la porte.
Dans les Navibus, les vélos sont admis toute l’année sous réserve de l’accord du personnel navigant. N1 et N2 : 10 vélos maximum – N3 : 5 vélos maximum. Le vélo reste sous la responsabilité du passager tout au long du trajet.
Source : https://www.tan.fr/fr/reglement-voyageur
Nice 24,2 193000 24 novembre 2007 Non. Source : https://www.lignesdazur.com/fr/foire-aux-questions/12/puis-je-prendre-mon-velo-dans-le-bus-ou-dans-le-tr/57
Orléans 29,3 77000 24 novembre 2000 Vélo et Tram : les bonnes pratiques
Quelques précautions pour bien combiner ces deux modes :
Ne pas monter dans le tram avec son vélo lorsqu’il y a affluence,
Veiller à ne pas gêner les autres voyageurs.
Source : https://www.reseau-tao.fr/48-Velo.html
Paris/Île-de-France 127,6 900000 6 juillet 1992 Non, uniquement sur la ligne 1 du métro, le trans port d’une bicyclette est possible le dimanche et les jours fériés, jusqu’à 16h30
Source : https://www.ratp.fr/question/je-souhaite-emprunter-le-reseau-ratp-avec-mon-velo-est-ce-possible
Reims 11,2 45000 16 avril 2011 Dans le tram, les deux-roues, avec assistance électrique compris, sont tolérés tenus à la main
Source : https://www.citura.fr/ftp/document/reglement-exploitation-010720-1.pdf
Rouen 15,1 67 000 17 décembre 1994 Les vélos pliants sont autorisés à bord des véhicules. Les autres vélos sont autorisés dans les TEOR, métro et bus accessibles (sans marches) sur les plateformes centrales et seulement à certaines heures et périodes de la semaine.Source : https://www.reseau-astuce.fr/fr/regles-pour-bien-voyager/77
Saint-Étienne 16 90000 4 décembre 1881 Le transport des bicyclettes est interdit sur le réseau, à l’exception des lignes de tramway, les dimanches et jours fériés, dans la limite de 4 par rame et sous réserve de ne pas gêner les autres voyageurs. Ils doivent être stationnés sur les plateformes et ne pas encombrer les couloirs de circulation.
Source : https://www.reseau-stas.fr/ftp/document/reglement-d-exploitation-sept2014.pdf
Saint-Louis (Bâle) 2,65 9 décembre 2017 Die TU, welche sich am Angebot Veloselbstverlad beteiligen, sind dem Anwendungsbereich Ziffer 1 zu entnehmen.
7.1.2 Je Reisende/r darf nur 1 Velo verladen werden, nach Möglichkeit auf der mit einem Velo-Symbol gekennzeichneten Einstiegsplattform des Fahrzeuges.
7.1.3 Der Selbstverlad von Velos oder ähnlichen Fahrgeräten ist möglich, sofern in den Fahrzeugen genügend Platz vorhanden ist und Mitreisende nicht behindert werden.
Source : https://www.tnw.ch/assets/files/content/T600_de_behig_09.12.2018.pdf
Strasbourg 49,7 317000 25 novembre 1994 Interdit depuis le déconfinement
Source : https://www.cts-strasbourg.eu/fr/se-deplacer/reglement-bus-tram/
Toulouse 17,4 47000 11 décembre 2010 Les vélos sont autorisés à bord du tram excepté du lundi au vendredi de 7h à 9h et de 16h à 19h (heures de pointe).
Source : https://www.tisseo.fr/se-deplacer/bien-voyager/en-metro-tram-bus
Tours 15,5 65000 31 août 2013 Dans le tram, les vélos sont autorisés à l’intérieur du tramway aux conditions suivantes :
Le stationnement du vélo doit se faire sur la dernière plateforme accessible par la dernière double porte (dans le sens de la marche) ;
Le vélo stationné sur la plateforme doit être maintenu immobilisé par son propriétaire sans entraver l’accès aux couloirs ou aux valideurs.
Par bienveillance envers les autres voyageurs, en cas de forte affluence dans une rame les propriétaires de vélo sont priés d’attendre la rame suivante afin de limiter la gêne.Source : https://www.filbleu.fr/reseau-fil-bleu/decouvrir-le-reseau/les-regles-pour-bien-voyager
Valenciennes 33,8 33 000 3 juillet 2006 Autorisés dans le tram en heures creuses
Source : https://www.transvilles.com/vivre-ensemble

 

 

 

Vélorution Strasbourg est heureux de vous présenter le premier numéro de son tout nouveau podcast. Une autre manière de vous partager notre passion du vélo et notre souhait de son développement à Strasbourg.

Pour l’instant, le Podcast est disponible sur la plateforme Anchor, Spotify,Pocket Cast, Breaker, Google Podcast,  radio public  et Apple Podcast et par le lecteur audio ci-dessous. Mais il est en train d’être distribué sur les autres plateformes. Nous mettrons à régulièrement à jour cette liste.

Nous vous souhaitons une bonne écoute, et si avez des remarques ou des conseils pour améliorer le Podcast n’hésitez pas à nous contacter. 

Au sommaire de ce numéro : 

  • L’actualité du vélo à Strasbourg
  • On a testé une piste cyclable – Koenigshoffen le long de l’extension du tram
  • La sécurité du cycliste
  • La bonne idée
  • Coup de cœur des chroniqueurs
  • Coup de gueule
  • L’accessoire sympa
  • La prochaine Vélorution

Pour compléter, voici les liens :

Le Podcast sur Anchor

A l’occasion du premier déconfinement et de la reprise du trafic des transports en commun, la Compagnie des Transports Strasbourgeois a décidé, unilatéralement et sans aucune justification, de bannir de ses tramways les cyclistes accompagnés de leurs vélos.

Les conditions prévalant antérieurement étaient pourtant équilibrées :
– hors heures de pointe (en semaine 7-9h et 17-19h),
– uniquement à l’arrière
– et uniquement si l’affluence le permet.

Les raisons de vouloir emporter son vélo dans le tram ne manquent pas, surtout en hiver : trajets multimodaux longue distance (alternative réelle à la voiture), panne mécanique, vandalisme, vol de selle, coup de mou, intempéries inattendues…

La CTS semble justifier le maintien de cette interdiction par l’absence de demande en ce sens des usagers… Pourtant, le Cadr67 et le collectif Vélorution ont à plusieurs reprises interpellé les élus et la CTS, sans succès à ce jour.

Ces associations vous proposent donc de les rejoindre pour une grande :

Manifestation à vélo
Samedi 30 janvier 2021
à 10 heures
Place de l’Etoile à Strasbourg

Vous pouvez retrouver l’actualité de l’évènement sur la page Facebook dédiée.

A l’issue du premier confinement, les cyclistes et leurs vélos ont été déclarés indésirables dans le tram strasbourgeois. Le virus était encore inconnu, et cette décision a été prise en urgence par la CTS.

Plus de 6 mois sont passés et le maintien de cette interdiction suscite l’incompréhension de la communauté cycliste. Une crevaison, un coup de mou, un vol de selle, une pluie imprévue… les raisons ne manquent pas pour, un jour, devoir embarquer sa monture. Suite aux nombreux témoignages reçus par le collectif Vélorution, nous avons interpellé ce lundi par écrit Monsieur Patrick MACIEJEWSKI, conseiller eurométropolitain et 1er adjoint de Schiltigheim.

Nous vous tiendrons informés de sa réponse, et nous tenons prêts à agir davantage si nécessaire.

Le collectif Vélorution

Tagués avec : , , ,

Une année bien singulière s’achève. Il y a un an, certains dessins judicieux associaient 2020 à l’année du vélo.

Personne n’aurait cependant pu imaginer que cette pirouette visuelle serait aussi prémonitoire : boom généralisé de la pratique du vélo, pistes Covid dans de nombreuses grandes villes, coup de pouce vélo en France, vélocistes débordés et pénurie de cycles…
Pour notre collectif, l’année fut riche en vélorutions, concertations et autres mobilisations.

Voici une sélection de dix temps forts de cette année :
janvier : début des rencontres avec les candidat·e·s aux municipales à Stras, Schilick et Illkirch
février : participation à la signature du pacte de la transition au sein du collectif Porte-voix
mars : vélorution votons vélo#1/débat avec en présence de représentant·e·s des candidat·e·s· et d’Olivier Schneider (FUB)
avril : demande de réouverture de la piste du canal de la Bruche,
mai : lettres ouvertes avec une quinzaine d’assos/collectifs pour demander des coronapistes
juin : vélorution votons vélo#2 avec les élu·e·s (sortant·e·s et à venir)
septembre : vélorution « des ronds pour les deux roues » à Koenigshoffen
octobre : interpellation concernant le non respect de la loi Laure lors de certains travaux
novembre : participation à la revue de projets cyclables avec l’EMS
décembre : mise en place d’une concertation pour le plan vélo à Schilick

On vous prépare deux vélorutions en janvier et février 2021, si le contexte le permet.
On vous dit donc à très vite !

Le Collectif Vélorution Strasbourg

– « La vélorue : le paradis des cyclistes ? »
– Oui, à certaines conditions !

En octobre 2019, la première vélorue de Schiltigheim a été mise en place rue Principale et rue des Pompiers.

Plus d’un an après, il serait intéressant d’obtenir un retour de ses usagers. En échangeant avec les cyclistes schilickois·e·s, c’est un ressenti clairement anxiogène qui en ressort, en raison des nombreuses infractions motorisées ! Pour un bon fonctionnement d’un dispositif de ce type, il faudrait que chacun·e joue son rôle :

  • Piétons : rester sur le trottoir (ce qui est globalement bien respecté), mais vous avez le droit de traverser en tout point de la chaussée,
  • Cyclistes : prendre votre place en roulant sur la chaussée, comme les chevrons vous l’indiquent, afin de faire comprendre le principe de la vélorue aux automobilistes
  • Automobilistes : rester derrière les cyclistes (comme la signalisation l’indique), ne pas tenter de dépassement ultra-dangereux en montant sur la piste cyclable à contre-sens, rouler à 30km/h et non pas 50 ou 70, prendre la rue de la Mairie pour éviter ce raccourci qui ne devrait pas en être un.
  • Élus : réfléchir et proposer des dispositifs permettant de réduire le trafic en changeant le plan de circulation ou en réservant l’accès aux seuls riverains (au delà de 1000 véhicules par jour, une vélorue ne fonctionne pas), réduire la vitesse et les dépassements intempestifs en proposant des aménagements tels que des potelets ou un vrai trottoir séparant la piste en contre-sens, voire un radar
  • Services : répondre aux demandes des élus en tenant compte des contraintes techniques
  • Commerçants : voir les avantages d’une rue réellement apaisée, sortir de la logique « no parking no business »
  • Clients : réfléchir à l’utilité d’un véhicule d’une tonne et demie pour chercher une baguette, un livre ou un paquet de cigarettes 😉
Nos propositions :
–  séparer clairement la piste en contre-sens de la chaussée pour empêcher tout dépassement
– une signalétique plus explicite avec de la peinture de couleur
– empêcher le transit des véhicules se rendant route de Bischwiller en changeant le plan de circulation (exemple : inverser le sens de circulation de la rue des Pompiers)
– proposer des expérimentations de piétonisation de la rue pour que chacun·e constate les bénéfices d’un apaisement véritable.
Ressources

« La vélorue correspond à une rue qui accueille un trafic vélo de transit et du trafic motorisé uniquement local. Dans certains pays, la vélorue est définie règlementairement et peut par exemple interdire le dépassement (Belgique), ou autoriser à rouler à plusieurs de front (Allemagne). Aux Pays-Bas, elle n’a pas de fondement règlementaire, mais fait l’objet de recommandations précises.

– les vélos doivent pouvoir s’approprier la chaussée : c’est le cas quel que soit le volume de vélos dès que le trafic motorisé est inférieur à 500 véhicules par jour. Idéalement, le trafic vélo est au moins deux fois supérieur au trafic motorisé, avec une limite pour ce dernier fixé à 2 000 véhicules par jour.

– la vélorue a la priorité aux intersections sur les autres rues transversales (pas de priorité à droite).

– la chaussée a le même revêtement que les pistes cyclables (enrobé rouge aux Pays-Bas).

Instaurer une vélorue est judicieux pour matérialiser un itinéraire vélo principal, dans une rue où ils sont l’essentiel du trafic, et où des pistes cyclables ne seraient pas possibles, ou pas pertinentes. Elle est implémentée comme une piste, ouverte au trafic motorisé ponctuel.
Hélas, le cœur du concept est souvent mal compris : ce qui permet l’appropriation de la rue par les vélos, ce n’est pas d’interdire aux voitures de dépasser, mais de s’assurer qu’elles sont peu nombreuses par rapport au trafic vélo.
En France, les vélorues telles qu’elles sont actuellement mises en place, peu contraignantes vis-à-vis du transit auto, ne renforcent que la pratique existante, mais ne sont guère attractives pour les cyclistes moins confiants.

Enfin, en tapant Fahrradstraße ou Fietsstraat sur Google Images, on constate que la signalisation allemande ou néerlandaise est plus explicite que la nôtre (logo de couleur en Allemagne, revêtement rouge pour toute la rue aux Pays-Bas).

 

6 mois que les vélos sont interdits dans le tram strasbourgeois !

A ce jour, seules la « capitale du vélo » et Lyon punissent leurs cyclistes de la sorte. Pourquoi tant de haine ?

Voilà une mesure pro-vélo simple, facile… et gratuite ! Alors que les températures avoisinent le zéro, les cyclistes ne demandent pas la lune, mais simplement le retour à la situation qui prévalait antérieurement : la possibilité d’emporter leur vélo dans le tram, en cas de besoin, quand l’affluence le permet, et en dehors des heures de pointes.

Voici une injustice qui a inspiré un vélorutionnaire, dont la lettre ouverte a été publiée dans les DNA du 14 et dont nous partageons l’indignation.

On en reparle très vite si la situation n’évolue pas.