Jour 3 – 19/03/2020 – S’ennuie

Le réveil n’a pas sonné ce matin. Je suis restée au lit et j’ai attendu… Quel intérêt y a-t-il encore à se lever ?
En milieu de matinée, j’ai décidé qu’il était l’heure. Alors, je suis allée regarder couler le café et je me suis dit qu’il fallait mettre un terme à cet interminable petit-déjeuner de trois jours.
La connexion internet, elle aussi, a fonctionné au ralenti.J’ai donc regardé par la fenêtre ouverte sur la rue au loin…


Une voiture…


Deux voitures…


Trois voitures…


Le chat éternue. Est-ce qu’il faut que je m’inquiète ?…


Quatre voitures…

Cinq voitures… Non. C’est la même qui repasse en sens inverse…


J’ai reçu le courriel d’un professeur de l’Université. Il a relu une partie de mon livre et il m’a apporté ses corrections. Ravie, J’allais enfin pouvoir m’investir dans quelque chose…


… Mais non. Connexion ralentie…


J’ai découvert la poubelle presque débordante d’ordures. Cela m’a emplie de joie : j’allais bientôt pouvoir (la) sortir !Il me paraît loin ce jour où j’ai envisagé sereinement, et même assez gaiement, le ralentissement de nos vies, le doux chant des oiseaux, le retour à l’essentiel. Ce qui devait être une paresse contemplative assumée se métamorphose peu à peu en un sempiternel vide maussade et subi.

Le rythme aussi est chamboulé. Il n’y a plus d’horaires. Le fameux repas de midi est déplacé à 15 ou 16h. l’aiguille de l’horloge ne tourne pas toujours à la même vitesse. D’une infernale lenteur lorsque je l’observe, elle file dès que je détourne le regard. Alors les couchers sont tardifs et les levers s’ensuivent.

Je m’inquiète aussi beaucoup pour mes engagements dans la lutte contre les écrans. Cela fait des années que j’ai quitté les réseaux ; j’essaye d’utiliser la technologie avec la plus infime parcimonie ; je lis des livres très sérieux sur le sujet… Et paf. En trois jours de confinement, je suis inscrite sur les réseaux sociaux et abonnée à un site de streaming.
Camarade, qu’en est-il de la lutte ? Camarade, qu’en est-il des actions ? Cesse de partager des vidéos camarade ! Lève-toi et va vers… mon appartement fait 34 mètres carrés.
Seule, j’ai l’impression de perdre mes valeurs. Peut-être ont-elles plus de sens en groupe. Bien sûr, je ne parle pas de cette plongée dans le virtuel (pour ça, je n’ai aucune excuse).

Et je promets solennellement
que j’irai à mon jugement

dès la levée du confinement.

J’ai hésité à partir au magasin pour m’occuper et assouvir ma curiosité de ce qu’il se passe à l’extérieur : y a t-il du monde dehors ? À quoi ressemble un magasin dévalisé ? Quelles sont les mesures mises en place pour protéger les caissières et caissiers ? Sauf que mes armoires sont pleines de la nourriture que j’oublie de manger. Qu’à cela ne tienne, je peux bien tricher, on ne viendra pas contrôler mes placards…

DÉSOBÉISSANCE !…

Finalement, j’ai décidé d’accepter ma condition et je suis « restée chez moi ».

Allez camarade ! Courage ! l’ennui est un passage nécessaire à l’émergence d’une bonne idée…

… enfin, je l’espère…

Ce contenu a été publié dans Confinement 2020. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Jour 3 – 19/03/2020 – S’ennuie

  1. Cha dit :

    Nous sommes donc plusieurs à étirer les repas dans le temps ! Ce confinement est fascinant, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *