Jour 12 – 28/03/2020 – Sans vous, lecteurs, que deviennent nos écrits ?

Fidèles lecteurs, je vous dédie l’écrit du jour.

Vous qui, depuis le début, commentez.
Vous qui levez haut vos pouces dans les airs.
Et vous qui restez anonymes.
Je vous remercie.

Je sais que parmi vous, certains sont malades.
Je vous souhaite de respirer, que la quinte de toux s’arrête et que l’énergie inonde vos veines.

je sais que parmi vous, certains sont seuls.
J’espère que votre ermitage vous apporte mille réponses, qu’il aide à faire resurgir vos passions et que de temps à autre, un coup d’onde (à défaut de fil) illumine vos journées.

Je sais que parmi vous, certains continuent à travailler.
Mais nombre d’entre nous se sont aperçus de la contingence de nos emplois, pendant que vous, nécessaires smicards, vous êtes là pour faire tourner le monde. Je nous souhaite que cette prise de conscience dépasse les frontières temporelles de nos confinements et que L’an 01 devienne réalité (“Et si on arrêtait tout ?”)

je sais que parmi vous, certains s’ennuient à en crever.
Je vous souhaite qu’une idée change le cour de vos journées et ressuscite vos envies.

À quoi sert un écrit s’il ne peut être lu ?
De plus en plus d’écrivains en herbes tentent se se faire connaître. Les librairies ne savent que faire des livres qu’on leur jette.
Un jour, un ami m’a dit :
« Il y a de plus en plus d’écrivains et de moins en moins de lecteurs. »
Vous êtes rares, perles de lecteurs, à vous jeter dans ces océans de mots, à vous plonger dans les pages noircies des dires des autres et à vous fabriquer les images, les récits et les pensées qui font de vous ce que vous êtes.

Alors, chers lecteurs, j’aimerais, à mon tour, vous connaître.
Quels sont vos livres préférés ?
Ceux que vous avez déjà finis depuis le début du confinement ?
Quels articles incroyables avez-vous lus ?
Quels sites internet ou quels blogs ont assouvi vos avidités ?
Dites-moi, s’il vous plaît, dites-moi tout !
Nourrissez-moi de vos passions !
Éveillez la flamme par vos textes, vos poèmes, vos haïkus…
Un trait d’esprit ou un calembour…
Ou simplement un mot qui dresse les poils de vos bras et fais vibrer vos épidermes.
Quel est votre mot préféré ?
Quel est votre temps préféré ?
Par exemple pour moi, c’est le passé simple. Complètement ringarde et désuète, vouée à l’abandon, cette gracieuse grammaire me rend légère. Elle m’emmène dans un autre monde et à une autre époque. Elle m’amuse de ses fins biscornues en -îmes ou -âmes…

« Au matin, la Chouette et moi nous prîmes congé ; je la reconduisis jusque chez elle et nous nous séparâmes comme si rien ne s’était passé. »
(L’âge d’homme, Michel Leiris, p.173).

C’est beau. Ça ondule. Ça vogue.

L’écriture est au service de nos réalités intérieures. J’aimerais que vous aussi, vous rassasiez le ventre creux de ma cervelle engourdie.

En échange je vous fais un cadeau.
Je vous donne l’exclusivité de mon site internet, ce petit monde que je crée durant mes journées confinées.
Voici le lien : http://azqs.com/lespetitsriens/
J’invite vos curiosités à gambader dans les onglets et les pages de ce qui m’anime le cœur.
Vos retours sont bienvenus. Ils amélioreront mon travail.
Vous pouvez m’écrire et me donner vos avis. J’en serai ravie !!!
Toutefois, s’il vous plaît, ne diffusez pas encore ce site ! Seul celui qui lit l’article est pour l’instant privilégié.

Vous pouvez tout me dire, en commentaire ou en privé, par texto ou par courrier, par pigeon voyageur (puisqu’il n’y a plus de postier), ou en criant fort à vos fenêtres ouvertes (peut-être que j’entendrai).

Et noyez-moi de vos plus beaux mots !!! Traînez-moi dans vos mondes !!!
Je veux rencontrer vos univers, épouser vos langages, pour que, par l’ondulation de nos phrases, nous puissions unir nos solitudes, à défaut de nous faire des câlins.

Pour finir, voici ce qui chez moi résonne, une petite madeleine auditive, un souvenir d’école comme ultime cadeau :

« Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le cœur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur. »

Jacques Prévert, “Le Cancre”, tiré du recueil “Paroles”

Ce contenu a été publié dans Confinement 2020. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Jour 12 – 28/03/2020 – Sans vous, lecteurs, que deviennent nos écrits ?

  1. Cha dit :

    Tu me fais sourire, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu ce poème de Prévert.

    Eh bien, répondons à tes questions !

    – Mes livres préférés sont Les raisins de la colère, Les Misérables et Ronce Rose. Je crois en tout cas. Je n’en suis jamais certaine… Et ce serait exempter les multiples recueils de poésie que je dévore…
    – Je n’ai commencé et terminé aucun livre depuis le début du confinement. Je lis quelques poèmes, quelques articles, mais la pile de livres qui m’attendent prend la poussière pour le moment.
    – Les artistes qui m’ont le plus marqué ces dernières années sont probablement Eric Chevillard et Vladimir Maïakovski.
    – Ton blog, il m’enchante. Je suis heureuse d’avoir le Gorafi sous la main pour quelques sourires aussi.
    – Mes mots préférés sont Phylloxera, Phanères et Exocoetidae.
    – Mon temps préféré ? Le temps pluvieux. J’apprécie aussi le passé-simple, tout comme toi.

    Prends soin de toi Ophélie 🙂 !

    • lespetitsriens dit :

      Merci pour ta réponse. Ne t’en fais pas, rien n’est gravé dans le marbre. Je pense que nous avons le droit d’avoir des préférences un temps et que celles-ci, au cours du temps changent. Le mouvement ! Sinon, on est mort…

  2. sauter dans les arbres dit :

    Beau soir,

    Je suis ici tout à fait sans hasard. Je suis engagé, dans le monde et dans une forme d’écriture qui essaie de le traduire dans le temps et ses mouvements.
    En ce moment, je suis ivre de langues des signes (LSF et Soundpainting). J’aimerais faire un documentaire sur les artistes de Soundpainting à Rio de Janeiro.
    J’écoute chaque jour en cuisinant Deleuze, j’aime beaucoup son cours sur l’état qui m’a donné des mots et concepts pour parler de l’état.
    J’aime beaucoup l’idée d’ethnologie du présent que j’ai lu ailleurs dans tes textes, je voulais regarder cela sur internet mais je suis trop fatigué ce soir.
    Je suis musicien itinérant. J’ai longtemps squatté à Lausanne, en Suisse, encore aujourd’hui c’est un jardin personnel fabuleux pour moi.
    Mon mot préféré du moment c’est « arborescent ».

    Un jour, j’espère qu’on se verra.

    « Petit traité d’écologie sauvage »
    https://puntish.blogspot.com/2020/04/petit-traite-decologie-sauvage.html?fbclid=IwAR2fJcB_ejzXYtVOyOV1aJrBeYQZGmrUC7kqmgvAelt5cMnayW4V1Hwu__E

    Bonne lecture

    • lespetitsriens dit :

      Merci pour ce partage. Très beaux projets en perspectives ! Je te souhaite d’aller au bout. La langue des signes est une langue fabuleuse. J’ai moi-même eu envie de l’exploiter dans mes différents travaux, personnels comme professionnels. La question qui jadis me taraudait : peut-on faire des lapsus en LSF ? La psychanalyse peut-elle aider à son étude ? Et comment ?

      Pour le reste, Gérard Althabe a participé à l’écriture d’un ouvrage qui s’intitule Ethnologie du présent.

      Au plaisir

      Ophélie A Meyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *