Piétons, cyclistes : pour des mobilités vraiment douces et apaisées

Une série récente d’articles des DNA a fait la part belle à un sujet récurrent et parfois passionnel à Strasbourg : la cohabitation entre piétons et cyclistes au centre-ville. Pour commencer, c’est plutôt bon signe de faire face à ce genre de problématique, qui sous-entend le recul progressif des véhicules motorisés, dans l’hyper-centre en tout cas.

Nous vous laissons lire les dix recommandations énumérées par ce travail journalistique de qualité : https://www.dna.fr/societe/2020/10/29/dix-idees-pour-en-finir-avec-les-conflits-pietons-cyclistes 

L’exemple de ce qu’il ne faut pas faire, vu à Bischheim, un espace mixte réduit, à côté d’une large chaussée exclusivement voiturable.

Certaines rejoignent nos préconisations largement développées cette année : sortir les pistes des trottoirs (une vieille et très mauvaise habitude strasbourgeoise à corriger), créer un vrai contournement du centre et de la ville (attendu pour décembre 2020), sécuriser les itinéraires (le fil rouge de nos actions !), synchroniser les feux pour les vélos (qui sont d’ailleurs superflus dans la grande île qui est une zone de rencontre).

D’autres nous laissent un peu plus perplexes : garantir des espaces sans vélo (ce qui ne peut être acceptable que si un itinéraire bis et attractif existe comme pour la rue d’Austerlitz / rue des Boeufs), changer la carte mentale des cyclistes (oui mais au prix de quels détours ? L’avantage du vélo étant de pouvoir emprunter le chemin le plus court), verbaliser les comportements dangereux (est-ce vraiment un moyen de faire avancer la cause du vélo ?)

Enfin, d’autres font appel au bon sens : peindre les tracés en vert, militer par l’exemple en rappelant la priorité absolue aux piétons et l’arrêt obligatoire aux passages piétons.

Nous ajoutons volontiers quelques suggestions complémentaires pour le centre-ville :

  • Rendre l’ensemble de la grande île réellement apaisé grâce à des aménagements adaptés, car les automobilistes n’ont pas compris le concept de priorité aux piétons et cyclistes sur la chaussée. Pourtant la signalisation au sol est explicite (cf photo ci-dessous)
  • Les feux tricolores n’ont plus lieu d’être, sur les quais interieurs nottament, hormis pour les intersections avec le tram.
  • Réduire encore l’espace alloué aux voitures (qui devraient être simplement tolérées) permettra de soulager les conflits d’usage piétons/cyclistes.
  • Prévoir un axe cycliste majeur sud/nord car aucun cycliste rationnel ne peut accepter de doubler son temps de trajet pour se rendre, par exemple des Halles à la place de l’Etoile.
  • Augmenter le nombre d’arceaux autour de la place Kléber (on les a comptés, il y en a 6)
  • Un grand oui pour le retour de la peinture verte (dans toute la ville) pour marquer clairement les priorités cyclables aux intersections.

Pour conclure, ne perdons pas de vue que s’il y a un bien un ennemi à notre cadre de vie c’est bien l’usage abusif de la voiture : autosolisme et trajets hyper courts. Une ville réellement sans voiture et rendue aux humain·e·s gagnera en harmonie et en convivialité 🙂