ZFE : les cyclistes sont pour !

L’Eurométropole est face à un immense problème : la pollution de l’air tue. Et pas qu’un peu : près de 500 décès par an sont imputables à la mauvaise qualité de l’air de notre agglomération, soit plus d’une personne par jour ! Ces morts ne sont pas virtuels, ce sont nos ami·e·s, nos voisin·e·s, nos grand-parents, nos enfants qui font les frais de ce mal invisible mais bien réel. Parmi les causes de cette pollution, il y a le terrible cocktail pollution industrielle et automobile. Et il a fallu une pandémie pour bien nous démontrer que les activités humaines en sont bien à l’origine. Ceci est un fait, il n’est hélas pas discutable. 
Les personnes qui font du vélo dans la ville sont les témoins privilégiés de la saturation automobile. La grande majorité de l’espace urbain ainsi que nos modes de développement du territoire ont été pensés pour les voitures. Nous avons agi dans un délire collectif, dans un état second, comme si nous pouvions continuer à dilapider le pétrole, ressource pourtant limitée et aux conséquences délétères. Celles et ceux qui tentaient d’alerter étaient traités de doux rêveurs idéalistes. Pourtant, ce n’est pas utopique d’agir et d’imaginer un autre avenir. C’est au contraire celui ou celle qui ne veut rien changer qui nie la réalité et se berce d’illusions
Le dérèglement climatique est en marche, et rien ne pourra l’arrêter à court terme. Mais nous pouvons agir pour en atténuer les conséquences qui se font déjà sentir aujourd’hui. La ZFE, toute contraignante qu’elle puisse paraître de prime abord, est au contraire une chance. Nous avons l’obligation de changer de comportement, mais d’accompagner le plus possible les entreprises, les particuliers et les plus fragiles économiquement. La solution est pourtant là : les cyclistes !
Quand vous croisez un cycliste, c’est un ami de vos poumons ! 
Au collectif Vélorution Strasbourg, nous savons que le vélo est bon. Il est bon pour votre portefeuille (19 000 € d’économie sur 5 ans par rapport à la voiture), bon pour votre santé, bon pour votre sécurité, bon pour votre cadre de vie et il est surtout bon pour le climat. 
Aujourd’hui, si l’on faisait enfin du vélo le moyen de transport principal à Strasbourg, les effets sur la qualité de l’air seraient spectaculaires. Mais il faut pour cela faire des choix importants en terme d’urbanisation et d’aménagements. 
– Des axes sécurisés inter-quartiers uniquement dédiés aux cyclistes.
– Un rééquilibrage dans les axes commerçants (Route de Bischwiller, route de Mittelhausbergen, rue Boecklin…)
– Enfin le respect de la réglementation sur le stationnement (piste cyclable, trottoirs…)
Pour développer le vélo à Strasbourg (actuellement 18 % des déplacements quotidiens domicile-travail), il faut séparer les flux et arrêter de créer des espaces de conflit avec les voitures et les piétons. 
Le collectif Vélorution est toujours heureux de constater que de nombreuses familles assistent à ses vélorutions. Oui, il faut apaiser l’espace public pour que les enfants et les jeunes puissent utiliser le vélo pour leurs trajets quotidiens de façon sécurisée. Car nous constatons que l’espace de la ville a été aménagé pour la voiture et non pour les modes de transport doux.
La ZFE nous permet de prendre le virage de la vie, de la qualité de l’air tout en se faisant du bien. 
Aux automobilistes qui s’inquiètent de la ZFE, nous vous invitons à tester progressivement des alternatives et à vous désintoxiquer de la dépendance aux énergies carbonées. Cela peut commencer par exemple par un défi à ne plus prendre sa voiture dans votre quartier ou vous imposer des journée sans voiture. 
C’est parce que nous sommes convaincu·e·s que le vélo est l’avenir des villes que nous pensons que l’adaptation aux dispositions de la ZFE sera plus facile avec plus de personnes sur les pistes. Et quand vous circulerez fièrement sur votre deux roues, vous pourrez peut-être croiser le regard d’une personne qui prendra une grande bouffée d’air… vous l’aurez peut-être sauvé·e !