Ville, virus et vélo : une occasion manquée ?

Après deux lettres ouvertes multi-associatives et trois réunions en visio (avec les services de la métropole, les élus de quartiers et les associations cyclistes) voici le point, 12 jours après le déconfinement, sur les aménagements cyclables et piétons proposés par la ville et l’Eurométropole de Strasbourg :

  • La grande île en zone de rencontre a été annoncée le 7 mai, pour le 11. Aucune mise en œuvre à ce jour.
  • Une bande cyclable rue de Molsheim a été annoncée et réalisée le 19 mai. Cette bande de 200m a servi de support à un point presse le 20 mai 2020.
  • Des voies de bus vont être créées et partagées avec les vélos sur certains boulevards, D’autres voies de bus existantes vont être autorisées aux vélos. Boulevard Clémenceau et rue Oberlin ( 700m), boulevard  Wilson et rue de Wissembourg (450m).
  • Une voie de circulation de 150m route de Vienne (place de l’Étoile le long du Conservatoire) va être rendue aux cyclistes et aux piétons, pour « éviter les conflits d’usage » sur cet axe très passant.
  • Avenue Jean Jaurès au Neudorf une piste cyclable sera créée à proximité des travaux en cours.

La bande cyclable rue de Molsheim, le seul aménagement en site propre créé à ce jour :

L’image contient peut-être : plein air L’image contient peut-être : plein air

Les vélos auront le droit de rouler avec les bus, comme c’est déjà le cas sur certains axes (ici Boulevards Clémenceau, Poincaré et Wilson). Si cet aménagement peut convaincre les cyclistes les plus aguerri.e.s, il n’est pas de nature à protéger suffisamment les néo-cyclistes et les pousser à franchir le pas :

Le réaménagement du carrefour de la rue de Vienne, devant la Cité de la musique et de la danse, en direction du centre-ville. Un carrefour mal conçu et générateur de conflits d’usage piétons-vélos. Chantier constaté le 28 mai 2020 :

Nous saluons la concertation qui a été proposée par la ville de Strasbourg à l’ensemble des associations mais nous déplorons qu’aucune de nos propositions n’ait été entendue et appliquée (hormis la zone de rencontre qui semblait déjà dans les tuyaux). Encore une fois, les grands axes desservant les quartiers et communes périphériques restent le terrain de jeu incontesté de la voiture.

Des aménagements décevants, pas à la hauteur des enjeux actuels qui sont d’accompagner un report modal vers le vélo. Si la longueur ne fait pas tout, avec 2,2 km d’aménagements, on est loin de la réactivité et du pragmatisme de l’urbanisme tactique largement adopté en France. Strasbourg a malheureusement confirmé le sentiment de nombreux.ses cyclistes du quotidien : si son réseau ancien la place parmi les villes françaises les plus accueillantes pour le vélo, elle ronronne et semble avoir perdu sa dynamique et son volontarisme en la matière.

L’Eurométropole a loupé une occasion unique de mettre un coup de pédale supplémentaire en faveur d’un report modal en faveur du vélo, dont elle s’est pourtant fixée comme objectif un doublement d’ici 2030.

Si d’autres aménagements cyclables sont à faire, ce sera à la prochaine équipe municipale de les mettre en œuvre.

A suivre, donc, et d’ici là : Votons vélo !

A lire sur le sujet : Articles de Rue89Strasbourg , des DNA et de 20minutes