• Proposer une émission / nous contacter
  • Qui sommes nous
  • Archives
  • Categories
  • Qui sommes nous

    2012 - 05.21

    Nous sommes un collectif de gens partageant la joie d’être ensemble dans les mouvements sociaux, qui par plaisir avons décidé de créer une radio web (ou web radio), musicale et politique.

    Ce projet est parti du constat simple, qui est que beaucoup de textes politiques ou de réflexions qui circulent dans les milieux autonomes, libres ou alternatifs, laissent dans l’ombre la parole des acteurs du mouvement social. Pour nous ces témoignages ont une importance aussi grande que des écrits politiques parfois longs ou pas forcément faciles à comprendre.

    C’est aussi pour échapper à une certaine logique universitaire et bureaucratique que nous souhaitons ouvrir notre radio aux gens oublié-e-s. Ces oublié-e-s qui luttent au quotidien pour exister et se faire respecter, sont la trame du mouvement lui-même. Notre « Histoire » sans ces acteurs des luttes sociales ne serait que celle des dates, des chefs, des rois, des aristocrates ou des bourgeois ; une histoire écrite par et pour les vainqueurs.

    L’idée étant que ces acteurs du mouvement social s’approprient le média pour parler d’une expérience ou d’une pratique de luttes, afin de laisser une trace de ces moments d’émulation sociale, de solidarité, de réflexion, de conflit et d’émotion.

    Le format d’une émission radio d’1/2 heure permet un témoignage direct, anonyme (ou non), ludique et vivant. Nous espérons que cette parole brute, non filtrée par des spécialistes autoproclamés ou cooptés, aidera à ouvrir des brèches dans l’ordre dominant. Notre désir étant que ces émissions, couplés avec des textes d’analyses et d’informations, incitent d’autres personnes à prendre plaisir dans des processus de transformation radicales, politiques et sociales.

     

     

    « Au cœur de la sphère productive et partout dans cette sphère de la production régnait la violence, violence ouverte du fleuve qui rompt ses digues, violence secrète des digues qui le retiennent. »

    Beltolt Brecht.