• Proposer une émission / nous contacter
  • Qui sommes nous
  • Archives
  • Categories
  • Archive for the ‘Emission’ Category

    Le STRASS et la question du Travail sexuel


    2012 - 06.07

    Cette nouvelle émission du 4 juin 2012, présente le STRASS (Syndicat du Travail Sexuel) et les luttes des travailleurs-euses du sexe.

    Durant cette interview, avec la référent-e strasbourgeoise du STRASS, est abordé la question du travail sexuel dans notre société, la fin des maisons closes (loi Marthe Richard), les migrants et la prostitution, les lois putophobes et sécuritaires (LSI etc.), la critique du discours abolitionniste

    L’émission est découpée en 3 parties d’une demi-heure. La dernière partie sera diffusée dans quelques jours.

    Partie 1

    la partie 1 aborde la définition de ce que sont les travailleurs-euses du sexe (la réalité sociale), l’histoire de la prostitution et l’historique de la naissance du STRASS et ses liens avec d’autres organisations, la LOPSI, les relations du strass avec les autres syndicats, la vision de la prostitution dans la société française, la position des socialistes français sur le sujet, et les réseaux (migration, sans papiers, prostitution). Le son ici: http://azqs.com/FTP/radioegregorealsace/syndicatStasse_partie1.mp3

    Partie 2

    Cette partie aborde la répression, la prostitution et le féminisme, la vénalité dans le couple, l’action du strass sur le terrain, les libertaires et leurs contradictions sur le sujet, les organisation des prostituées à Calcutta, Philippine et Amérique latine,  « l’abolitionnisme », le « prohibitionnisme », le « réglementarisme », la situation en Allemagne et en Suède. le son ici : http://azqs.com/FTP/radioegregorealsace/syndicatStrass_partie2.mp3

    Partie 3

    le son ici : http://azqs.com/FTP/radioegregorealsace/syndicatStasse_partie3.mp3

    Pour vous informer sur le STRASS  :

    http://site.strass-syndicat.org

    Pour prolonger la critique  :

    http://www.crepegeorgette.com

    http://www.alliancefeministesolidaire.org/2012/06/10-raisons-de-lutter-pour-la-decriminalisation-du-travail-du-sexe.html

    Sur la question de la traite des êtres humains

    http://lmsi.net/Luttons-serieusement-contre-la

    Notre ami wikipédia :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gail_Pheterson

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Marthe_Richard

    Wagenplatz


    2012 - 06.01

    Émission réalisée en Allemagne dans une Wagenplatz, lors d’une belle journée ensoleillé du mois de mai 2012, avec des habitant-e-s du lieu. Le  Wagenplatz n’a pas d’équivalent en France. Il consiste en une structure  regroupant divers résidences mobiles (voitures, camions, roulottes)  qui peuvent être agrémentée  de constructions collectives en dur. C’est généralement en autogestion. 

    Wagenplatz :

    C’est un lieu où des personnes vivent collectivement en camions ou roulottes, avec des structures autogérées communes fabriquées collectivement : une cuisine, un bar, une bibliothèque, une salle de son et projection-cinéma, un jardin-potager autogéré, une terrasse avec « postes de garde », etc. De nombreuses activités sont proposées à la population avec les camarades/ami-e-s : débats, projections, concerts, jardinage, échanges culturels, activités artistiques, soirées de solidarité par rapport à d’autres initiatives, lieux d’organisation de manifs et actions, le tout mêlé au fait que ce soit un lieu de vie alternatif et collectif.

    Cette émission découpée en 2 parties aborde l’historique des wagenplatz et son mode d’organisation

    Partie 1

     

    Partie 2

     

    Wikipédia est ton ami (article en allemand) :

    http://de.wikipedia.org/wiki/Wagenplatz

    Autre site sur le sujet (français) et l’habitation alternative/espaces libres :

    http://fr.squat.net/

    Exemple d’évènement et de lutte politique/culturel/de vie sur cette thématique :

    Kommando Rhino bleibet (http://la-feuille-de-chou.fr/archives/26649)

     

    MARCH 31 à FRANKFORT (manifestation anti-système/anticapitaliste)


    2012 - 05.22

    Émission réalisée entre le 31 mars 2012 et le 1 avril  à Francfort-sur-le-Main (capitale de la bourgeoisie européenne, siège de la BCE /Banque centrale européenne).

    Les prises de son se sont faites durant cette grosse manifestation qui a réuni plusieurs milliers de personnes (3000 à 6000 personnes). La manifestation s’est scindée sur le parcours. Les flics ont encerclé un groupe pour casser les dynamiques collectives et ont ciblé les gens qui se changeaient plusieurs fois durant la manifestation. Ils ont utilisé des caméras télescopiques pour filmer les gens dans la manifestation (on peut supposer qu’un Poste de Commandement visionnait les vidéos en directe, pour repérer les gens). Pour faire du chiffre et ficher les gens, ils ont arrêté plusieurs centaines (plus de 200) de personnes (dispersés dans plusieurs comico).

    Il semble que des gens embarqués ont capté des échanges entre des flics français et allemands. La manifestation a été prolongée par la journée du 19 mai. La résistance contre le Capital et ses valets continue (quelques pandores ont gouté du caillou)…

    Dans et après la manifestation

     

    Communiqué de presse des organisateurs de la manifestation :

    http://march31.net/de/2012/kurzmeldungen/pressemitteilung-m31-demonstration-in-frankfurt/

    les organisateurs de la manifestation expliquent :

    “Au cours de la manifestation, il y a eu des jets de pierres et de sacs de peinture contre le siège de la Banque Centrale Européenne, le Centre de la Police de la Ville et des agences d’intérim. Sous prétexte d’attraper “certains suspects”, la police a séparé (…) tout le dernier tiers de la manifestation à coup de matraques et de gaz lacrymogènes et l’a bloqué. Plusieurs personnes ont alors été blessées et certaines gravement. En raison de cette intervention disproportionnée, toute la manifestation a été bloquée pendant une heure et demi et continuer était devenu quasiment impossible. C’est pourquoi la manifestation qui devait d’abord aller jusqu’au chantier de construction de la nouvelle BCE s’est dissoute à Francfort Est. Plus de 200 manifestants ont été retenus dans la rue. On a refusé aux avocats de prendre contact avec ceux qui été retenus. Selon un porte-parole de la fédération (Ndt : des organisateurs) ce comportement de la police est “manifestement illégal”.

    Après la dissolution de la manifestation, plusieurs centaines de manifestant(e)s sont allés vers le centre-ville. Des actions on à nouveau été menées contre des bâtiments de bureaux et d’affaires, contre l’hôtel de ville et l’agence pour l’emploi.

    Leo Schneider, porte-parole du regroupement pour le 31 mars, a déclaré à propos de la manifestation : “A Francfort, on a vu un signe clair contre la politique allemande et européennes actuelles de la crise. Cette politique de la crise est de restaurer la compétitivité du capital sur le dos des salariés. Sous prétexte de quelques vitrines brisées, la police a violemment attaqué notre manifestation, blessé des dizaines de manifestants et retenu plus de deux cent personnes pendant des heures. C’est une absurdité compte-tenu de la brutalité des politiques d’austérité pour les gens en Europe et dans le monde. Les protestations militantes se sont dirigées directement contre des institutions responsables de la régulation néo-libérale de la crise et du renforcement de l’exploitation. L’attaque contre notre manifestation ne brisera pas notre résistance comme l’a montré la réaction de nombreux manifestant(e)s”.

     

    Pour aller plus loin :

    http://berthoalain.com/2012/04/01/austerite-affrontements-a-francfort-31-mars-2012/