Greenwashing version extrême droite

Greenwashing version extrême droite.

Sauver la faune et la flore d’un côté et laisser mourir des milliers de réfugié.e.s de l’autre côté, quand les néo-nazis la jouent écolo.

L’image contient peut-être : 5 personnes, texte et plein air

Bien qu’en général l’extrême droite a plutôt tendance à résister à tous les efforts pour concrètement protéger l’environnement, il existe un nouveau courant dans le milieu nationaliste qui donne à l’écofascisme une toute nouvelle signification. L’extrême droite peine à assumer totalement et publiquement son projet de société, surtout en raison de l’encombrant héritage de ses expériences passées, nazies et fascistes, ainsi l’utilisation de la lutte écologiste est une manière de donner une bonne image à leur mouvement. C’est politiquement plus correcte de se prendre en photo avec des sacs poubelles plutôt qu’avec le bras tendu. Mais on a tendance à oublier qu’à l’époque, le parti nazi allemand aussi montrait et entretenait une certaine éthique environnementale, qui lui permettait d’alimenter le sentiment patriotique. Au FN, l’écologie apparaît dans les programmes au début des années 1990, dans une optique identitaire et c’est exactement ce que les nazillons du bastion essaient de faire aujourd’hui.

L’image contient peut-être : ciel, nuage et plein air

La crise écologique engendre des problèmes sociaux à grande echelle, que certains nomment « crise humanitaire » et qui sont opportunément utilisées par la droite pour recruter sur leur base nationaliste raciste et hétéropatriarcale. Il est important pour celleux d’entre nous qui luttons contre les massacres environnementaux de s’assurer que le résultat recherché soit celui de l’émancipation collective, avec et pour tous et toutes, pas le fascisme, quelque soit sa couleur affichée!

L’image contient peut-être : texte

La seule solution durable et efficace pour vivre sur une planète sans déchets est d’éliminer dans ses logiques et rouages le système même, qui génère ces déchets, c’est-à-dire le capitalisme, qui, de part son objectif de continuelle croissance de production au moindre coût induit nécessairement l’augmentation continuelle de la production de déchets. Les actions des fascistes se résument à des actions de pureté personnelle, opportunistes, inutiles, sans aucun réel engagement écologique durable à la clé.

L’image contient peut-être : ciel, herbe, montagne, plein air et nature

En tant que participant.e.s et soutiens actif.ve.s de différentes luttes environnementales, nous rappelons qu’il est impératif d’intégrer continuellement une critique antifasciste et révolutionnaire au sein de ces mêmes luttes. Nous devons affronter activement les groupes racistes lorsqu’ils essaient de squatter nos luttes écologistes et antispécistes, et nous engager dans un antifascisme de long terme parallèlement à nos efforts pour défendre la terre contre les ravages du capitalisme. Donc ne vous y trompez pas, sur cette gentille photo, les néo-nazis ne font pas une action écologiste, en réalité ils tentent lamentablement d’exposer leurs idées puantes. Le véritable nettoyage d’un quartier commencerait par les virer du paysage, eux qui aimeraient tant qu’on vire à tous bouts de champs « les autres »*, comme si la saleté venait toujours d’ailleurs…
* Pour rappel le slogan officiel du Bastion Social : « les nôtres avant les autres » berk!

 


Action Antifasciste Mulhouse Haut-Rhin.

Ce contenu a été publié dans Articles de l'AFA MHR, Page d'accueil, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.