Joie ce matin en ouvrant notre journal local , Alain Jund, vice-président de l’Eurométropole en charge des transports, annonce le retour des vélos dans le tram aux conditions prévalant antérieurement, à la fin du confinement.

Le 3 mai, donc, si on a bien lu ? 😀

Un engagement public qui constitue – enfin ! – une avancée.

Un certain nombre de nos propositions ont été retenues (médiateurs, emplacements précis, dialogue régulier…) c’est une bonne chose.

Nous demandons toujours, l’accès immédiat au tram en cas de problème mécanique (pneus, vol de selle, etc.). Les cyclistes sont la solution des villes et doivent être regardés comme des partenaires de la qualité de l’air dans l’Eurométropole. Il faut en faire plus, et non régresser. Il est dommage de consacrer du temps et de l’énergie à le rappeler.

Merci à tous les vélorutionnaires qui se sont mobilisé·e·s 🙂

A l’attention de :

  • Madame Pia Imbs – Présidente de l’Eurométropole
  • Madame Jeanne Barseghian – Maire de Strasbourg
  • Monsieur Alain Jund – Vice-président de l’Eurométropole
  • Monsieur Patrick Maciejewski – Président de la CTS
  • Monsieur Pierre Ozenne – Adjoint au maire de Strasbourg
  • Madame Sophie Dupressoir – Conseillère municipale déléguée 

Voilà une année que les cyclistes, pour des raisons fantaisistes, ont été exclus de l’accès aux trams de l’agglomération strasbourgeoise. Un triste anniversaire.

Les vélos et les cyclistes autorisés à prendre le tram uniquement pendant les horaires de couvre-feu….

Le 10 février dernier, a eu lieu à l’EuroMétropole de Strasbourg une rencontre où se réunissaient les élus en charge des mobilités et de la CTS, des représentants des syndicats des chauffeurs de tram, la direction de la CTS et de nombreuses associations d’usagers. 

Un consensus fort se dégageait alors : tout le monde souhaite le retour du vélo dans le tram ! Les chauffeurs de tram demandent que ce retour se fasse dans les règles du respect de tous les usagers et des conducteurs. Ce qui a aussi fait l’unanimité. Des règles simples, concises et claires devaient être travaillées, réfléchies, concertées, et rappelées aux usagers. Nous attendons toujours, deux mois après, un compte-rendu et une date pour la deuxième réunion, comme s’y étaient engagés MM. Alain Jund et Patrick Maciejewski, respectivement Vice-Président de l’Eurométropole en charge des transports et Président de la CTS.

Le collectif Vélorution a rappelé ses demandes, extrêmement simples : retour immédiat dans le tram pour les vélos nécessitant une réparation, retour rapide de l’accès total aux conditions équilibrées prévalant antérieurement (week-end, hors heures de pointe, uniquement à l’arrière et uniquement si l’affluence le permet)

Plus qu’un symbole, ce retour à la normale permettrait à la métropole de Strasbourg de prouver enfin, après des années d’attentisme, son ambition de RE-devenir réellement la capitale du vélo et des cyclistes. 

Une politique qui coûte zéro euro, applicable de suite, en faveur d’une intermodalité vertueuse. Les cyclistes attendent toujours pour que le bilan de première année de la nouvelle équipe en charge des mobilités douces ne soit pas synonyme de régression. Nous restons mobilisés sur cette question centrale.

Le collectif Vélorution Strasbourg

Mais ce tram est vide… il pourrait accueillir quelques cyclistes !

Le samedi 27 mars 2021, le collectif Vélorution Strasbourg organisera sa troisième manifestation en 2 ans dans le nord de la métropole.

Nous emprunterons la route de Bischwiller et transformerons cet axe hostile en une vélorue joyeuse et festive. Nous passerons devant les mairies de Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim où nous proposerons des actions symboliques pour interpeller les élu·e·s sur l’urgence d’aménager cet axe uniquement dédié aux véhicules motorisés.

A Schilick, une concertation pour le plan vélo a été proposée en novembre 2020 mais après déjà 4 réunions, les associations qui expriment des demandes convergentes depuis début 2019 attendent toujours du concret. A Bischheim et Hoenheim, on assiste un statu quo depuis trop longtemps pour les cyclistes.

Combien sommes-nous à traverser quotidiennement cet axe, vestige d’un vieux monde, que ce soit à pied, à vélo ? Insécurités, incivilités, nuées de particule fines toxiques, nuisances sonores, angoisse et stress… Qui laisserait ses enfants ou ses parents traverser ces limbes urbaines pour qu’ils se rendent à l’école ou faire leurs courses ?

Le budget de 100 millions d’euros sur le mandat annoncé par l’Eurométropole et une volonté affichée sur le papier par les élus écologistes ne suffisent pas. Les cyclistes du quotidien sont toujours en attente d’actes concrets pour en finir avec cet enfer cyclable qu’est le nord de la métropole !

Nous rappelons que l’Eurométropole est une des rares agglomérations à ne pas avoir (ou si peu, 200 mètres !) expérimenté de pistes transitoires en 2020 malgré nos demandes récurrentes.

N’attendons plus, agissons !

Alors Mesdames et Messieurs les élu.e.s, nous comptons sur vous pour rendre nos villes marchables, cyclables mais surtout respirables et vivables. Venez en selle avec nous pour vous rendre compte ou alors rendez-nous des comptes !

Et rendez-vous à tou·te·s le samedi 27 mars pour une déambulation militante, festive et en musique.

Rendez-vous samedi 27 mars 2021 à 14h pour un départ à 14h30 de la place de Haguenau !

Le samedi 27 mars 2021 , le collectif Vélorution Strasbourg organisera sa troisième manifestation en 2 ans dans le nord de la métropole.
Nous emprunterons la route de Bischwiller et transformerons cet axe hostile en une vélorue joyeuse et festive. Nous passerons devant les mairies de Schiltigheim, Bischheim et Hoenheim où nous proposerons des actions symboliques pour interpeller les élu·e·s sur l’urgence d’aménager cet axe uniquement dédié aux véhicules motorisés.
A Schilick, une concertation pour le plan vélo a été proposée en novembre 2020 mais après déjà 4 réunions, les associations qui expriment des demandes convergentes depuis début 2019 attendent toujours du concret. A Bischheim et Hoenheim, on assiste à un statu quo depuis trop longtemps pour les cyclistes.
Combien sommes-nous à traverser quotidiennement cet axe, vestige d’un vieux monde, que ce soit à pied, à vélo ? Insécurités, incivilités, nuées de particule fines toxiques, nuisances sonores, angoisse et stress… Qui laisserait ses enfants ou ses parents traverser ces limbes urbaines pour qu’ils se rendent à l’école ou faire leurs courses ? Combien de citoyen·ne·s se replient tristement sur d’autres modes de transport polluants ) défaut d’aménagements plus équitables ?
Le budget de 100 millions d’euros sur le mandat annoncé par l’Eurométropole et une volonté affichée sur le papier par les élus écologistes ne suffisent pas. Les cyclistes du quotidien sont toujours en attente d’actes concrets pour en finir avec cet enfer cyclable qu’est le nord de la métropole !
Nous rappelons que l’Eurométropole est une des rares agglomérations à ne pas avoir (ou si peu) expérimenté de pistes transitoires en 2020 malgré nos demandes récurrentes.
N’attendons plus, agissons !
Alors Mesdames et Messieurs les élu.e.s, nous comptons sur vous pour rendre nos villes marchables, cyclables mais surtout respirables et vivables. Venez en selle avec nous pour vous rendre compte ou alors rendez-nous des comptes.
Et, ami·e·s cyclistes, rendez-vous à tou·te·s le samedi 27 mars pour une déambulation militante, festive et en musique. Départ à 14h30 du parc de la place de Haguenau !

https://www.facebook.com/events/820757355177457

Alors que l’exclusion des vélos des trams strasbourgeois va bientôt fêter sa première année, et malgré un groupe de travail qui s’est unanimement prononce pour leur retour, ce dossier peine à avancer. Nous avons relancé ce jour l’Eurométropole de Strasbourg à ce sujet :

« Voilà près de 20 jours que la table ronde « Vélos dans le tramway » a eu lieu.

À ce jour, sauf erreur de notre part, nous n’avons pas de retour. 

Il était convenu que l’ensemble des participants seraient destinataires entre autres : un compte-rendu de la réunion du 10 février 2021, une copie de l’enquête de la CTS et le Vélo présentée alors. 

De plus, vous deviez nous informer, rapidement, d’une nouvelle date pour la tenue d’une nouvelle session de la table ronde. Nous sommes toujours sans nouvelles. 

Ce silence est -il l’expression d’une gêne face à une question qui, finalement, n’aurait jamais dû se poser ?

Notre sentiment, conforté après la tenue de la première table ronde où un consensus se dégageait dès lors, est que le retour du vélo dans les trams ne pose pas de problème. Ce retour du vélo dans le tram ne peut être une victime collatérale des dissensus interne à la CTS.

Nous vous proposons donc de faire gagner du temps à tout le monde, et annoncer rapidement le retour du vélo dans le tram, qu’il n’aurait jamais dû quitter. 

Nous sommes à votre disposition pour toutes rencontres et discussions supplémentaires sur les modalités règlementaires de ce retour du vélo dans le tram. »

Des pistes bien aménagées, préservant cyclistes et piétons, tout le monde en rêve, mais où en trouve t-on le mode d’emploi ?

Il y a quelques mois, on vous parlait avec enthousiasme du Guide des aménagements cyclables de l’asso Paris en Selle, et, ce mois-ci, c’est le Cerema (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) qui vient en rajouter une couche en publiant, le 24 février 2021, un dossier avec 8 recommandations pour réussir sa piste cyclable.

On y retrouve des notions familières aux militant·e·s vélo, avec la différence de niveau entre chaussée, piste et trottoir, l’intersection plateau qui permet de visualiser les priorités, le rayon de giration et, enfin, des lignes directrices sur les largeurs à respecter pour une piste cyclable efficace et compatible avec le débit cycliste souhaité, et non pas simplement celui existant.

Bonne lecture !

Mettez des passionnés du vélo autour d’une table, branchez quelques micros et c’est parti ! Le plus dur pour les podcasts de la Vélorution c’est de faire court tant nous avons à dire sur le sujet. Mais rassurez-vous, nous savons tenir nos délais, et pour tout dire, nous avons réussi à faire un peu plus concis.

Voici donc le deuxième numéro du podcast de la Vélorution que nous avons eu le plaisir d’enregistrer sous le soleil de Koenigshoffen.

Au programme de ce numéro :

  • L’accès du vélo dans les trams
  • La prime VAE
  • La prime vélo
  • Les ateliers auto-réparations
  • Les clignotants vélo
  • Nouvelles pompes Altao
  • La neige et le déneigement

Pour écouter le podcast, vous pouvez cliquer sur lecteur ci-dessous :

Ou sur la plateforme de votre choix : 

Bonne écoute, n’hésitez pas à laisser des commentaires, à partager, à vous abonner… enfin tout ce qui peut contribuer à ce que l’on parle encore plus de vélo ! On compte sur vous !

Le feuilleton strasbourgeois de cet hiver avance : une première table ronde a réuni mercredi 10 février la ville de Strasbourg, l’Eurométropole, la CTS et les associations d’usagers pour savoir quand, et comment, les vélos allaient pouvoir être à nouveau acceptés dans les trams.
Fêtons cela avec un communiqué 🙂

Communiqué de presse 
La première session de la table ronde « sur le retour des vélos dans le tram » eu eu lieu mercredi 10 février à l’Eurométropole de Strasbourg. 
S’il faut saluer enfin la prise de position de l’EMS pour un retour des vélos dans le tram, Vélorution Strasbourg se pose la question « pourquoi dépenser tant d’énergie pour quelque chose qui semble simple et logique ? »
Remercions les associations présentes (Fédération des aveugles d’Alsace Lorraine, APF, Astus, Piétons 67, Cadr…) pour leur position nette et claire : oui au retour du vélo dans le tram !
Vélorution a rappelé ses positions :
  • Retour rapide du vélo dans le tram aux conditions équilibrées préexistantes depuis 30 ans (week-end, semaine sauf heures de pointe hors plages 7-9h et 17-19h, uniquement à l’arrière, si l’affluence le permet),
  • Mise en place d’un espace de dialogue CTS-usagers pour analyser et résoudre les difficultés ponctuelles,
  • Présence de médiateurs pour pacifier toutes les relations,
  • Retour immédiat dans les trams pour les vélos en « panne » (crevaisons, panne, dépôt chez un réparateur).
Comme le rappelait Sophie Dupressoir, Conseillère municipale déléguée à la ville cyclable et marchable, un cycliste dans un tram, c’est toujours une personne de moins dans une voiture. 
Nous appelons Pia Imbs, Présidente de l’Eurométropole et Jeanne Barseghian, Maire de Strasbourg à se prononcer très rapidement pour un retour à la normale pour les citoyens qui ont fait le choix du vélo, et qui de temps en temps, ont besoin d’un compagnonnage avec le tram. 
Ensemble, usagers à pied, à vélo, conducteurs de tram, élus et agents, nous avons toutes et tous reconnu l’utilité du service public rendu à la population assuré par la CTS et ses agents. Nous travaillerons en bonne intelligence à des aménagements garantissant une place pour chacun.e en faveur des mobilités actives et douces. Dans le cadre de cette intermodalité nécessaire, CTS et cyclistes ont tout intérêt à oeuvrer main dans la main.
En 2021, à Strasbourg, le retour des vélos dans le tram ne devrait même pas faire l’objet d’un débat.
Vélorution Strasbourg reste engagée et mobilisée pour défendre toutes et tous les cyclistes. 

Toute l’équipe de Vélorution voulait vous dire merci et voici une petite vidéo de la Vélorution « pour le retour du vélo dans le tram » du samedi 30 janvier 2021.
Merci à toutes et à tous de votre participation dans la bonne humeur légendaire des vélorutions strasbourgeoises ! On vous adore !

On a été heureux de vous voir à la Vélorution et on vous propose de garder le contact !
Si vous souhaitez vous inscrire en un clic à l’infolettre de la Vélorution Strasbourg, ça se passe par ici : https://framalistes.org/…/infos_velorution_strasbourg
Vous recevrez 1 ou 2 mails par mois – rarement plus – sur nos actions militantes, les chantiers en cours ou simplement l’actualité vélo du moment. Désinscription facile et possible à tout moment

L’équipe Vélorution Strasbourg

Nous avons reçu ce témoignage et nous tenions à vous le partager. Il montre que l’accès des vélos au tram répond à des besoins divers, mais bien réels.

Je tenais à vous remercier de l’initiative que vous avez engagé ! Cela fait plusieurs mois que je pestais dans mon coin et je suis heureuse de pouvoir me joindre à vous pour cette mobilisation.  Si cela peut vous aider dans vos échanges avec la ville, j’aimerai vous apporter mon témoignage d’utilisatrice. Car cet aspect reste peu évoqué et il me semble essentiel.

Je suis une femme cumulant plusieurs statuts (deux emplois sur divers sites) ainsi qu’une thèse en cours. J’habite aux Poteries. Je travaille à Illkirch, à la Robertsau , à Koenigshoffen ainsi qu’au centre ville et au campus esplanade. Cela fait donc bien des lieux différents. Je suis également amenée parfois à me déplacer à fegersheim/plobsheim. Je n’ai pas le permis, et je suis souvent chargée du fait de mes journées multiples emplois.

Depuis le covid, il m’est arrivé de faire le trajet Poteries-Montagne verte-Ostwald-Illkirch-Fegersheim-Eschau-Plobsheim (notamment lorsque les horaires de trains moins réguliers que les trams n’allaient pas). Qui pense à ce que physiquement cela produit ? Etant asthmatique en plus, les jours de fortes pollutions ont été extrêmement difficiles pour moi.

On parle souvent des liaisons par le centre mais peu des liaisons periurbaines. L’exemple Poteries-Robertsau illustre bien cela. Un bus à l’aller qui fonctionne (le 70 en 40min) mais plus après 20h. Comment rentrer le soir ? 2 options. Sans vélo dans le tram : 1h30 de trajet car en soirée peu de trams, entre 15 et 20 min d’attente entre chacun donc des correspndances allongeant considérablement les trajets .Finissant le travail à 22h, j’arrivais chez moi à 23h35. Mais avec le vélo (avant donc), je pouvais arriver à 22h50 en évitant d’attendre un B puis un D (car sans bus et sans vélo, c’est trois trams).

Concernant la dimension « femmes en vélo », je tiens à dire qu’il est des zones plus difficiles que d’autres pour les femmes. Le trajet Poteries-Illkirch que je realise via le canal de la bruche puis la piste des 4 rivières en est un exemple, même en pleine journée. Pas plus tard que dimanche dernier j’ai à nouveau vécu une tentative d’agression (caillassage) par des jeunes. C’est n’est pas la première fois, mais la troisieme. Les deux précédentes des hommes m’avaient stoppées à vélo avant que je puisse me degager et m’enfuir. Avant, je partais à l’aller en tram avec le velo (car hors horaires de pointe) et lorsque je revenais le matin à 8h (généralement peu de personne avant 14h) je rentrais via les pistes. Aujourd’hui ce n’est plus possible et cela m’expose à plus de risques. De même le soir lorsque nous ne pouvions plus mettre le vélo pour rentrer à 23h du centre à la périphérie (chose aujourd’hui reglée, ces horaires sont deja mieux que rien, mais elles ne solutionnent pas tout et sont insuffisantes).

Je pense que vous avez dû déjà avoir bien des retours aussi sur les difficultés des cyclistes avec crevaison à parvenir à monter dans un tram. De même lorsqu’il neige ! Je me suis retrouvée à marcher une grande partie de mon trajet illkirch-poteries car en sortant de mon travail de nuit ce mercredi, la neige est tombée et les pistes glissaient trop.

Voilà, je tenais à témoignr car j’ai l’impression que beaucoup d’élus et responsables cts ou de personnes contre les vélos disent que nos situations (femmes, cumul d’emplois, multiples lieux de déplacements) sont des cas exceptionnels. Mais dans une société où de plus en plus nous sommes amenés à revetir plusieurs casquettes pour vivre, malheureusement non.

Nos situations sont bien plus repandues qu’on ne le pense. Et quand bien même nous sommes une minorité, cela ne justifie pas que nous soyons ignoré.e.s.  Je pense que vous trouverez d’autres témoignages et réflexions avec solutions proposées intéressante sur le post (en commentaires) fait par le journaliste Pierre France le 21 janvier dernier sur son compte.
Bien à vous et encore merci mille fois de cette action !