Manifestation pour la sécurité des piétons et cyclistes à Bischheim !

Rendez-vous à 14 heures
Samedi 28 janvier 2022
Place de Haguenau à Strasbourg

Pour que la place des piétons et des cyclistes soit prise en considération. Pour permettre à tous les piétons et cyclistes de se déplacer en sécurité. Bischheim est faite pour le tout voiture : les accidents se succèdent, y compris pour les enfants qui se rendent à l’école. Il est urgent de réduire les pollutions et d’améliorer notre cadre de vie. Pour mettre en avant le mouvement citoyen en faveur des mobilités actives. Nous demandons sans plus attendre les aménagements nécessaires pour sécuriser les piétons et les cyclistes.

Autour de la table du podcast :  Cécile, Sabine, Cécilia, Manon, Somhack et Marion que des femmes. Une première pour notre podcast SÀV, avec des voix 100% féminines.

C’est tout naturellement que la thématique centrale du jour est le cycloféminisme. Nous développons cette thématique avec les ateliers d’auto réparation vélo en mixité choisie. Mais qu’est-ce que c’est que cette mixité choisie ? Nous vous laissons écouter.

Voici les lieux, jours et horaires des différents ateliers en mixité choisie à Strasbourg : 

Pour aller plus loin sur ces notions de cycloféminisme et la question du genre lié au vélo : Wiklou ou FAQ du collectif A vélo Simone.

Vous pouvez vous abonner à notre podcast sur toutes les plateformes de votre choix.

Pas celle des lieux de perdition, mais ceux qui permettent de gonfler nos pneus. Le collectif Vélorution et Strasbourg à Vélo ont fait le tour des bornes d’outils et de leur pompes en vrac : sur les 8 embouts installés, seul un fonctionne encore, quand ils ne dégonflent tout simplement pas les pneus.

Nous interpellons ce jour la ville de Strasbourg :

« Le collectif Vélorution et Strasbourg à Vélo se réjouissent de l’installation de bornes d’outils à Strasbourg, et nous appelons à leur développement dans le cadre du plan Vélostras, afin que chaque quartier soit équipé.

Nous relevons cependant, depuis plusieurs mois, la défaillance de certaines d’entre elles. Pour celle de la rue du Ban-de-la-roche, nous avons signalé le dysfonctionnement de la pompe à plusieurs reprises cette année, dès juin, sans que rien ne soit entrepris sur le terrain, si ce n’est la pose d’une affiche « en panne », qui n’est restée en place que deux jours.

En ce qui concerne les pompes, la situation est triste : sur les 8 embouts de pompe, seul un fonctionne, et 3, prévus pour les grosses valves, font pire que ne pas fonctionner : elles entrainent le dégonflement immédiat du pneu. Un service supposé aider les cyclistes, les conduit à se retrouver avec un pneu à plat.

L’absence d’entretien sur le terrain, en plus de priver les cyclistes d’un service utile, nous semble donner une image d’abandon, un peu en décalage avec l’ambition de Strasbourg en matière cyclable et le prix, que nous supposons modique, de ces réparations.

Nous avons effectué un diagnostic complet des 4 bornes d’outils, que vous trouverez ci-après et que nous souhaitons rendre public. Nous apprécierions une intervention rapide, au moins pour les embouts de pompes qui constituent un réel point noir.

Egalement, nous souhaiterions être destinataire de la convention d’entretien de ces bornes d’outils, afin de connaître les obligations du délégataire, notamment en termes de délais d’intervention. »

Ban-de-la-Roche
Outil allen abimé, les deux petites dimensions manquent
Grosse valve ne fonctionne plus (c’est la seule pompe où la petite valve fonctionne encore)

Wodli
Petite valve ne fonctionne plus, l’embout grosse valve dégonfle le pneu, une vis de l’embout est même manquante.
Un démonte-pneu abimé

Conservatoire
Petite valve ne fonctionne plus, l’embout grosse valve dégonfle le pneu

Parlement
Manque clés Allen (vol)
Clé de 15 HS (arrondie)
Petite valve ne fonctionne plus, l’embout grosse valve dégonfle le pneu

Edit du 28 janvier 2022. Après une énième relance, on nous propose « une réunion » sur le sujet. Nous sommes impatients de connaitre les difficultés éprouvées par une métropole de 400.000 habitants pour remplacer 4 embouts. Dépité·es par tant d’inertie, nous avons démonté et renvoyé les embouts déglingués à la Mairie :

Une interpellation de nos élu·es vélo du 17 novembre, au sujet d’un Cyclistes, Pied à Terre encore plus pénible que d’habitude, restée sans réponse :

« Depuis le 27 octobre, des travaux sont en cours quai Koenig, au sud de la place de Lattre de Tassigny, sous vos fenêtres.

Comme c’est la tradition à Strasbourg, aucun itinéraire de contournement n’est prévu et les cyclistes sont invités à descendre de leur vélo et à le pousser. Dans les faits, les cyclistes savent s’adapter si la gène est réduite, notamment en terme de durée.

Or, ce chantier dure depuis désormais 3 semaines et occasionne une gène importante. Dans le sens ouest-est, les cyclistes peuvent s’insérer dans le trafic automobile (dense et rapide à cet endroit) mais dans le sens est-ouest, les cyclistes sont totalement démunis.

C’est d’autant plus dommage que:

  • cette piste fait partie du réseau Vélostras, qui prétend assurer une continuité permanente, 365 jours par an,
  • la neutralisation d’une voie de circulation automobile aurait permis d’assurer sans difficulté les continuités piétons et cyclistes,
  • la neutralisation du parvis EMS tout proche avait donné lieu à une déviation cyclable, qui nous avait laissé l’espoir d’un abandon progressif des panneaux « pied à terre », qui sont ressentis par toute la communauté cycliste comme la marque d’un désintérêt profond de la collectivité pour les continuités.

Nous sommes dans l’attente de vos remarques et propositions effectives sur le terrain, dont nous pourrons informer nos adhérent·es. »

A vélo sur le GCO, un bel exemple de greenwashing ! *

On ne reviendra pas sur la genèse du contournement autoroutier de Strasbourg, une idée exhumée tout droit des années 1970, qui ne voit pas d’autre horizon au tout-bagnole qu’encore plus de routes, plus de goudron, plus de pétrole. Ni sur les conditions de sa réalisation, qui s’est faite au mépris des considérations environnementales, comme vient de le rappeler une décision récente du tribunal administratif de Strasbourg.

Quand on a une passif aussi désastreux, comment s’acheter à peu de frais une image de coolitude, tout en profitant du report de l’ouverture de son nouveau joujou autoroutier ? Par exemple en y proposant une balade à vélo, sans doute bucolique, sans doute amusante, mais qui bénéficiera uniquement à Vinci.

On ne doute pas du succès de l’opération (pensez-donc, « c’est gratuit » !) mais nous espérons au moins que les participant·es seront conscients que leur présence à l’évènement ne sera possible que parce l’entreprise compte sur elle pour se donner à peu de frais l’image faussée d’une entreprise sympa, qui aime le vélo et ne réalise pas du tout de profits sur le béton, le goudron et les projets écocides et polluants, tout le contraire ce qu’ont à offrir les déplacements à vélo.

Collectif Vélorution et Strasbourg à Vélo

*Le greenwashing, ou écoblanchiment, est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation (entreprise, administration publique nationale ou territoriale, etc.) pour se donner une image trompeuse de responsabilité écologique. La plupart du temps, les dépenses consenties concernent davantage la publicité que de réelles actions en faveur de l’environnement et du développement durable. (Wikipedia)

Nous sommes très heureux de vous annoncer la naissance d’une nouvelle association : « Strasbourg à Vélo ».

Créée par des membres du collectif Vélorution, Strasbourg à Vélo, que nous pouvons également appeler SAV, souhaite faire entendre la voix des cyclistes et redynamiser la politique vélo dans l’Eurométropole, mais également en Alsace.

Pour sa première année SAV va proposer un nouvel outil pour tous les cyclistes : Vigilo.

Il s’agit d’une appli collaborative citoyenne pour améliorer les déplacements des cyclistes, des piétons et de toutes les mobilités actives. Elle est déjà active dans de très nombreuses villes Françaises.

Les usagers pourront remonter et cartographier les difficultés quotidiennes rencontrées lors de leurs déplacements (véhicules ou objets gênants, aménagements mal conçus, défauts d’entretien …) Les données factuelles sont libres et à disposition des collectivités et associations qui pourront les exploiter et analyser afin d’axer des chantiers pour améliorer la mobilité de chacun.

Nous vous invitons à une soirée de présentation de SAV et de Vigilo Strasbourg le mardi 19 octobre à 19h00 à l’ARES rue d’Ankara à Strasbourg*. 

Ce sera également le moment de présenter notre bilan vélo de la première année des nouvelles équipes à Strasbourg et à l’Eurométropole.

Souriez, vous êtes à vélo !

* dans la limite des places disponibles – Pass sanitaire

Le collectif Vélorution souhaite la bienvenue à la toute nouvelle association Allgemeiner Deutscher Fahrrad-Club Kehl. C’est un peu comme la FUB chez nous, et leur première déclinaison locale à Kehl

On se propose de fêter leur création en se rendant à vélo jusqu’à leur fête de lancement, qui débutera à 14h à la Haus der Jugend, juste après la passerelle des deux Rives

Rdv ce dimanche 10 octobre
13h place de l’Etoile
pour un départ à 13h20 pétantes !

Salut les vélorutionnaires !

La rentrée est riche en évènements vélo ces prochains jours, dont pas mal où nous interviendrons :

A Strasbourg

  • samedi 18 septembre à 13h, débat « pourquoi pas le vélo ? » au Village des possibles (Parc citadelle)
  • dimanche 19 septembre de 14h à 18h, « rues libérées », avec la présence de notre collectif. Il s’agit d’une première étape vers une vraie journée annuelle sans voiture à Strasbourg, l’une de nos revendications phare !
  • mercredi 22 septembre 19h, table ronde Rue89 au Phare Citadelle sur le thème « Comment survivre sans voiture ? », avec la participation de notre asso.
  • le week-end des 25 et 26 septembre, Expo du vélo avec un stand inter ateliers d’autoréparation. On aime !

Mais aussi à Kehl avec nos amis de la toute nouvelle asso ADFC Kehl

  • le Kidical Mass 19/09/21 a 15h Rathausplatz. L’ADFC Kehl rejoint ainsi de nombreuses autres villes en Allemagne (https://kinderaufsrad.org/) pour cette vélourion de jeunes cyclistes. Nous ferons le tour de Kehl, de ses écoles. Ce serait chouette de voir beaucoup de jeunes cyclistes strasbourgeois prendre part à cette action !
  • Fête de lancement de l’ADFC Kehl le dimanche 10/10/21 de 14 à 18h a la Haus der Jugend de Kehl. Voici une partie du programme :
    14.00 accueil
    14.30 Discours du maire de Kehl, M. Vetrano
    14.45 Discours d’Alain Jund (en charge des transports à l’EMS)
    15.00 Conférence du Professeur Dr. Jochen Eckart, Uni KA, spécialiste en sociologie du déplacement
    14.30 – 15.30 Jeux, animations, activités.
    18.00 Ende
    Sternfahrt depuis les villes voisines : Strasbourg, Offenburg, Lahr. Vous êtes invité·es !
Au plaisir de vous y voir !
L’équipe du Collectif Vélorution Strasbourg

Le collectif Vélorution a participé avec enthousiasme à la concertation relative à l’accès des cyclistes au centre-ville et à l’élaboration d’un contournement efficace de la Grande Île. Une grande déception nous envahit cependant en apprenant, par la voix des DNA, que le contournement s’accompagnerait d’une interdiction pour les cyclistes de circuler dans deux axes majeurs du centre-ville.
Nous saluons bien évidemment la concrétisation d’un contournement du centre, que nous espérons au plus près de la Grande Île, tel qu’il est annoncé depuis 2013 dans le cadre du plan Vélostras, et d’un niveau de service qui soit réellement à la hauteur des attentes des cyclistes et des usages actuels du vélo : cargos, livreurs et VAE notamment.
Nous ne pouvons nous résoudre à ce qu’il s’accompagne d’une énième interdiction de circuler frappant les cyclistes, après une année d’éviction des trams où ces derniers ont été suffisamment montrés du doigt comme irresponsables ou dangereux.
Ces annonces occultent notamment l’importance de pérenniser – y compris lors de la grande foire annuelle de Noël – un axe nord-sud, dans le petit diamètre de l’ellipse, qui reste le plus rapide pour rejoindre le pont du Corbeau à la place des Halles.
Ces interdictions ne sont pas légitimes lorsqu’elles visent un mode de déplacement accessible à toutes et à tous, efficace, silencieux et non polluant. 
A la lecture de l’article, nous saluons tout de même la création de pistes cyclables rue de la nuée bleue, qui a un besoin urgent d’apaisement mais cet aménagement devra être prolongé et ne saurait constituer une amorce d’itinéraire nord-sud idéale.
Le collectif vélorution rappelle que des solutions simples, éprouvées ou non, restent à mettre en œuvre au centre-ville
  • des itinéraires bis efficaces et incitatifs (la ligne verte du marché de noël 2018 rue Sainte Hélène), 
  • un rappel écrit, à l’entrée de ces dernières, des règles de circulation des cyclistes en zone piétonne (au pas),
  • la matérialisation au sol, rue des Grandes Arcades, d’un cheminement privilégié (fil d’ariane), mais sans priorité, aux cycles et livreurs : il subsiste ainsi au sol les traces jaunes d’un couloir réservé aux travaux et à l’installation du grand sapin.
  • des capacités de stationnement vélo, efficaces et au plus proche des points d’intérêt du centre-ville, notamment place Kléber (437 places auto, seulement 6 arceaux vélo),
  • enfin, et surtout, la concrétisation effective de la zone de rencontre dans la Grande Île, « cadeau » inachevé de l’ancienne municipalité : piétons prioritaires, cyclistes vigilants, automobilistes tolérés.

Au sein du collectif Vélorution, les cyclistes que nous sommes sont tombé.e.s de nos selles à la lecture de l’article des DNA en date du samedi 7 août 2021, consacré à l’accidentologie à vélo. Voici un article rédigé avec un parti pris certain, un biais volontairement à charge contre la pratique du vélo, insuffisamment sourcé.

S’il est vrai que le nombre d’accidents cyclistes a augmenté, une démarche statisticienne pertinente aurait permis de pondérer ce pourcentage en regard de la hausse de la pratique nationale du vélo. Ainsi, l’Association Vélos et territoires précisait en janvier 2021 : « La fréquentation des pistes cyclables a progressé de 29% depuis la fin du confinement par rapport à la même période l’an dernier. » – à mettre en regard de l’augmentation de la mortalité cycliste, de 20%.

Si les aménagements suivent, l’expérience montre que l’augmentation de la pratique du vélo tend à réduire le nombre d’accidents par kilomètre parcouru, du fait de la visibilité accrue des usagers du vélo

Le collectif Vélorution déplore que trop d’usagers de la route trouvent la mort à vélo. Il est néanmoins essentiel de mentionner que si 42% des accidents cyclistes mortels en 2011 sont causés par les cyclistes eux-mêmes, la majorité des accidents mortels pour les cyclistes (près de 60%) est causée par les autres usagers de la voirie ! Les cyclistes sont donc très majoritairement des victimes des comportements motorisés.

D’autre part, l’analyse des causes mêmes des accidents nous a particulièrement estomaqué.e.s : se limiter à une liste d’incivilités et de comportements soi-disant répréhensibles de la part des cyclistes tout en occultant les autres causes accidentogènes traduit un point de vue partial.

Ainsi, aucune référence aux comportements criminels au volant, dont voici une liste non exhaustive, tels que les excès de vitesses, le non-respect de la distance minimale de sécurité pour doubler un cycliste, les stationnements sur les trottoirs ou les bandes cyclables privant les piétons et les cyclistes de leur espace de déplacement, ou encore les ouvertures intempestives de portières possiblement mortelles pour un cycliste. Ces infractions sont souvent commises en toute impunité, responsables de la plupart des accidents graves constatés ces dernières années à Strasbourg et alentours. Ces incivilités sont devenues si « normatives » que d’aucuns les trouvent « normales ».

Aussi, l’article laisse à penser que les aménagements cyclables seraient à ce jour suffisants et adaptés aux multiples pratiques cyclistes. Et ce, alors même que les aménagements en zone rurale et dans la plupart des villes françaises sont encore largement lacunaires. Même Strasbourg la pionnière souffre de l’ancienneté de nombre de ses pistes.

Les circonstances des derniers accidents mortels pour les cyclistes survenus dans l’agglomération strasbourgeoise contredisent ce qu’avance cet article : aucun de ces accidents mortels n’a pour cause une quelconque responsabilité de la victime, mais sont directement imputables à des infractions motorisées ou des aménagements insuffisants.

Les chiffres égrenés dans l’article ne permettent pas de démontrer que les cyclistes tuent d’autres usagers de la route avec leur vélo, un cas qui reste exceptionnel au niveau national. Le collectif Vélorution tient à souligner que même avec une conduite exemplaire, un usager de la voirie à bord d’un véhicule à moteur thermique participe à la pollution de l’air qui tue aveuglément près de 500 personnes par an dans une agglomération comme la nôtre. Il n’existe pas de décès indirects dus à la pratique cycliste.

Que dire enfin de la comparaison hasardeuse entre le port du casque à moto ou à scooter et le port du casque à vélo ? En effet, « 100% des usagers des deux-roues motorisés porteraient le casque ». Heureusement… car celui-ci est obligatoire et vital. Et si « seulement 26% » des cyclistes portent le casque à vélo, ce sont pourtant bien 100% des cyclistes qui respectent la loi : le port du casque à vélo ne revêt aucun caractère légalement obligatoire pour un usager âgé de plus de 12 ans

L’exposé de tels préjugés « anti-vélo » a de graves conséquences. Il participe au sentiment général que les cyclistes accidentés « l’ont bien cherché ». Cela ne favorise aucunement le sain questionnement des usages des véhicules motorisés ni la remise en cause des comportements de leurs usagers. Cela ne donne aucune perspective au-delà de la voiture personnelle et de l’auto-solisme qui encombre et asphyxie nos villes.

Le collectif Vélorution invite les personnes qui s’intéressent authentiquement au sujet du vélo à le vivre de l’intérieur et à venir pédaler avec nous aux heures de pointe, au choix, sur la route de Bischwiller, la route de Schirmeck, la rue Mélanie ou la route de Colmar. Ainsi, ces personnes pourront – elles aussi – constater qu’il ne suffit pas à Strasbourg, d’être exemplaire pour être à l’abri du danger. Les aménagements cyclables véritablement sécurisés sont encore trop insuffisants.

La pratique du vélo est une chance et non pas un problème pour nos villes. Car le vélo est porteur de nombreux effets secondaires vertueux pour notre territoire.

Nous encourageons donc nos élu·e·s à poursuivre la politique volontariste qu’ils sont en train de mettre en œuvre pour aménager les axes structurants et sécurisés pour tous les usages du vélo, en s’inspirant de villes modèles telles que Copenhague, Amsterdam ou dynamiques comme peuvent l’être Grenoble ou Paris.