DNA – Courrier des lecteurs : La Lettre du Collectif – 17/07/2015

Et ce matin, dans les DNA, notre Lettre du 7 juillet est publiée en Courrier des Lecteurs, page 41 :

Un établissement de bains coupé en morceaux ? 

DNA couriier des lecteurs 17 juin

Il ne manque que la première phrase et les deux derniers paragraphes. Lire le texte complet : 

La Lettre du Collectif – 17 juillet 2015

 

Lettre recommandée à R.Ries et R.Herrmann – 06/06/2015

Voici le texte de la lettre envoyée par le Collectif, en recommandé, à Roland Ries et à Robert Herrmann, en date du 6 juin 2015 : 

Collectif La Victoire Pour Tous

A l’attention de

M. Roland Ries, Maire de Strasbourg
M. Robert Herrmann, président de Strasbourg Eurométropole
Ville et Eurométropole de Strasbourg
1, parc de l’Etoile
67076 Strasbourg cedex

Strasbourg, le 6 juin 2015

Objet : demande de documents concernant les Bains Municipaux
Lettre recommandée avec A.R.
Monsieur le Maire de Strasbourg,
Monsieur le président de l’Eurométropole,

Nous avons adressé un courrier à M. Olivier Bitz, en date du 13 mai dernier, afin de lui demander l’accès aux études réalisées jusqu’à ce jour sur les Bains municipaux.

A ce jour – et malgré diverses relances – nous n’avons toujours pas eu de réponse de sa part. Ce qui est fort étonnant, surtout après les déclarations de M. Bitz à la presse (Rue89, 07/05/2015) : « Les études sont des documents administratifs auxquels chaque citoyen peut avoir accès, c’est tout à fait normal. Il n’y a rien de caché. »

Comme nous l’avons déjà signalé, l’examen de ces documents est important pour nourrir la réflexion du Collectif sur l’avenir des Bains. Or, plus de trois semaines se sont écoulées depuis notre demande et, face à votre urgence manifeste de traiter le dossier de rénovation des Bains municipaux, nous comprenons encore moins l’absence de réponse de M. Bitz.

C’est pourquoi nous nous adressons à vous et vous signifions, par la présente, notre demande formelle de prendre connaissance de l’ensemble de ces documents.

Ainsi, outre l’analyse de la structure du déficit des Bains (2 M€… ou 3,5 M€, comme l’affirmait Fréderic Thommen lors de notre rencontre du 25 avril ?), nous vous prions de nous préciser quelle étude a abouti à une estimation de 30 millions d’euros pour la rénovation et la remise aux normes de l’établissement.

Par ailleurs, pour mieux comprendre vos propos, nous  vous remercions de nous faire parvenir l’étude d’impact d’un investissement de 30 millions d’euros sur le budget de la Ville, avec tableau d’amortissement, ainsi qu’une évaluation de l’impact financier de la non-utilisation de nombreuses surfaces.

Pour que l’information soit complète, nous élargissons notre demande à toutes les études réalisées ayant rapport aux Bains Municipaux, ainsi que sur le coût relatif à chaque prestation. Pour faciliter votre recherche, voici une liste (non exhaustive) des études en question :

  1. Étude réalisée par l’agence Rey+Lucquet, 67000 – 1998/1999
  1. Enquête sociologique portant sur les usagers / usages des lieux                 …/…
  1. Étude de définition : État des lieux, inventaire prospectif et analyse des besoins et historiques / Scénarii d’intervention et pré programme / Programme technique détaillé –ISC INGENIERIE SPORTIVE ET CULTURELLE, 78100 Jean‐Paul Philippon architecte, Aemco, BTP Consultants, Océade Ingénierie – 2008/2009
  1. Prestations de communication pour la restructuration des Bains municipaux–18/05/2010
  1. Assistance à maîtrise d’ouvrage, mission exploratoire sur les potentialités / restructuration et gestion des Bains municipaux – 13AVRIL CONSEIL, 67000 – 18/03/2010
  1. Assistance à maîtrise d’ouvrage, détermination, vocation et localisation d’une piscine – ISC INGENIERIE SPORTIVE ET CULTURELLE, 78100 –02/11/2009
  1. Étude de faisabilité (compl) construction nouveau centre aquatique – 2010 ISC INGENIERIE SPORTIVE ET CULTURELLE, 78100
  1. Étude concernant le schéma directeur des piscines de la CUS – ISC INGENIERIE SPORTIVE ET CULTURELLE, 78100
  1. Enquête de satisfaction auprès des usagers des piscines – ED FIELD, 67100 – 28/05/2014
  1. Assistance juridique, financière et fiscale dans le cadre du choix du mode de gestion et de la mise en œuvre de la procédure relative à la rénovation et l’exploitation des bains municipaux de Strasbourg – 2010 – Finance Consult / Sartorio/Algoe – 75009 Paris.
  1. Bains Municipaux de Strasbourg, dossier CUS, 2010 – Cf. cité dans la bibliographie du Mémoire de Projet de Fin d’Etudes 2012 – INSA Strasbourg – Ribstein Adèle – « Piscine à quai, un tremplin pour Starlette, à Strasbourg » – directeur de diplôme : Frédéric Thommen

Avec nos remerciements anticipés, veuillez agréer, Monsieur le Maire, Monsieur le président de l’Eurométropole, nos sentiments les meilleurs,

Pour le Collectif La Victoire Pour Tous,
Bernard Aghina, Anne Froesch, Joël Henry, Frédéric Kosman, Didier Laroche, Jean-Daniel Moussay, Myriam Niss, Françoise Olivier-Utard, Maurice Schaeffer, Liane Zoppas

La Lettre du Collectif – 7 juillet 2015

A propos des Bains municipaux de Strasbourg…

Après la délibération votée par le Conseil municipal du 22 juin et le Conseil de l’Eurométropole du 26 juin : analyse par le Collectif « La Victoire pour tous » des propos tenus lors de ces séances. 

Dessin de Fritz Beblo

Le débat sur la rénovation des Bains, le collectif l’a porté dans la cité. Il a impacté aussi le discours de la municipalité, qui l’a évoqué à plusieurs reprises, ce qui marque la reconnaissance de notre action. La délibération a été adoptée, mais après des débats que l’exécutif a délibérément choisi d’abréger et malgré des voix contre (14 en CM ; 10 et 2 abstentions  en CE). Il n’y a donc pas de consensus et, des interventions d’élus de la majorité laissent penser que, sauf passage en force, la rénovation des Bains par privatisation ne se fera pas aussi simplement que prévu.

Cependant, rien n’est acquis ni garanti. Malgré les propos consensuels sur la qualité de l’établissement et sur son état de dégradation… la majeure partie de l’établissement a été oubliée dans les discours ! Et la charte qui accompagne la délibération laisse transparaitre de fait un objectif de démembrement des Bains municipaux.

Un établissement de bains coupé en morceaux ?

L’établissement géré par la ville est aujourd’hui composé de deux piscines, de salles de bain, d’un sauna et de bains romains. Or, seul un bassin et des douches ont été évoqués comme pouvant garder l’accès au grand public, sauna et bains romains étant considérés comme « pas compris » dans cette offre… Quid du reste de l’établissement de bains ? Il nous apparait que le projet distingue désormais trois entités :

  • Une piscine, à gérer dans le cadre d’une mission de service public
  • Des douches, restant dans le cadre d’un service public traditionnel
  • Tout les reste, plus de 2/3 de l’établissement, dont le statut n’est tout simplement pas évoqué, ce qui laisse entrevoir un projet qui s’écarte considérablement de la vocation originelle de l’établissement, conçu pour l’hygiène et la santé, dans un esprit de mixité sociale et d’appropriation d’un bien commun.

Encore une mission d’étude !

Une mission d’étude a été commandée par la Ville et l’Eurométropole à la SPL des Deux Rives, coût initial : 135 000€ HT. Mais ce n’est pas la SPL qui la réalisera : selon l’appel à la concurrence que nous avons mis au jour quelques jours avant la délibération, elle se chargera du recrutement d’un prestataire, dont la mission portera sur la définition du projet, ainsi que sur les modalités de financement des travaux et « d’exploitation de l’équipement rénové ». Ville et Eurométropole se désengagent ainsi du financement et de l’exploitation. Contrairement aux termes de la délibération, la SPL n’est donc pas compétente pour la réalisation de l’étude en question : elle agit en tant qu’intermédiaire…

Rappelons au passage que plusieurs études pour un coût bien supérieur à 500 000€ ont déjà été produites sur la rénovation des Bains.

Des contre-vérités sur le déficit et le coût des travaux

Depuis 2010, l’exécutif local communique sur le « déficit » des Bains – estimé aujourd’hui à 3,2 millions d’euros par an – et sur le coût de la rénovation : le chiffre avancé est de 30 millions d’euros (devenu entretemps 40 M€, au Conseil de l’Eurométropole), sans que nous aient été fournis d’éléments pour étayer cette évaluation.

La responsabilité du déficit qu’avance R. Hermann, est à attribuer aux municipalités successives qui ont eu en charge sa gestion. Or, au cours des 25 dernières années, 19 sous gouvernance des Socialistes – dont 10, avec R. Ries en tant que maire– R. Herrmann en a eu la responsabilité directe en tant qu’adjoint aux Sports, avant de devenir premier adjoint. Aucune initiative n’a pourtant été prise pour rénover les Bains, diversifier ses prestations, accroitre son attractivité, élargir ses amplitudes horaires, mettre en œuvre des économies d’énergie. Au contraire, l’on a supprimé des prestations (massage) et souvent réduit les horaires par le maintien de bassins fermés…

Dans la plus grande contradiction, le rapport de présentation au CM, en évoquant les objectifs fondamentaux du projet de rénovation, engage Ville et Eurométropole à « financer le projet à un coût de fonctionnement constant pour les collectivités », soit 3,2 millions d’euros par an. Dans les bains rénovés, une subvention de 3,2 M€ continuerait donc d’être affectée aux Bains.  Ce déficit aurait mystérieusement presque triplé en 5 ans (1.2 M€ en 2010, cf. l’atelier de projet) ? Ces 3,2 M€, critiqués aujourd’hui pour le fonctionnement de l’établissement de bains, deviendraient acceptables demain, alors qu’on ne garderait qu’un bassin et quelques douches accessibles ? 

Une transparence affichée dans les discours… mais pleine de zones obscures.

Le Collectif a refusé la deuxième rencontre proposée par O. Bitz notamment parce que ce dernier nous a refusé l’accès aux études que nous lui demandions (voir l’intégralité de la lettre de réponse à O. Bitz, sur le site). Il ne nous est toujours pas possible d’ailleurs d’accéder à ces documents, pourtant publics et légalement accessibles. Cette demande a cependant été relayée largement, au cours de ces Conseils, par l’opposition et également par un membre de la majorité.

Le Collectif s’est toujours déclaré ouvert au débat. La volonté de l’éviter est le fait de la municipalité : chargé du dossier, O. Bitz a choisi de rencontrer séparément les acteurs, le dépôt de la pétition n’a pas été autorisé à l’intérieur des Bains, un média a été interdit de visite des Bains en compagnie du collectif, interdiction niée par O. Bitz de façon mensongère… 

Le Collectif La Victoire pour tous reste plus que jamais mobilisé pour la rénovation des Bains municipaux et le maintien de toutes ses fonctions dans le service public.

Que ce prestigieux établissement reste un lieu de bain public au service de tous et accessible à tous!

________________________________

Voir, à ce propos (cliquer sur le lien) : 

Les Bains chez les eurométropolitains… 

Lettre ouverte aux Conseillers municipaux de Strasbourg à propos des Bains municipaux 

Lettre ouverte aux Conseillers eurométropolitains à propos des Bains municipaux

Réponse du Collectif à Olivier Bitz – 05/-5/2015

Lettre recommandé à R. Ries et R. Herrmann – 06/06/2015

________________________________

Lettre publiée dans les DNA du 17/07/2015 : DNA – La lettre du Collectif – 17/07/2015

Les Bains du Maire :

Tiens, tiens… Le Plan Piscine !

On se disait bien qu’il y avait un budget de prévu pour les Bains ! Il était même inscrit dans les promesses de campagne du candidat Roland Ries, en 2014. Tout le monde doit avoir encore un exemplaire dans son tiroir (même R.Herrmann, qui affirmait, en Conseil de l’Eurométropole, qu’il n’a jamais été question des Bains municipaux, dans le Plan Piscine); nous en avons retrouvé le nôtre… 

PROGRAMME RIES 2014 - POINT 41 BAINS

Voir, à ce propos (cliquer sur le lien) : 

Les Bains chez les eurométropolitains… 

Lettre ouverte aux Conseillers municipaux de Strasbourg à propos des Bains municipaux 

Lettre ouverte aux Conseillers eurométropolitains à propos des Bains municipaux

________________________________

Et dans l’actualité : (cliquer sur le lien) : 

Réponse du Collectif à Olivier Bitz – 05/-5/2015

Rue89 – En 2009, on parlait d’une piscine publique extérieure à la Victoire – 06/07/2015

L’avenir des Bains…

ne jamais abandonner

Les tenants de la privatisation (car il faut appeler les choses par leur nom) ont réussi à faire passer leur délibération – qui sera analysée et décryptée dans un texte en cours de préparation – au derniers conseils de communauté, en restreignant fortement le droit de débattre (au nom de quelle conception de la démocratie ?).

C’est juste la mise en place d’un outil chargé de procéder au démantèlement des Bains actuels. Mais le refus de ce projet s’amplifie et nous ne baissons pas les bras, loin de là !

Voir, à ce propos (cliquer sur le lien) : 

Lettre ouverte aux Conseillers municipaux de Strasbourg à propos des Bains municipaux 

Lettre ouverte aux Conseillers eurométropolitains à propos des Bains municipaux

Les Bains chez les eurométropolitains… 

_______________________________________

Et, dans l’actualité

FR3 reportage : Dans les coulisses des Bains municipaux de Strasbourg

VIDEO – Les Bains chez les eurométropolitains…

Cliquez sur ce lien, pour voir la vidéo : 

http://strasbourg.creacast.tv/Bains Municipaux- point 49

La grande consigne, rappelée avec insistance et dès le départ : surtout ne plus en débattre ! Ne pas revenir au débat du Conseil municipal, martèle Robert Herrmann, pour qui tout a déjà été dit et il n’y a rien de nouveau… Pas de séance de rattrapage, indique Roland Ries (qui avait refusé le second tour de parole à l’opposition, lundi dernier) : « C’est dangereux !», avoue le maire… qui finit par lâcher : « Je suis aussi pour les Bains de la Victoire pour tous, ou La Victoire pour tous ! Bien sûr, bien sûr !! (personne ne nous avait encore cités, mais il fallait qu’il le fasse : M. le Maire, il rêve de nous…).

Concernant M. le président, c’est bien moins drôle… Eric Schultz demande, lui aussi, la fameuse étude de 2010 – et Robert Herrmann devient colère intolérante ! Jean-Philippe Vetter et Fabienne Keller l’avaient déjà demandée lundi en CM – et nous aussi, nous l’avons demandée (avec une panoplie d’autres études, car il y en a…), depuis plus d’un mois !!! On finira par les avoir…

Jean-Philippe Vetter, qui était revenu sur le pourquoi donc de l’exclusion des Bains du Plan Piscine, en a eu aussi pour son compte, l’externalisateur Hermmann lui jurant que NON, que les Bains n’ont jamais été dans le Plan Piscine, JAMAIS !

Mensonge remarquable, M. le président ! Et nous vous proposons deux documents de votre cru :

  • une page de CUSmag, février 2010, où il est question du Plan Piscine et de la place des Bains municipaux (nous avons même repéré une faute de déroulement de texte) ;
  • une page référent aux études du schéma directeur des piscines de la CUS (Plan Piscine) ; dans les préconisations (voir en bas de page) il est question de deux scenarii : « piscine publique d’exception» ou « complexe de thermalisme et balnéothérapie de prestige » ! Il faut croire que les mandataires ont choisi le deuxième scénario… alors que certains parmi nous préféreraient le premier (voir lien, tribune DNA du 21/01/2012).*

Dans la réflexion sur le Plan Piscine, qui concernait la rénovation des 9 équipements aquatiques de la CUS – dont la piscine de la Victoire – ces deux scenarii ont été analysés. Et le deuxième a été retenu… (ou « envisagé », selon le texte du CCTP qui accompagne l’appel d’offres du diagnostic patrimonial en cours ?). Dans ce contexte, 30 M€ seraient alloués… à une nouvelle piscine ! 

Et s’il manquait encore une preuve, vous pouvez la chercher vous-mêmes, dans vos « archives électoraux » : parmi les « engagements » du candidat Roland Ries aux municipales de 2014, le point 41 disait : « rénovation de la piscine de la Victoire dans le cadre du Plan Piscine »… cqfd

Toute come le plaidoyer d’Eric Schultz, l’intervention de Marie-Dominique Dreysse aura aussi rendu le Maire « perplexe » : c’est qu’elle aura un peu insisté sur le besoin de répondre aux « nombreuses réactions de nombreux concitoyens » qui souhaitent garder les piscines et les douches, « mais aussi les actuels espaces de détente qui existent déjà » (sauna, bains romains). En exigeant un « débat public et transparent »… Bon, l’émotion passée, l’élue écologiste est revenue sur l’expression qui nous hérisse, tant nous la considérons comme une demande d’aumône : « au moins piscine et douches ». Mais apparemment c’était déjà trop pour un Roland Ries qui n’aime pas voir étalées les discordes dans ses rangs.

Et au Maire de leur faire remarquer que, piscine et douches resteraient accessibles mais que « tout le reste »… « des prestations particulières – qui existent d’ailleurs déjà aujourd’hui et qui ne sont pas comprises dans le prix de base d’accès au service public classique » (sic). C’est de plus en plus clair… Mais Robert Herrmann l’était encore plus, en disant qu’il était question maintenant de « savoir ce qu’il faut supprimer, pas ajouter ! » 

Passons sur sa colère mémorable… A la fin, s’excusant de l’énervement (quand même !) et en regardant droit dans les yeux Eric Schultz, plus que Jean-Philippe Vetter (qui n’est pas membre de la majorité), il nous a rassurés : « Concernant la demande de documents, on ne va pas attendre que la CADA nous en fasse la contrainte » (sic)… Il les enverra à ceux qui en ont fait la demande – a-t-il dit.

Un mensonge de plus ??? On verra. A suivre…

* Cliquez sur ce lien pour lire la tribune : Pour une piscine publique d’exception – Didier Laroche et Liane Zoppas

CUS mag Plan Piscine 2010

 

Bains 2010 scenarii

 

PROGRAMME RIES 2014 - POINT 41 BAINS

Le 22 juin : les Bains au Conseil municipal !

Lettre ouverte aux Conseillers municipaux de Strasbourg à propos des Bains municipaux : 

Mesdames, Messieurs les Conseillers municipaux, 

Vous vous apprêtez à voter pour, voter contre ou vous abstenir, ce lundi 22 juin, lors de la présentation du projet de délibération 26 – attribution d’une étude sur les Bains municipaux à la SPL des Deux Rives – et nous apprenions hier que, sans attendre votre décision, la SPL des Deux Rives a déjà lancé, le 17 juin, un appel d’offres concernant cette même mission (voir l’avis, en pièce jointe).

En plus d’être surprenante, une telle anticipation est-elle légale ? En mettant ainsi « la charrue avant les boeufs », la municipalité n’enfreint-elle pas les règles de la démocratie locale ? Peut-on faire semblant de consulter les élus, alors que les choix ont déjà été faits, que les démarches sont en cours ? En tout cas, ceci démontre : 

1/ que l’exécutif municipal se moque bien de votre avis ;

2/ que la SPL n’a aucun moyen ni compétence propres pour s’occuper de ce dossier puisqu’elle doit, elle-même, solliciter un autre bureau d’études ;

3/ que cette délibération porte en réalité sur un mandat à la SPL pour s’occuper de l’avenir des Bains et non sur une simple étude comme il y est écrit. Pourquoi les services de la Ville ne peuvent-ils se charger de cette étude (35 personnes au service Etudes Construction) ?

Au passage nous découvrons, dans les pièces jointes à cet appel d’offres, l’étude programmatique ISC de 2009 que nous demandons en vain depuis des semaines et qu’on ne vous a probablement jamais communiquée. Un rapide survol montre qu’elle est très complète et on se demande bien ce qu’il était si nécessaire de cacher… en dehors du désir de conserver en petit comité le diagnostic et l’information sur les Bains – le savoir, c’est le Pouvoir !

LA CHARTE

Une charte, définie par le dictionnaire : « un écrit solennel destiné à consigner des droits ou régler des intérêts »

Accompagnant la délibération proprement dite pour confier l’étude a la SPL, on vous demande aussi de voter une « charte » pour la rénovation des Bains. Il y aurait beaucoup à dire, mais l’essentiel est que ce document, bien loin de garantir un bon projet, entérine de fait l’abandon à venir de la majeure partie des Bains au secteur privé, puisqu’il limite l’accès public à une piscine et quelques douches…

LE PROJET DE DELIBERATION

Le rapport de présentation de la délibération, évoque tant de problèmes relatifs à la « vétusté » des Bains municipaux, puis « l’urgence des travaux »… Or, il faut rappeler que, si l’on considère les 25 dernières années (1/4 de siècle, quand même !) de gestion municipale à Strasbourg, 19 ans durant sous la gouvernance des Socialistes, dont 10 ans sous celle de Roland Ries, aucune initiative n’a été prise pour faire évoluer l’établissement de Bains… !

De plus – et de façon tout à fait contradictoire – il affirme que le coût d’exploitation de cet équipement (3 millions d’euros/an ?) est beaucoup plus important que celui d’un « équipement aquatique traditionnel » ; en début du rapport, il est indiqué qu’il « s’agit d’un « ensemble architectural de grande qualité, témoin remarquable du courant Jugendstil (…) inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Les baignoires en faïence, la robinetterie en cuivre et laiton, les carrelages en marbre, les boiseries ainsi que beaucoup d’installations sont ainsi protégées »…

Or, si les mots ont encore un sens il faut savoir définir les Bains municipaux : sont-ils un «équipement aquatique traditionnel » ou bien un « équipement exceptionnel » ?

Le collectif « La Victoire pour tous » considère qu’il s’agit d’un équipement exceptionnel, sans équivalent en France et que sa vocation est celle de rester dans sa totalité un lieu de bain public. Patrimoine de tous les Strasbourgeois, son avenir ne peut pas résulter… d’un non-dit ou d’une confusion verbale ! 

PROPRIETE DE LA VILLE… OU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L’EUROMETROPOLE ?

Il ne peut être question d’un démembrement ou de cession à une autre entité publique et, à fortiori, à un opérateur privé. Or, dans le rapport de présentation, il est question de « conserver ce bâtiment d’exception dans le patrimoine immobilier des collectivités Ville de Strasbourg et Eurométropole » ; dans la charte proposée, l’on considère que le projet de rénovation devra «valoriser la dimension patrimoniale exceptionnelle du bâtiment, dont la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg garderont la propriété ». Formulations plutôt étonnantes, car le propriétaire unique de ce patrimoine immobilier est la Ville de Strasbourg. 

Une cession à l’Eurométropole serait-elle envisagée ?

LE DIALOGUE…

Notre Collectif a toujours été ouvert à la discussion sur l’avenir des bains. Et c’est pourquoi nous avons tout fait pour que le débat soit porté dans la cité – ce qui est aujourd‘hui le cas. Nous souhaitons, bien entendu, que la municipalité engage un dialogue avec tous les acteurs sociaux de la ville et les représentants du personnel, ainsi que mentionné dans la charte proposée.

Or, malgré des demandes réitérées et au mépris de ses obligations légales, la Mairie ne nous a toujours pas permis de prendre connaissance des nombreuses et précédentes études réalisées.

De même, si à ce jour notre pétition a déjà récolté plus de 5000 signatures, nous n’avons jamais obtenu l’autorisation de la déposer, pour être signée, à l’intérieur de l’établissement.

Nos relevons également le fait que l’accès à l’établissement, pour une visite en compagnie du collectif, a été récemment refusé à un media local, sous prétexte que nous n’avons pas le même avis que l’autorité municipale !

Il faudra donc que la municipalité commence par mettre ses actes en cohérence avec son discours sur la « démocratie participative » ! Et le dialogue pourra se faire.

L’engagement de ce dialogue public est nécessaire non seulement parce que les Bains municipaux sont le patrimoine commun des Strasbourgeois, mais aussi pour mettre fin aux rumeurs circulant sur l’adossement de cet équipement à des établissements hôteliers et autres…

ET VOUS ?

Si la spoliation qui leur est faite de l’un des équipements emblématiques de l’Histoire sociale de notre ville n’échappe pas aux citoyens, il est clair que tout cela ne saurait être ignoré par les élus – et notamment ceux appartenant à la majorité municipale, socialistes et/ou écologistes.

Bien de Socialistes (des élus, mais aussi des militants) ont manifesté leur désaccord en 2010, lorsque la privatisation des Bains était annoncée par un bail emphytéotique, puis par un PPP. Des écologistes, moins nombreux qu’aujourd’hui dans l’équipe municipale, certes, mais poussés par des militants clairement contraires à la privatisation de ces lieux, avaient également manifesté leur désaccord. En plus de la mobilisation des Strasbourgeois, ces débats au sein de la majorité ont sûrement compté pour que, en 2011, Roland Ries renonce finalement à ce projet.

Or, certains de ces élus sont encore présents dans cette assemblée – et s’apprêtent à voter une délibération qui conduit, inévitablement, à la privatisation de l’établissement !

ENFIN…

Si cette privatisation se confirme – et malgré l’engagement « à coût constant » qui est annoncé – ceux qui bénéficieront des nouvelles conditions d’exploitation des services rénovés des Bains ne seront clairement pas les Strasbourgeois : on ne pourra plus parler d’un patrimoine municipal mais d’un « équipement de prestige », à l’usage d’une minorité.

Est-ce bien cela, le projet que vous voulez cautionner aujourd’hui ?

Tout en restant à l’écoute de vos commentaires et à votre disposition pour en débattre,

Avec nos respectueuses salutations.
Le Collectif « La Victoire pour tous »

_________________________________________

Pour voir les documents joints : 

Lettre recommandée à R. Ries et R. Herrmann – 06/06/2015

BAIN POLAR : Du rififi dans les bassins, suite

Et le lendemain… 

Source : DNA, 24/05/2015

DNA fait divers 2

 

Suite de « Bain Polar », une série pleine de rebondissements, que vous propose le Collectif.

L’enquête progresse… mais les enquêteurs se perdent en conjectures sur les mobiles des intrus. Ont-ils choisi délibérément le grand bassin pour y piquer une tête ?  Le petit bassin ne leur suffit donc plus? Ou s’agissait-il de tester les éléments les mieux « vendables » du patrimoine ? 

Lors des interrogatoires, les trois individus n’ont pas voulu répondre clairement aux questions posées, restant dans le flou. Par des déclarations souvent contradictoires, ils semblent vouloir brouiller les pistes et cacher leurs vraies intentions. L’homme au large sourire narquois – dit l’externalisateur – garde un étrange silence dans cette affaire… 

Et la bouteille de bière, a-t-elle été abandonnée avec l’intention de discréditer la piste qatarie ?

Arsène Lesbains reste introuvable – et les Thermes d’Argentoratum sont toujours en danger !