Réponse à Olivier Bitz – 05/05/2015

Suite à notre entretien avec Olivier Bitz, en date du 25 avril 2015, l’adjoint nous avait invités à une deuxième rencontre. Relayé par le maire, il a déclaré lors du Conseil municipal du 22 juin que le Collectif s’était refusé de le revoir. Ce qui est vrai – cependant rien n’a été dit à propos de nos raisons… 

Pour mieux comprendre le contexte, voici un extrait de notre confirmation du premier rendez-vous proposé par l’adjoint (réponse envoyée à son assistante, qui nous avait contactés le 22 avril) : 

Sachant que cette réunion pourrait permettre à monsieur Bitz de nous communiquer les informations utiles sur l’état d’avancement de ce dossier, et en particulier le « scénario » auquel fait allusion le troisième point du contenu de la mission  de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’un diagnostic architectural etc. (page 7/11), nous vous confirmons notre intérêt pour cette rencontre (…). 
A partir de ces informations, susceptibles de dissiper le flou qui entoure la connaissance, par le public strasbourgeois, des objectifs de l’équipe municipale, nous pourrons préciser notre point de vue, en tant que collectif porteur de l’attachement qu’un large nombre de concitoyens exprime sur la protection, la nécessaire restauration et la fonction sociale actuelle de cet établissement.

Et voici notre réponse à cette deuxième invitation, en lettre transmise à Olivier Bitz le 5 mai 2015 : 

Monsieur Olivier BITZ
Adjoint au Maire
chargé du dossier « Bains municipaux de la Victoire »

Monsieur l’Adjoint,

Le Collectif « La Victoire pour tous » avait répondu favorablement à votre invitation à la réunion du 25 avril dernier, en signalant que nous espérions, au-delà des éléments qui sont connus depuis longtemps, recueillir de votre part des précisions sur les conditions par lesquelles la ville de Strasbourg souhaitait confier la gestion du dossier des Bains municipaux à la SPL Les deux Rives. Suite au compte-rendu de cette réunion, où le collectif était représentée par Mme Zoppas et MM Aghina, Kossman et Schaeffer, il ne nous apparaît pas que la ville souhaite communiquer sur les objectifs et le déroulement de ce qui apparaît de façon tout-à-fait officielle comme un dessaisissement des services de la Mairie, jusqu’à présent compétents pour gérer ce type d’opération.

Sans parler du fonctionnement propre aux SPL, très éloigné de celui d’un établissement public bien qu’il fonctionne avec des ressources publiques, nous constatons que la ville pose en préambule de toute concertation le fait acquis d’un abandon d’une responsabilité, dans les domaines du sport et de la santé, qui faisait honneur à la ville depuis la création des Bains en 1908. Les raisons pour lesquelles les responsables actuels campent sur cette position de principe, contrairement à de nombreuses opérations pour lesquelles la ville s’engage, même s’il ne s’agit pas d’un patrimoine public (Manufacture des Tabacs), ne sont jamais explicitées en dehors d’une somme souvent évoquée (30 à 35 millions d’euros selon les moments) dont on n’a jamais expliqué à quel cahier des charges (ou « scénario » pour reprendre le terme utilisé dans les documents officiels) elle correspondait.

Nous considérons qu’une nouvelle rencontre qui se limiterait à reprendre les éléments de discussion déjà connus ne ferait absolument pas avancer les choses et nous préférons, plutôt que de dilapider aussi bien votre emploi du temps – et celui de vos collaborateurs – que celui des membres du collectif, espérer que des informations seront bientôt portées à la connaissance de nos concitoyens, leur permettant de donner leur point de vue sur le projet porté par les élus en charge de la rénovation des Bains, qui reste notre souci commun, avant d’être placés devant le « fait accompli ».

Vous avez proposé, lors de notre précédente réunion, un débat « sans préalable sur l’avenir des BMS ». Le collectif « La Victoire pour tous » est tout à fait favorable à un tel débat.

En conséquence, il revient donc à la municipalité de lever ses propres préalables; à savoir la privatisation élargie des BMS, telle que vous l’avez formulée en ouvrant la réunion, et la transmission du dossier à une société privée, dénommée « Société Publique Locale  » abondée par des fonds publics provenant des impôts de nos concitoyens.

Veuillez agréer, monsieur l’Adjoint au Maire, nos sentiments les meilleurs.

pour le Collectif :
Didier Laroche

Pour toute correspondance : bm.lavictoirepourtous@gmail.com

Share on RedditShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someoneTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Tumblr