ManifESTement ! #1 : Stocamine

Emission radio publiée sur https://manif-est.info/

Voici le premier épisode de ManifESTement ! : l’émission qui souhaite apporter sa pierre à l’édifice en proposant un point de vue critique sur l’actualité dans l’Est !

À retrouver sur Radio Quetsch ou à écouter ici.

Pour télécharger l’émission : ici.

Le sujet central de cet épisode enregistré le 01 février 2021 est Stocamine, mais vous trouverez aussi une rubrique partage de lectures, des brèves de prisons, et un agenda. Bonne écoute !

Publié dans Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , | Commentaires fermés sur ManifESTement ! #1 : Stocamine

Marxiste, confusionniste et capitaliste : le chien à 3 têtes de TF1

Texte intégral publié par Loral Aitken (Franche-Comté) le 27 janvier 2021 sur http://factuel.info/


Ce texte est une réponse méthodique à un article immonde paru sur le média bourgeois lci.fr intitulé « Black blocs : la balle est dans le camps des manifestants ». Ce long interview de Christophe Bourseiller (auto-proclamé spécialiste de l’ultra-gauche) est remplis d’erreurs historiques, de confusionnisme idéologique et s’inscrit dans une démarche globale de division des mouvements sociaux. Stratégie classique des médias dominants, sauf que lui va plus loin, il appel implicitement à la violence inter-classe entre les manifestants.

Christophe Bourseiller est comme le monstre de Frankenstein, un film d’horreur pour les militants des luttes sociales, crée de toute pièce par les intellectuels bourgeois. Chacun de ses mots sont choisis et pesés, l’histoire ouvrière est occultée, le tout pour favoriser les confusions politiques et les divisions. C’est à la fois particulièrement intelligent et ignoble, sournois, à l’image de tout ce que les dominants ont fait subir aux classes populaires dans l’Histoire.

Une fois de plus nous observons la venue au jour d’une créature médiatique, une bête qui semble sortie directement d’un enfer mythologique : une nouvelle tête de chien de garde réactionnaire, Cerbère qui tient autant de Zemmour, de Chouard que de Mélenchon.

« Nouvelle histoire de l’ultra-gauche » ou comment réinventer l’histoire ouvrière

L’une des facettes de Christophe Bourseiller est aussi d’être un historien de garde parmi les nombreux autres plumitifs de son espèce, celle qui a choisi son côté, celui du manche de la matraque, celui de l’ordre injuste et dominant.

Très à l’aise dans ses mensonges, son futur livre vous contera non pas une Histoire mais très sûrement des histoires à dormir debout qui ne vaudront même pas le papier sur lequel elles seront imprimées. Sa « nouvelle histoire » consiste simplement à la réécrire, à l’orienter dans un sens idéologique qui arrange ses maîtres.

Pour lui, l’histoire des mouvements anti-autoritaires débutent en 1920. Ce journaliste ose parler d’un mouvement politique en le plaçant sous un angle historique, tout en supprimant 80 ans de son existence, ainsi que sa naissance. Du révisionnisme en bref!

Le Black bloc et les fantasmes journalistiques

Je casse cet amalgame développé dés l’introduction, selon Bourseiller le  « Black bloc n’est pas que le nom d’une tactique de guérilla urbaine. Pour lui, c’est un mouvement plus structuré qu’on ne le croit généralement, héritier d’une histoire vieille de près d’un siècle. »

Le « Black bloc » est un terme inventé par la police allemande pour décrire une tactique de manifestions, permettant à ceux et celles qui la compose de se protéger de la violence judiciaire et policière. En aucun cas, cette tactique n’est représentative de l’ensemble des collectifs « anti-autoritaires ».

Cet amalgame volontaire a pour but de discréditer le mouvement anarchiste en lui collant une image contre-productive et violente en utilisant par exemple les récentes images des Black blocs de Paris. Les libertaires n’appellent en aucun cas à la violence. La violence est du côté de ceux qui nous gouvernent, de ceux qui nous font travailler pour des salaires minables, de ceux qui nous encadrent, nous inspectent, nous espionnent, nous gardent à vue, nous mentent, nous brutalisent. Contrairement à l’extrême droite et à la police, nous n’avons aucun amour pour la violence. Par contre nous respectons fermement les principes d’auto-défense collective et les multiplicités des moyens d’actions et de tactiques comme étant complémentaires dans les luttes.

La tactique « Black bloc » s’inscrit dans cette démarche. Certes, popularisée par les anarcho-autonomes allemands dans les années 1980, cette méthode est plutôt à attribuer aux militants altermondialistes en général, ou se côtoient la pluralité des tendances anticapitalistes.

Au demeurant, la tactique « black bloc », a surtout été popularisée grâce à la fascination médiatique sur les affrontements en manifestation.

Comme à son habitude, le mouvement libertaire a développé et mis en pratique des méthodes qui appartiennent désormais à toute la population.

A l’image des émeutes récentes dans les quartiers populaires, où les survêtements de toutes les couleurs ont fait la place aux vêtements noirs depuis 2 ans…

Nous remarquons aussi que les supporter.rices de football utilisent ces méthodes depuis presque 20 ans pour faire face à la répression disproportionnée de l’État. Et ce depuis l’époque où le petit fasciste Sarkozy était ministre de l’intérieur.

Effectivement, nous sommes héritier.ères d’un mouvement plus structuré que vous ne le croyez. Mais seulement depuis près d’un siècle?

Les idées anarchistes au sens politique strict ont presque deux siècles d’existence, 180 ans pour être précis. Mais face à un tel « travail » historique, bâclé et mensonger, nous nous devons d’être précis. Au demeurant, notre histoire, celle de la subversion, de la rébellion et de l’espoir de meilleurs avenirs continuera à s’écrire bien longtemps après nous, après que toutes et tous aient oubliés le nom de Christophe Bourseiller.

Nombrilisme parisien et nationalisme

CB : « Puis est arrivé mai 1968, où on a vu apparaître un pôle anti-autoritaire de plus en plus important, et il y a un acte fondateur, qui remonte à 1971, le jour où des militants, ou des « révolutionnaires anti-autoritaires » ont procédé au cassage et au pillage de boutiques de la rue Gay-Lussac à Paris. »

Non, encore une fois, ce n’est pas la violence qui anime et fédère les « anti-autoritaires ». Le saccage des propriétés privées n’est pas une action politique fondatrice, encore moins fédératrice. Les anarchistes du Nord Franche-Comté retiennent que le drapeau noir a flotté librement sur les usines du Pays de Montbéliard en Mai 68. Nous n’oublierons jamais, Henri Blanchet et Pierre Bellot, tous deux ouvriers aux usines de Sochaux, assassinés par la police lors des révoltes de 1968.

De plus cette période citée des années 1970 est l’une des plus difficiles qu’ai connu le mouvement libertaire, la plus creuse de toute son histoire. A cause, principalement, du capitalisme qui a gagné la guerre sociale sur tous les fronts, à une période ou le monde était divisé en 2 blocs binaires et autoritaires. La musique et la culture, comme le Punk par exemple, ont été les seuls moyens d’expression accessibles pour les jeunes anarchistes des années 1970. A l’image de la zone industrielle Belfort-Montbéliard, où les idées libertaires, ainsi que le syndicalisme révolutionnaire ont été éradiqués par le paternalisme conquérant des capitalistes et par la mainmise d’un PCF stalinien.1

Nous remarquons d’ailleurs que l’angle abordé dans cet interview et dans le livre de Christophe Bourseiller est uniquement franco-français, très nombriliste à l’instar de tous ces journalistes parisiens élitistes. Cela est-il pertinent pour aborder un mouvement profondément internationaliste et farouchement opposé aux pouvoirs centralisés? Qui plus est sa production respire le mépris de classe parisien, vision étriquée de la vie.

Nous rappelons que l’événement qui a remobilisé les idées auto-gestionnaires, à la fin du 20ème siècle est bien plus beau, pragmatique et porteur d’espoir que ce qui est décrit dans cet article. C’est avec la révolution zapatiste du Chiapas en 1994, ainsi que leur organisation Révolutionnaire qui a inspiré directement ou indirectement bon nombre de collectifs d’aujourd’hui.

Dans la région la plus pauvre du Mexique, le soulèvement zapatiste nous a prouvé que l’organisation politique horizontale et l’autogestion est possible . C’est à dire qu’il est possible d’exproprier les riches, virer l’État ainsi que les puissances étrangères, tout en s’organisant sans chefs, ni bureaucratie permanente. Leur région montagneuse et révolutionnaire a donné une organisation politique solide et socialement juste ainsi que des hôpitaux et des écoles que l’État n’assurait pas. Tous les « anti-autoritaires » du monde regardent cette révolution avec admiration. Partout dans le monde, les anarchistes soutiennent nos camarades zapatistes et veulent aboutir à ce type de révolution sociale et libertaire.

Confusions idéologiques et révisionnisme historique

CB : « Historiquement, ils se relient à une vieille école marxiste, qui est l’ultra-gauche… à ne pas confondre avec l’extrême-gauche. L’extrême-gauche, c’est l’ensemble des courants révolutionnaires de gauche, trotskystes, maoïstes, etc. L’ultra-gauche est un courant spécifique, qui remonte à 1920, et qui se définit comme marxiste et anti-autoritaire. »

Ce passage est une confusion totale, digne des meilleurs complotistes d’extrême droite accompagnée d’une sauce marxiste-autoritaire.

Tout d’abord, rappelons que le mot ultra-gauche est apparu uniquement dans les médias dominants dans les années 2010. Ce mot ne veut rien dire pour les militant-es étiquetés comme cela par les bourgeois. Ces concepts, ces divisions qu’ils énoncent répondent à leur fantasmes, à leurs trouilles et non pas à une réalité que l’on peut toucher du doigt, contrairement à nous.

D’ailleurs toi qui lit ce texte, peux-tu définir l’ultra-gauche ?

Les médias qui l’ont inventés ne le peuvent pas non plus. Le but étant de faire disparaître le mot Anarchiste dans un sens politique. Lorsque les médias capitalistes utilisent le mot ultra-gauche, c’est tout simplement pour pouvoir parler des anarchistes/communistes libertaires/anti-autoritaires/féministes de classe/anarcho-autonomes/auto-gestionnaires/Zadistes /antifascistes/écologistes radicaux et sociaux /végan anti-spécistes…

En censurant tous ces mots, les médias et ces prétendus « spécialistes » occultent la richesse intellectuelle et la pluralité idéologique de nos mouvements.

* Chanson de la Parisienne Libérée : Ultime Hyper Totale gauche (UHT) *

https://www.youtube.com/watch?v=PbKeZwBaSXI

Nous avons donc bien compris que le terme « ultra- gauche » est utilisé pour qualifié les idées anti-autoritaires d’une manière générale. Alors si c’est le cas, nous tenons à dire que nous ne provenons pas d’une vieille école marxiste comme il est dit dans cette interview.

Certes, nous avons toujours pris en compte les analyses du capitalisme de Marx, et avons toujours été clairement conscient.e.s et actif.ve.s dans la lutte des classes. Par contre, nous ne sommes pas dans l’idolâtrie de Karl Marx comme le sont les partis de gauche.

Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865), est une icône plus marquante du mouvement ouvrier selon les anarchistes. Déjà car il était lui même un ouvrier, apprenant à lire et à écrire en autodidacte, faisant de lui le premier ouvrier philosophe. Inventeur du mot « anarchie » dans un sens politique, et remettant en cause directement la propriété privée, l’exploitation des capitalistes et la domination de l’État. Fervent porte-parole de l’autogestion et partisan de la non-violence, son influence passa les frontières rapidement et se propagea dans toute l’Europe. Rappelons que Marx le tenait en 1842 comme « le penseur le plus hardi du socialisme français ».

Karl Marx et Michel Bakounine étaient aussi les principaux porte-paroles du « collectivisme », c’est à dire de la propriété collective des moyens de production. Cependant Bakounine reprend les idées fédéralistes et autogestionnaires de Proudhon.

Si le socialisme a icônisé Marx, l’anarchisme a toujours traité Proudhon avec circonspection et a toujours évolué en fonction des penseur.se.s et des militant.e.s qui ont fait vivre son mouvement.

Le clivage de nos courants révolutionnaires a commencé au sein de l’AIT (Association internationale des travailleurs)2, entre bakounistes et marxistes, qui ont divergé sur l’attitude à avoir vis-à-vis de l’État. Alors que les anarchistes étaient pour le boycott des élections bourgeoises et pour la révolution sociale, les marxistes étaient favorables à « l’action » parlementaire. La querelle aboutit à une scission en 1872. D’un côté se reforme une petite et éphémère AIT « marxiste ». De l’autre se maintient pendant 5 ans une AIT dite « anti-autoritaire » où cohabitent en réalité une pluralité de courant.

Dans les années 1880, le communisme va supplanter le collectivisme de Bakounine dans un mouvement se reconnaissant désormais comme « anarchiste ». Le scientifique Pierre Kropotkine va en être le principal théoricien. Entre 1884 et 1914, Kropotkine va consacrer son énergie au soutien des militants persécutés dans le monde et à l’accomplissement de son objectif théorique majeur : donner au communisme libertaire un substrat scientifique au moins aussi solide que celui dont Marx a voulu doter le communisme étatique.

Par la suite, et jusqu’à ce que Lénine s’empare du terme, en 1918, le mot « communiste » sera quasi synonyme d’ « anarchiste ».

Donc NON, nous n’avons pas de « gourous » M.Bourseiller ! Cependant nous aimons rappeler avec fierté que les capitalistes de l’époque ont tremblés face aux attaques de Pierre Kropotkine, écrivain célèbre, savant respectable et anarchiste respecté au sein de la classe ouvrière.3

ATTENTION SPOILER : Les classes populaires savent lire et écrire !

CB : « Ce sont en général des jeunes gens d’origine européenne, issus des classes moyennes.Des gens qui ont fait des études, et qui généralement sont très cultivés. Les textes très complexes des théoriciens dont ils se réclament, il faut pouvoir les lire ! »

Au risque de vous décevoir, je suis un travailleur modeste, issue de cette même classe sociale. Mes origines et mes conditions prolétaires ne m’ont pas empêché de lire ces penseurs du 19ème siècle et de le partager avec mes camarades n’ayant pas le temps ou l’envie de les lire. Je suis bien placé (contrairement aux journalistes) pour affirmer qu’il est difficile de combiner une journée de travail physique, l’éducation des enfants, la gestion du foyer et d’avoir la capacité intellectuelle de lire un livre à la fin de la journée.

C’est pour cela que les anarchistes développent et testent, depuis les années 1880, l’éducation populaire et les pédagogies alternatives.4 Depuis la fin du 19ème siècle, les anarchistes avaient déjà compris que nos idées seraient toujours effacées, décridibilisées, tronquées, étouffées et écrasées à la fois physiquement par la violence d’État mais aussi par la propagande intellectuelle bourgeoise.

Comme c’est le cas ici avec cet article improbable, qui serait risible si il n’était pas aussi ignoble et immoral.

Médias partout, infos nulle part !

CB :  « Dans les manifestations, on voit qu’ils s’en prennent rarement aux journalistes. Ils ont bien compris qu’ils sont des alliés objectifs, puisqu’ils parlent d’eux. »

Contrairement aux policiers, nous ne frappons pas les journalistes car nous ne sommes pas des sauvages !

Et non, les médias dominants ne sont pas nos alliés, la majorité d’entre eux appartiennent à de très riches capitalistes qui ont une ligne éditoriale bourgeoise et méprisante envers les luttes sociales. Cet interview en est la preuve concrète. Dans le meilleur des cas, ces médias nous donnent de l’indifférence et du mépris, et dans le pire des cas, ils construisent un monstre journalistique comme Christophe Bourseiller. C’est pourquoi bien souvent on les préfère à distance plutôt qu’à l’intérieur de nos cortèges.

A cause de vos médias capitalistes, les gens semblent penser que les anarchistes sont adeptes de la violence, du chaos et de la destruction, qu’ils sont contre toute forme d’ordre ou d’organisation ou encore que ce sont des nihilistes allumés qui veulent simplement tout faire exploser.

En réalité, rien n’est plus éloigné de la vérité. Les anarchistes sont simplement des gens qui pensent que l’être humain est capable de se comporter de manière raisonnable sans avoir à y être forcé. C’est une notion très simple. Mais c’est aussi une notion que les riches et les puissant ont toujours trouvée très dangereuse.5 Cet article immonde en est la preuve flagrante.

La domination intellectuelle de la minorité bourgeoise

CB : « Et ils ont besoin de cette publicité, car ils sont peu nombreux : s’ils veulent avoir de l’influence, il leur faut peser sur la société en dépit de leur petit nombre. »

Nous ne sommes pas minoritaires, nous sommes la majorité de la population à demander plus d’écologie, de justice, d’émancipation sociale et de sortir des systèmes de domination du patriarcat. Nous sommes précaires et salarié.e.s modestes comme la majorité de la population. Nous sommes aussi la majorité à ne pas « s’exprimer » dans vos urnes de vote. Nous sommes majoritaires dans la méfiance et la défiance à l’encontre de vos médias. Nous sommes majoritaires à nous demander qui peut nous protéger de la police. A dénoncer les systèmes de hiérarchies

Les croyances des anarchistes se basent sur deux principes élémentaires. La première est que les êtres humains sont, d’ordinaire, aussi raisonnables et décents que possible et peuvent s’organiser elles et eux avec leurs communautés sans qu’on leur dise comment faire. La seconde est que le pouvoir est corrupteur (Le pouvoir est maudit – Louise Michel).

Mais avant tout, l’anarchisme est une façon d’avoir le courage de prendre les principes simples de la décence commune selon laquelle nous vivons toutes et tous ensemble et de les suivre jusqu’à leurs conclusions logiques. Aussi étrange que cela puisse paraître, dans les grandes lignes, la majorité des gens sont probablement des anarchistes qui s’ignorent.6

Notre boycott des élections bourgeoises et l’invisibilité de nos idées dans les médias nous donne un poids dérisoire face aux courants politiques et électoralistes bourgeois. Mais si les anarchistes sont minoritaires dans la population, alors que dire de vos loges franc-maçonnes M.Bourseiller ? Qui sont elles aussi très influentes par rapport à leur nombre dérisoire et leur invisibilité dans la rue.

En vérité, combien de vrais maçons dans vos rangs ? Combien de travailleur.euse.s prolétaires parmi vous ? Vous ne seriez que des pitres si vos singeries n’avaient pas aussi pour but de servir vos intérêts personnels, c’est à dire les intérêts de la bourgeoisie.

Sans compter que la Franc-Maçonnerie alimente toutes les thèses complotistes/conspirationnistes existantes en France.

Ces mêmes idées conspirationnistes que vous avez étudiés et dénoncés dans un autre livre, autant dire un livre « enfonceur de portes ouvertes ».

Pourquoi avoir étudié les complotistes ? Il semblerait que se soit pour utiliser leurs méthodes…

D’ailleurs Christophe Bourseiller est-il un spécialiste des thèses conspirationnistes ? Un spécialiste du maoïsme ? Spécialiste de l’ultra-gauche ? Je pense qu’il sera toujours le spécialiste auto-proclamé du thème abordé dans le livre qu’il vendra à l’instant T.

Solidarité de classe et convergence des luttes

Condoléances aux familles des vitrines!

CB : « Là, nous étions dans un mouvement contre la loi de sécurité globale, avec des manifestants de gauche… qui doivent faire face à cette gauche alternative, anti-autoritaire et violente. Est-ce qu’ils l’admettent dans leurs rangs ? Si c’est le cas, ils ne peuvent plus se plaindre des cassages, des blessés ou des émeutes. Mais s’ils la rejettent, les organisateurs doivent s’organiser. »

Ce passage est immonde, Christophe Bourseiller appel à la violence physique inter-classe dans les manifestations. Il demande implicitement aux services d’ordre classiques de faire le sale boulot de la police. Appuyé par l’ensemble de l’article qui a pour but de diviser les manifestants et de contrer la convergence des luttes, voila ou il voulait en venir au final.

Dans l’intérêt de qui du coup ? Les actionnaires de TF1 et leurs amis ? Les partis trotskystes? L’Etat ? Intérêts personnels (promotion du livre) ? Les franc-maçons ? Les illuminatis reptiliens ?

Nous sommes stupéfaits face à toutes ces confusions improbables et toute les casquettes de ce journaliste. Je comprend que les gens issue de nos classes populaires, et regardant la politique de loin, soient perdu devant ça.

Christophe Bourseiller participe à la stratégie intellectuelle bourgeoise, qui consiste à désintéresser la population de la politique et de la forcer à se résigner.

CB : « Jusqu’au début des années 2000, tout au long du 20ᵉ siècle, les organisateurs des manifestations avaient mis au point des services d’ordre, suffisamment dissuasifs pour chasser les importuns, les anti-autoritaires qui voulaient tout casser. Il se trouve que, pour des raisons complexes, les syndicats ont désormais vis-à-vis de ces groupes violents une sorte d’indifférence. Ils les laissent casser et ils ne s’occupent pas d’eux. »

Les raisons ne sont pas si complexes que ça. Cet interview occulte totalement le rapport de solidarité de classe et de convergences des luttes entre les manifestants. Des termes et des concepts qui leur font très peur visiblement…

Le mouvement syndical connaît une répression de plus en plus violente et ce depuis le début des années 2000 justement. Avec à un dispositif impressionnant composé d’actionnaires et de financiers aux bras longs, de politiciens corrompus, de lois pro-patrons, d’un pouvoir médiatique puissant et de tous les moyens répressifs de la police et de l’armée. Il est facilement compréhensible que les syndicats ne veulent plus faire le sale boulot de la police et de l’État et ne plus protéger quelques vitrines de boutiques de luxe.

Les facteurs de nombre et de détermination sont aussi important pour comprendre cette « indifférence ». Les services d’ordre de vos partis de gauche ont ils vraiment la capacité et la détermination d’empêcher les plus énervés de casser  à Paris? Quand on voit qu’ils ne sont même pas capables de contrer les attaques provenant des milices d’extrême droite…7

Éducation populaire et autodéfense intellectuelle

« Douter de tout ou tout croire sont deux solutions commodes , qui l’une comme l’autre, nous dispensent de réfléchir. » -Henri Poincaré

« Le sommeil de la raison engendre des monstres » -Francisco de Goya (extrait de la légende d’une gravure de Caprices)

« La première chose qu’il faut faire, c’est prendre soin de votre cerveau. La deuxième est de vous extraire de tout ce système d’endoctrinement. Il vient alors un moment ou ça devient réflexe de lire les médias dominants en y recensant les mensonges et les distorsions , un réflexe de replacer tout cela dans un cadre rationnel. Pour y arriver, vous devez encore reconnaître que l’État, les corporations, les médias et ainsi de suite vous considèrent comme un ennemi : vous devez donc apprendre à vous défendre. Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle. »– Noam Chomsky

Enfin, je vais m’adresser directement à Christophe Bourseiller : je t’invite à venir présenter ton livre à Belfort ou Montbéliard. Je te propose un débat public sur les mouvements politiques ouvriers et révolutionnaires depuis le 19ème siècle jusqu’à nos jours. Toi qui est auto-proclamé « spécialiste de l’ultra-gauche », je suis moi aussi un penseur auto-proclamé « spécialiste de la violence bourgeoise ». J’espère que tu gardera ton aplomb en qualifiant les anarchistes de petits bourgeois ou de classe moyenne tout en voyant les muscles gonflés par le labeur de mon travail physique. Je t’invite à venir débattre et à t’élever intellectuellement avec notre population majoritairement précaire et ouvrière. Je vais te prouver que nous ne sommes pas des sauvages, que les classes populaires savent lire et écrire depuis le début du 20ème siècle, en plus de se maintenir dans une bonne condition physique. Je pourrai te démontrer l’efficacité de nos techniques d’autodéfense intellectuelles. 8

Ces mêmes techniques qui doivent être diffuser à notre classe sociale et surtout aux plus jeunes afin que nous soyons toutes et tous armé-es face aux attaques intellectuelles des politiciens électoralistes, des propagandes républicaines et militaires, des lobbying, des publicités, des fascistes, des conspirationnistes, des confusionnistes, des « marxistes » ou toute autre tactique intellectuelle bourgeoise.

En voyant cette violence exponentielle et globale de la part des riches et de l’État sur notre classe sociale, je pense que la bourgeoisie, à l’image de Christophe Bourseiller est en train de paniquer en prévoyant les futurs mouvements sociaux qui s’annoncent révolutionnaires.

Tu paniques, tu paniques

Quand tu vois le 9, tu paniques

Quand tu vois nos têtes, tu paniques

Quand tu viens chez nous, tu paniques

Mais dis-moi pourquoi tu paniques ?

Kalash criminel feat Niska- « Tu Paniques »

Loral Aitken, auto-proclamé écrivain, journaliste, essayiste et spécialiste de la violence bourgeoise.


1 « Le croque-rave libertaire » -Eugène Hug

2 L’AIT Association internationale des travailleurs, 1ère internationale

3 Plusieurs passages sur l’historique de l’anarchisme sont tirés et partiellement modifiés de :

« 10 questions sur l’anarchisme »-Guillaume Davranche- Libertalia, 2020

« Francisco Ferrer and the Modern School »-Emma Goldman, Mother Earth Publications, 1910.

« Bonaventure une école libertaire, premiers pas d’une république éducative », Collectif, 1995, Éditions Alternatives Libertaires

5 6 Passages tirés et partiellement modifiés de David Graeber (1961-2020), anthropologue nord-américain réputé, militant anarchiste, originaire et fervent défenseur la classe ouvrière new-yorkaise, porte-parole du mouvement Occupy Wall Street en 2011.

« Bureaucratie »-David Graeber, 2015

https://lahorde.samizdat.net/gilets-jaunes-le-cortege-du-npa-agresse-par…

« Petit cours d’autodéfense intellectuelle »– Normand Baillargeon, 2006


AIDEZ FACTUEL AVEC VOS DONS !

Retrouvez la liste des points de vente du magazine trimestriel papier de Factuel et les modalités pour en recevoir un ou s’abonner en cliquant « ici ».

Vous pouvez aussi nous contacter pour nous proposer des lieux de distributions ou en commander à tarif préférentiel pour les diffuser autour de vous.

FACTUEL DÉFEND LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

Comme la plupart des éditeurs de presse de notre pays, Factuel ne solicitera aucune accréditation préalable de qui que ce soit pour couvrir les manifestations. Factuel est solidaire des rassemblements organisés pour le retrait de la proposition de loi « pour la sécurité globale » qui comprend notamment, à travers l’article 24, des menaces implicites sur la prise de photos et de vidéos des forces de l’ordre.

Publié dans Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec | Commentaires fermés sur Marxiste, confusionniste et capitaliste : le chien à 3 têtes de TF1

Solidarité féministe, queer et antifa face aux anti-choix

Retour sur les mobilisations dans les différentes villes face aux « anti-choix » le weekend du 30 et 31 janvier 2021 : Manif pour tous et fachos toujours mains dans la main et protégés par l’appareil répressif d’État.

  • A Angers, samedi 30 janvier, l’extrême droite régionale se réunissait à l’appel de La Manif pour Tous, contre les droits des personnes homosexuelles. Résultat ? Dans une ville réputée conservatrice, autour de 600 personnes du côté des homophobes et près du double pour défendre les droits des LGBTQI+. Une forte mobilisation qui fait suite à plusieurs agressions commises par l’extrême droite à Angers, en tout impunité : le saccage d’un local militant, des violences contre deux jeunes lesbiennes et des attaques racistes notamment. Retour stratégique sur la manif pour la PMA et contre l’extrême-droite (basse-chaine.info)

À Dijon,  plusieurs manifestant·es pour l’accès à la PMA pour tous.tes ont été.e.s agressées par une quinzaine de fascistes qui ont ensuite revendiqué l’attaque sur au moins deux de leurs pages facebook. Leur objectif ? Récupérer le drap de tête, peint la veille, qui affichait fièrement le slogan « Mon corps, Mes choix, Nos luttes ». Cette agression a duré plusieurs minutes, sans susciter la moindre réaction des CRS et des policiers nationaux qui étaient pourtant stationnés à l’entrée de la rue de la Préfecture. Les agresseurs ont seulement été contrôlés par les CRS, a priori sans qu’aucun d’eux n’ait été interpellé. Ils ont pu manifester librement dans la manif homophobe contre la PMA, pendant que les personnes qu’ils avaient agressé·es se faisaient gazer par les policiers. Ils ont ensuite tenté d’agresser d’autres personnes en fin d’après-midi ( émission à écouter >> https://dijoncter.info/IMG/mp3/_16.mp3 )

Ces attaques n’ont pas pour autant enlevé la détermination des manifestant.e.s. féministes, queer et antifas. « Personne ne nous fera taire » – Récit de manifestation pour la PMA pour tou·te·s ! A retrouver en entier sur Dijoncter :

Prenant acte de la situation, le cortège féministe s’est regroupé pour décider de la suite de l’après-midi. Après avoir glissé aux oreilles de tou·te·s que le rendez-vous en cas de dispersion de la manifestation était donné à 15h sur la place François Rude, un cortège joyeusement furieux s’est lancé dans des rues inoccupées, pour crier les revendications que les fachos avaient tenté d’étouffer, et pour afficher les couleurs féministes et LBGTQIA+ sur tous les poteaux et gouttières sur notre route. Les colleur·euse·s de Dijon sont là, s’occupent de quelques murs. Pour un temps, ça en est fini des rues mornes et froides, dépolitisées et sans couleurs !

  • A Strasbourg, un contre-appel était conjointement lancé par des organisations féministes, antifascistes, queer, associatives, syndicales, pour se rassembler au même endroit que la Manif pour tous devant le Parlement Européen. Une quinzaine de fascistes sont présents au milieu de l’accès qui mène à la Manif pour tous, et prêtent main forte à l’énorme dispositif policier déployé sur place avant de rejoindre les anti-choix. Deux cortèges sauvages parviendront tout de même à se rejoindre en face des anti-choix pour former un rassemblement aussi nombreux qu’eux (entre 200 et 300 personnes) Un militant antifa sera arrêté sur le prétexte qu’il avait sur lui un poing américain, pas surprenant quant on sait que cela fait plusieurs semaines que des fachos agressent en bande des militant.e.s à Strasbourg et multiplient les menaces.  Les contre-manifestant.e.s seront évacué.e.s de la zone par un large cordon de CRS, puis la bac poursuivra plus loin des manifestant.e.s dans les rues alentours pour effectuer des contrôles. En tout cas, le contre-rassemblement a bien pu avoir lieu faisant entendre aux anti-PMA nos slogans et chansons, mais surtout notre haine salvatrice contre les dominations patriarcales et sécuritaires. « Tous les keufs protègent les fachos ; Siamo Tuti Antifascisti ; Nous sommes fortes, nous sommes fières, et féministes et radicales et en colère » ; « Darmanin au fond du Rhin! »

  • A Toulouse : Plusieurs centaines de manifestant.e.s contre la manif pour tous, malgré l’interdiction de la préfecture !

  • A Paris :

💦 RENNES : LA POLICE PROTÈGE L’EXTRÊME DROITE
➡️Samedi 30 janvier, la « Manif pour tous », officine homophobe liée à l’extrême droite annonçait des mobilisations dans de nombreuses villes de France, dont Rennes. Finalement, à peine une cinquantaine de militants de La Manif Pour Tous se sont réunis sur la Place Charles de Gaulle, alors que 700 personnes étaient présentes pour la contre-manifestation !
➡️Les homophobes étaient protégés par un dispositif policier hallucinant : il y avait plus d’hommes armés que de manifestants d’extrême droite. Au menu : canons à eau, grenades en quantité industrielle et charges sur les contre-manifestants.
➡️Décidément, le Régime de Macron ne lésine pas sur les moyens pour protéger l’extrême droite séparatiste avec un service d’ordre aussi conséquent ! A noter que le vent ramenait la vapeur des lacrymogènes en direction du rassemblement homophobe.
  • A Lille (via Lille Antifa) : La manifestation des homophobes de la manif pour tous fait un flop. Excepté quelques nazillons (dont Aurélien Verhassel, le chef du bar « réservé aux blancs » La Citadelle » et une dizaine de vieux croulants, personne n’ose encore venir défendre ces idées rétrogrades. Beaucoup plus de monde au contre-rassemblement qu’à la manif des reacs ! ✌️

Des camarades ont été interpellés lors de la contre-manifestation sauvage s’opposant à La Manif Pour Tous. Encore une fois, l’État a montré de quel côté il était : de celui des homophobes, des identitaires et des nazillons.

Soutien total et inconditionnel aux personnes arrêtées.

Bravo à tous ceux qui sont venus et en particulier aux groupes qui ont réussi à infiltrer et à perturber la manifestation homophobe 👏👏👏 »

  • A Grenoble (via Action Antifasciste Grenoble)📣 Plus de 1000 personnes hier sous la pluie contre les lois racistes et sécuritaires, mais aussi contre la Manif Pour Tous et les LGBTQI+phobies !
⚡ Une tête de cortège dynamique qui aura alterné les mots d’ordre contre la toute puissance policière et contre les LGBTQI+phobies !
🏳️‍🌈 Après la manifestation, plusieurs dizaines de personnes ont tenté de perturber le pitoyable rassemblement de moins de 50 LGBTQI+phobes, qui se trouvait sous protection policière.
Que ce soit face à l’extrême-droite ou au gouvernement, luttons pour nos libertés, contre le racisme et les LGBTQI+phobies !
📸@baptistevillermet

Mon corps, ma vie, mes choix, nos luttes !!

Anti-choix de tout poil: Ta gueule !

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Solidarité féministe, queer et antifa face aux anti-choix

Solidarité contre la guerre menée aux Mapuches

Nous sommes solidaires de la lutte des Mapuches qui vivent de nouveaux épisodes de persécution et de répression de la part de l’État raciste et colonial chilien.

Les Mapuches sont un peuple de la terre d’Araucanie, région du sud du Chili, qui a une histoire vieille de 8000 ans et qui occupaient le territoire revendiqué avant l’arrivée des colonisateurs européens. On recensait, en 2017, quelque 2 millions de Mapuches, dont 250 000 vivant en Argentine. Le reste, soit 1,8 million, représente 10 % de la population totale du Chili. En 1997: 20.000 hectares de terres ont été récupérés par occupation directe de la lutte Mapuche. Le gouvernement chilien a réprimé sauvagement ces actions : emprisonnements, descentes dans les communautés, harcèlement, assassinats, intimidations. Les prisons sont pleines de détenu.e.s politiques, mais des communautés continuent actuellement de mener le combat pour leur autonomie politique et la récupération des terres. Des résistances continuent de nommer et de combattre les méfaits du capitalisme, de l’impérialisme et du patriarcat.

C’est arrivé le 15 novembre 2018, un militant mapuche de 24 ans, Camilo Catrellanca, meurt d’une balle dans la nuque lors d’une opération des forces spéciales chiliennes. Un autre nom à ajouter sur la longue liste de supposés « terroristes » neutralisés ou mis hors d’état de nuire par les forces de répression de l’État chilien. En ce début d’année de 2021, des photos qui nous parviennent de la commune de Temucuicui nous rappellent l’actualité de cette lutte et de la violence colonialiste.

07 janvier 2021 – Temucuicui.

Jour du verdict rendu par les tribunaux qui déclareront – fait exceptionnel – coupables, les fonctionnaires assassins de Camilo Catrillanca ainsi que leurs complices… La famille de Camilo se rend au tribunal ce jour-là.

Chile. Un regimiento de policías  para detener a una niña mapuche de 7 años y unas supuestas matitas  de marihuana

Une opération policière d’ampleur mobilise 850 agents d’Etat, des hélicoptères, des drones et des armes de guerre pour croiser la route de ces 3 générations de femmes Mapuche : la fille de Camilo Catrillanca qui était ce même jour dans l’anniversaire de ses 07 ans, sa mère et sa grand-mère. Les 3 femmes sont écrasées au sol par des hommes lourdement armés qui les arrêtent causant avec d’autres membres de la communauté mapuche.

 

La guerre au narco-trafic pour justifier la guerre toujours active contre la résistance Mapuche…  Toute cette immense opération militaire pour saisir 1000 plants de marijuana

« C’est la raison des absurdités, des guerres inventées, de ceux qui vous clouent au sol avec des stalactites pour essayer de vous empêcher de vous lever » Pour les trois générations mapuche, s’exerce une même violence. Celle de ceux qui ont tué Camilo Catrillanca, ceux qui ont détenu violemment sa mère Teresa Marín Melenao, sa veuve Katherine Antin et sa fille Guacolda, toutes de Temucuicui. L’arrestation d’un trafiquant de drogue n’est pas connue à ce jour, seulement qu’il y a eu une résistance au raid policier.

Dès les heures qui suivent, les réseaux solidaires des résistances mapuche relaient l’information de l’arrestation de la famille de Camilo et des attaques contre les communautés qui a fait plusieurs blessés, dont des enfants Mapuches.

11 janvier 2021 : ACTION DE SOLIDARITÉ AVEC LES MAPUCHES « Fachiantü 11 de enero, pu Ñuke pu zomo mapuche en resistencia realizamos esta acción manifestando nuestro total repudio a la violación sistemática hacia los derechos de nuestras lamien como mujeres, madres e hijas mapuche, alejándose a toda norma como la Convención de los derechos de los niños (as), el Convenio 169 de la OIT, Newentuleaymun pu Zomo Fin al TERRORISMO DE ESTADO RESISTE WAKOLDA KAXILLANCA -RALUMKOYAM, TEMUKO-« 

Ce même jour encore les principales chaînes de télévision chiliennes rapportent la mort d’Orwal Casanova dans le secteur Selva Oscura : « Ils enquêtent sur la mort d’un agriculteur abattu dans sa ferme ». L’homme de 70 ans qui était candidat à la mairie d’Ercilla de l’UDI était également un Pinochetista reconnu, membre de Patria y Libertad et de l’APRA, mouvements d’extrême droite responsables de l’organisation des graves attentats racistes d’août 2020, dans les municipalités de Victoria  et Curacautín. Les communautés du secteur indiquent qu’Orwal avait des liens directs avec la police, pour agir de manière armée contre les communautés mapuche dans des processus de redressement territorial…

Nous continuons de dénoncer la criminalisation des résistances, les violences colonialistes, les agressions fascistes, la répression capitaliste militarisée, la guerre en somme menées contre les communautés Mapuches et des peuples autochtones qui refusent la domination d’Etat.

Notre solidarité et sororité antifasciste !

« El Estado opresor es un macho violador »

Libertada presos/presas de la revuelta en Chile !

« Et le peuple mapuche continuera à résister parce que Camilo et sa petite fille Guacolda sont nés, ont vécu et continueront de vivre sous la menace de ces 25 500 coups de feu et la dignité est leur seule défense »

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Solidarité contre la guerre menée aux Mapuches

Point mob’ Alsace fin janvier 2021

Le monde de la culture et du spectacle manifestait ce samedi matin du 23 janvier dans les rues de Strasbourg. L’appel lancé par les organisations syndicales de la culture visait à protester contre la façon dont est gérée la crise sanitaire dans ce secteur. Environ 400 personnes étaient présentes dans le cortège qui avait pour point de départ la Place d’Austerlitz. Une Assemblée Générale s’est mise en place l’après-midi au Hall des Chars pour la suite de l’organisation des professions liées à la culture.

Ce même jour, Jean Castex était présent en Alsace, à Colmar le matin pour parler « collectivité européenne d’Alsace », l’après-midi à Strasbourg, officiellement préoccupé par la détresse des étudiant.e.s, alors que cela fait des semaines que la parole des secteurs et activités les plus durement impactées est fortement refoulée et réprimée. Pour accueillir le 1er ministre, un rassemblement était appelé dès 08h00 pour marquer le coup, et a ramené du monde ainsi qu’un gros encadrement policier.

(Pour la venue de Castex à Colmar)

L’après-midi un cortège s’est aussi formé dans la continuité des mobilisations sociales pour le retrait Total de la Loi Sécurité Globale et contre les politiques capitalistes, réunissant plus de 300 personnes. C’est moins de monde que les manifestations précédentes, l’ambiance était moins à la fête sans les camions de sono qui n’étaient pas au rendez-vous, mais la rage à mener le combat contre les politiques sécuritaires était toujours présente. La répression continue de frapper les milieux des free party, comme les manifestations, il en faut du courage pour ne pas perdre pied dans le contexte actuel, et continuer de s’organiser pour prendre la rue.

Pour la suite, le milieu de l’Education se mobilise ce mardi 26 janvier via des appels à grèves et rassemblements. A Strasbourg, la municipalité a déjà annoncé que toutes les cantines seront fermées ce mardi en raison du mouvement de grève national. Une manifestation universitaire est appelée à 13h Place de la République. Dans la suite de cette mobilisation, une Assemblée Générale aura lieu le lendemain, le 27 janvier à 13h00 sur le campus central (ESCARPE, AMPHI ORTSCHEIDT). Ce mardi aussi à Mulhouse, la Communauté Solidaire des Terres de l’Est (syndicat étudiant) appelle à un rassemblement Place Franklin à 10h, sur la base des revendications nationales (L’attribution immédiate de tous les moyens nécessaires pour que tous-tes les étudiant-e-s puissent reprendre les cours en présence en toute sécurité ; Une amélioration des conditions de vie et d’études des étudiant-e-s ainsi que des conditions de travail des personnels ; La titularisation des vacataires et l’embauche d’enseignant-e-s)

Ce samedi 30/01 à Mulhouse – rdv Place Franklin à 14h – aura également lieu un nouveau rassemblement du Collectif appelant au « Retrait Total de la Loi Sécurité Globale », comme à Strasbourg.

Dans la matinée de ce samedi, il y aura aussi une mobilisation de 10h à 12h à Ensisheim contre le modèle d’Amazon (appelée par le RUCSSA – Réseau Urgence Climatique et Social Sud Alsace – et le Chaudron des Alternatives) Rdv devant la gendarmerie (à l’entrée d’ENSISHEIM, rond-point D2 / D201)

Les fachos de la manif pour tous seront aussi de sortie ce weekend dans toute la fRance vu que le projet de loi de bioéthique dont l’accès à la PMA pour toutes sera examiné en deuxième lecture par le Sénat à partir du 2 février. Il vise à élargir l’accès à la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires. Cette loi a pour but la reconnaissance de la diversité des familles en actant l’égalité de droits entre toutes les familles, entre tous les parents quelle que soit leur orientation sexuelle ou identité de genre, et entre tous les enfants quel que soit leur mode de conception. A Strasbourg, un contre-rassemblement est appelé par différents collectifs et associations antifascistes, féministes et LGBTQI dimanche 31 janvier à 14h30 (l’info du lieu de rdv sera disponible prochainement). 

L’Action Française (mouvement nationaliste et royaliste) continue de pointer ici et là le bout de son nez ( ses militants alsaciens appelaient ce weekend à participer à une messe pour Louis XVI à Strasbourg) A Angers, des fachos ont saccagé le local autogéré de l’Etincelle ce mois-ci en brûlant les livres qui s’y trouvaient. Cette semaine, la police nationale de Angers expulsait l’auto-réquisition de la Grande Ourse, autre lieu culturel et autogéré qui existait depuis 23ans. Autre fait gerbant : Mardi 19 janvier, une trentaine d’activistes du mouvement Génération Identitaire menait une action médiatique de propagande xénophobe dans les Pyrénées. Les fachos ne sont que des milices alliées des politiques sécuritaires, patriarcales et racistes, volant ponctuellement au secours de l’ordre dominant. Nous n’oublions pas non plus qu’à Strasbourg la semaine passée, un jeune à scooter a été renversé en voiture par des policiers, et qu’à la dernière manifestation, un flic a fracassé un manifestant durant plusieurs minutes à l’abris des regards dans un hall d’immeuble. Le climat n’est pas à l’apaisement, ces anecdotes sont malheureusement bien trop habituelles dans le paysage du maintien de l’ordre ici comme ailleurs…

Flics/Fachos – même combat contre leurs violences!

Nous appelons à poursuivre les convergences des résistances contre les politiques sécuritaires, contre les dominations capitalistes et patriarcales, contre les groupes d’extrême-droite qui participent à la violence de la répression Etatique contre le mouvement social actuel.

Défendons nos luttes, espaces et pratiques de solidarités sans frontières.

Ce week end, des militantes de Genève, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Strasbourg se sont réunies à l’occasion d’une rencontre de la coordination féministe antifasciste à Paris. Cette rencontre a permis de dessiner des perspectives communes de luttes pour les mois à venir. #RiposteFéministeAntifa #Antifa

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Point mob’ Alsace fin janvier 2021

Free Leyla GÜVEN!

📢MANIF STRASBOURG : Le mercredi 23 décembre – Rdv à 18h30 Place de la Gare

RASSEMBLEMENT MULHOUSE : Le jeudi 24 décembre – Rdv à 13h00 Porte Jeune

contre l’emprisonnement de Leyla GÜVEN, coprésidente du DTK (congrès démocratique des peuples). Cette injuste décision est une injure contre la démocratie, contre les kurdes et contre toutes les femmes !

#avecleylaavecleskurdes

🎶


🎶
😡Leyla Guven, coprésidente du DTK (congrés démocratique des peuples) a été condamnée à 22 ans et 6 mois de prison et vient d’être embarquée par la police turque. 18 chefs d’accusation ont été retenus contre l’ancienne députée kurde qui est inculpée pour « terrorisme », notamment en lien avec ses activités de membre et dirigeante du DTK et des manifestations et rassemblements auxquels elle a participé entre 2016 et 2018. « Je pouvais quitter le pays, je ne l’ai pas fait ! Je mènerai la lutte politique dans ce pays, libre ou emprisonnée ! » Leyla Güven, activiste kurde, avait lancé la grève de la faim de 2019.
🤜
Lettre de 2019 de Leila à Leyla : « Tu es un modèle pour toutes les femmes du monde. Avec l’espoir de la liberté… Ton amie en lutte Leila Khaled »
🤛

Partout dans le monde, qui terrorise qui ? Solidarité sans frontières. De Turquie à ici, ne nous laissons pas (anti)-terroriser !

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Free Leyla GÜVEN!

12/12#13/12 Milhüsa-Strossburi. Rdv 19/12

Dans le Grand’Est, les mobilisations contre la Loi Sécurité Globale se sont poursuivies ce samedi 12 décembre 2020. Une manifestation unitaire a notamment été appelée à Mulhouse ce samedi (il était temps!) L’AFA 68 a répondu présent à l’appel aux côtés d’autres assos, orgas et collectifs locaux. Des roses en hommage aux victimes des violences policières ont étés ramenées pour soutenir le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras qui venait d’annoncer son soutien et sa participation aux mobilisations locales. Le cortège qui a démarré à 14h Place Franklin a rassemblé 400 personnes.  Le Collectif Féministe du 68 a pu affirmer au milieu du parcours son soutien à la mobilisation contre les lois sécuritaires, sexistes et racistes, et rappelé devant la Porte Jeune l’histoire de Hocine et son soutien envers sa famille. A Strasbourg, dans le même temps, le Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras était également mobilisé. Il rappelle qu’il continue la collecte solidaire pour soutenir la maman de Hocine Bouras qui doit avancer les frais judiciaires pour la CEDH… Le cortège est toujours aussi dynamique, et les chants fusent contre l’Etat policier.

A Paris, la répression policière a encore fait des ravages avec des charges collectives de la flicaille armurée envers les manifestant.e.s, des fracassages de manifestant.e.s en règle et de très nombreuses arrestations. On remarque que cette répression a particulièrement ciblé les femmes militantEs. A Nancy aussi, le lieu de rassemblement est dès le départ bouclé par les forces de l’ordre. Difficile de se soustraire aux fouilles, palpations et contrôles d’identité. Le cortège a essayé de bifurquer de son tracé initial, mais a du y renoncé, et a été poussé sans ménagement et au pas de course par des policiers totalement équipés pour en découdre. Une personne sera ensuite interpellée, et n’est sortie qu’après 24h de garde à vue, poursuivie pour rébellion…

De nouvelles mobilisations vont avoir lieux ce weekend. 

Rdv Mulhouse ce samedi 19 déc. 14h Place Franklin

Votre uniforme et drapeau tricolore nous fait gerber. 

 Notre rage est noire et colorée!

Ne nous laissons pas faire// Ne laissons plus faire!

À bas l’État policier !

Don’t talk to the police !

Brochure produite par la défense Collective Marseille : Loi Sécurité Globale – Quelle infraction vas-tu commettre ? ( sur la page face de bouc)

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Les actions de l'AFA MHR, Page d'accueil | Marqué avec , | Commentaires fermés sur 12/12#13/12 Milhüsa-Strossburi. Rdv 19/12

Dérive autoritaire en Grèce comme en France [PAR YANNIS YOULOUNTAS]

ACTUELLEMENT EN GRÈCE : LE MOUVEMENT SOCIAL FAIT FACE À UNE FORTE RÉPRESSION POLICIÈRE ET REND HOMMAGE À LA RÉSISTANCE CONTRE LA LOI SÉCURITÉ GLOBALE EN FRANCE

Ce soir, le quartier d’Exarcheia est sous un déluge d’armes et d’uniformes. Pour empêcher toute révolte, l’état grec a déployé un véritable régiment de flics appuyé par deux hélicoptères et plusieurs drones. Des cris éclatent ici et là, ainsi que des explosions. Un immeuble inhabité est en feu. Depuis un an, la police grecque tente d’affaiblir le quartier en évacuant beaucoup de squats, mais certains résistent encore, en particulier le Notara 26 et le K*Vox. Cependant, depuis ce matin, la nouvelle irruption policière a atteint un niveau sans précédent. Non seulement par le nombre, mais aussi par des actes particulièrement choquants. (…)

Article publié le 07/12/2020 à lire en entier sur le site de Yannis Youlountas >>> http://blogyy.net/  >>> http://blogyy.net/2020/12/07/derive-autoritaire-en-grece-comme-en-france/

Publié dans Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Dérive autoritaire en Grèce comme en France [PAR YANNIS YOULOUNTAS]

Solidarité contre la repression avec notre camarade de DésarmonsLes

Tout notre soutien à Ian, participant au collectif Désarmons-les et réalisateur du film « A nos corps défendant », qui subit en ce moment les foudres vengeresses de la répression judiciaire pour son combat sans faille contre les dominations policières.

Nous vous invitons à relayer largement le communiqué ci-dessous :

Communiqué suite à la condamnation d’un membre de Désarmons-les !

Nous vous invitons également à prendre en compte l’intervention déterminée de Ian lors de l’hommage à Lamine Dieng en juin dernier :

Organisons dès que possible des projections du film « A nos corps défendants », pour contribuer à faire circuler ce film sur les violences d’Etat, marquons de manière forte notre solidarité avec Ian et organisons-nous dès maintenant et collectivement contre toutes les de repressions auxquelles nos luttes doivent faire face. Continuons de mener, ici comme ailleurs, les luttes contre les politiques sécuritaires, racistes et sexistes d’Etat.

Face à la répression, notre solidarité est notre meilleure arme !

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Lu / vu ailleurs// Autres Liens, Page d'accueil | Marqué avec , , | Commentaires fermés sur Solidarité contre la repression avec notre camarade de DésarmonsLes

Strasbourg, féministe et antifasciste !

Une vidéo du départ de la manifestation du 05/12/20 à Strasbourg contre la Loi Sécurité Globale

Une autre relayée par l’Alternative International Movement ( AIM )

Suite à l’attaque de la semaine dernière par les hools d’extrême-droite des Strasbourgs Offenders, un gros cortège antifasciste déter était présent aujourd’hui pour protéger La Marche contre les politiques sécuritaires à Strasbourg. Ce jour-là, les manifestant.e.s ont montré leur détermination à défendre leurs droits à manifester, à constituer une auto-défense populaires face aux attaques de fachos comme contre les attaques policières et la repression. On dénote plusieurs arrestations ce jour-là…

Vue d’ensemble de la manifestation du 05/12/20 par Taranis News :


Pour rappel, une semaine auparavant, alors que la manifestation comptait 3.000 personnes, un groupe de fachos a surgit en plein cortège pour attaquer des militant.e.s antifascistes. Sauf que ces néo-nazis se sont alors tapé toute une foule pêchu.e.s, dont des Gilets-Jaunes, qui scandait jusqu’à présent leur solidarité avec les luttes antifascistes contre les lois sécuritaires, et qui ne s’est pas laissé faire.

« Tout le monde déteste la police! » « Hocine Bouras, Zyed, Bouna, Théo et Adama, on n’oublie pas, on pardonne pas! » « Pas de justice Pas de Paix »

« Siamo Tutti/e Antifascisti/e! » ( « Nous sommes tous.tes antifascistes ») « Strasbourg, antifa! » « Alerta Alerta Antifascista! » « Anticapitalista! »

* Le ton était donné d’emblée…*

Les fachos se sont rapidement fait dégager, et ont du fuir avec l’aide et la complaisance des forces policières présentes qui les ont couvert en lançant du gaz lacrymogène en direction des manifestant.e.s qui se défendaient. Les fachos des Strasbourg Offenders ont revendiqué fièrement cette attaque-surprise sur les réseaux sociaux, non sans mythonner au passage en prétextant que les antifas étaient armés de bouteilles de verre, alors que de leur côté un objet tranchant a été repéré… (On a l’honneur qu’on mérite…) Cette attaque n’a pas empêché dès le lendemain des collectifs féministes d’organiser une manifestation contre les violences patriarcales, faisant clairement résonner les slogans antifas, et où les fachos ont continué leur harcèlement par leur présence aux abords.

Entre-temps, 3 individus identifiés comme appartenant aux Strasbourg Offenders ont étés interpellés le vendredi 04/12/20, au vue du scandale médiatique qu’a provoqué cette attaque clairement perpétuée par l’extrême-droite sous « protection » policière. Cette connivence ne nous étonne pas, mais comme tout s’est passé sous le regard de plusieurs caméras, c’est plus embêtant à justifier…

Ce n’est pas nouveau à Strasbourg que les fachos prennent pour cible les cortèges qu’ils ciblent comme « gauchaux » ou « antifas », mais aussi les personnes qui luttent contre les violences policières et les violences racistes et sécuritaires, qu’ils s’en prennent aux dynamiques féministes locales, aux personnes vivant en squat, au local LGBTQ de la Station, etc. Le mouvement royaliste Action Française ( de Strasbourg et qui récemment tente de s’implanter à Mulhouse) se sent pousser des ailes en faisant des alliances avec des fachos de toute sorte sur la base d’actions violentes et de discours racistes… Gare aux retours de bâtons, car des quatre coins alsaciens, les antifas et féministes deters sont bel et bien là, et ont le soutien populaire! Fachos, vous êtes minables, votre gonflette et votre posture pseudo-guerrière n’égalent pas nos drapeaux rouges et noirs et paillètes. L’espoir est de notre côté.

Vous êtes du côté des morts-vivants, nous sommes bel et bien vivant.e.s, avec Clément dans le sang, et tant d’autres.

Pour aller plus loin :

  • Des sites et collectifs antifas strasbourgeois parmi d’autres : Action Antifasciste Strasbourg ; AIM Strossburi ; Jeune Garde Strasbourg ; Association Sportive et Libertaire ; ACAP.
  • Cela fait des années que la mouvance antifa se solidarise et se renforce, en s’opposant avec succès à l’ouverture et l’implantation de locaux fascistes dans la région au travers de nombreuses actions fédératrices et autonomes, et en participant activement aux luttes sociales et émancipatrices locales, comme en construisant des ponts de solidarité à l’échelle Internationale :

Publié dans Articles de l'AFA MHR, Page d'accueil | Marqué avec , | Commentaires fermés sur Strasbourg, féministe et antifasciste !